N'oubliez pas de déclarer votre amour pour satan, en postant sur bazzart Hope
Ils sont beaux, ils sont frais, ils n'attendent que vous.
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil aux PVs Hope
on veut plus de boobs :pff:
- la surpopulation de mâles sur le forum
Pensez à privilégier les hippies, les voleurs et les pirates
afin de préserver les âmes sensibles, le forum est déconseillé aux moins de 17 ans
Si aucune fiche est postée après cinq jours, votre compte sera supprimé.

SERVE IN HEAVEN OR RULE IN HELL (FELIPE)

 :: LES MONSTRES S'ÉVEILLENT :: DONNE TON ÂME :: LES ÂMES DAMNÉES Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Felipe Da Silva
BEAST OF LUST
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 262
♆ PSEUDO : NAGRON.
♆ AVATAR : PEDRO PASCAL.
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE NEUTRE
♆ PERDITION : LE NOMBRE D'INDIVIDUS AVEC QUI VOUS AVEZ COUCHÉ TOUT AU LONG DE VOTRE VIE S'AFFICHE SUR VOTRE MAIN ET SEULES SES PUPILLES LE VOIENT.
♆ ÉGARÉ : AU BORDEL, ENTRE TES CUISSES, PROCHE DE LA DEMEURE DU DIABLE.
♆ ENNUI TROMPÉ : GÉRANT DU BORDEL DE SÃO POEIRA, PROSTITUÉ QUI DÉCIDE AVEC QUI IL ÉCARTERA LES JAMBES OU QUI LES ÉCARTERA POUR LUI, BRAS MUSCLÉ QUI DÉFEND SON TERRITOIRE ET SES PROTÉGÉ(E)S.

(#) Dim 13 Nov 2016 - 20:48
felipe da silva
Toi qui sais tout, grand roi des choses souterraines, guérisseur familier des angoisses humaines. Toi qui, même aux lépreux, aux parias maudits, enseignes par l'amour le goût du Paradis. Toi qui fais au proscrit ce regard calme et haut qui damne tout un peuple autour d'un échafaud.
LES LITANIES DE SATAN, BAUDELAIRE ▲ clique
L'ÂME ÉGARÉE
Héritage Infortuné ♆ Da Silva, un nom hanté par le désagréable souvenir de sa génitrice. Par sa chair marquée à vie. Appellation aux Origines Contrôlées ♆ Felipe, la bête de la luxure, le boss tantôt traînée tantôt à ne pas contrarier. C'était mieux avant ♆ Quarante-trois années passées à compter les bénéfices rapportés par ses putains alors qu'il arbore encore les traits d'un trentenaire grâce à son petit protégé. Première Bouffée d'air ♆ Il a poussé ses premiers cris un cinq août au sein de ce même village, São Poeira. Papa et Maman ♆ Les origines Brésiliennes, fières et intactes, autant inscrites sur ses papiers que s'écoulant dans ses veines. Dans mon lit ♆ Pansexuel se moquant du genre ou du sexe, il prend de tout, des pauvres choses fragiles, des fauves affamés, des atypiques délaissés. Degré de solitude ♆ Officiellement célibataire, probablement père de deux ou trois enfants éparpillés élevés par d'anciennes putains à son service en plus d'un nouveau-né évaporé avec son amourette de jeunesse. Officieusement au sein d'une relation malsaine et ambiguë avec sa potion de jouvence, son petit favori Ninõ. Tromper l'ennui ♆ Gérant du bordel de São Poeira, prostitué qui décide avec qui il écartera les jambes ou qui les écartera pour lui, bras musclé qui défend son territoire et ses protégé(e)s. Fanatisme déclaré ♆ Sataniste dans le cœur et dans l'âme. Tombé dans le trou à rat ♆ Depuis toujours prisonnier, ses pas ne l'ont jamais guidé en dehors bien longtemps. La nouvelle famille ♆ Petite crapule profiteuse.
L'ANGE DÉCHU
THE WORLD IS ON FIRE AND YOU ARE HERE TO STAY AND BURN WITH ME Felipe aime savoir avec qui il bosse. La manière d'être, de penser, d'agir, les vices qu'on essaie d'étouffer. Pour cela, il y a l'alcool qui délie les langues, son regard inquisiteur qui observe les premiers jours, qui perturbe, à qui on a l'impression de tout révéler rien qu'en remuant le petit doigt. Vient ensuite le plus important pour lui, un indispensable, un rituel avant d'entrer pour de bon à son service : partager sa couche et écarter les cuisses le temps d'une nuit. Certaines barrières se brisent. Certaines failles se dévoilent. C'est là que Felipe décide ou non d'accorder sa confiance. Sachez-le, le Brésilien considère qu'une fois à son service, c'est pour la vie. Tout désistement est comparable à une trahison. Les putains fidèles sont quant à elles bien récompensées par des beuveries et une protection durable entre autres.

Felipe est confiant en beaucoup de choses. Sa propre personne mais plus encore en celui qu'il vénère, à la fois insurrection et force qui lui permet d'être. Il en est venu à adopter un mode de pensée, même un mode de vie qui l'aide en n'importe quelle situation : Tout ce qui doit se réaliser se fera en temps et en heure. Si ce n'est pas le cas, ce n'est pas encore le bon moment ou cela ne doit pas se passer ainsi. Il a confiance en ses croyances, en cette bête aux multiples noms. Accueille les épreuves à bras ouverts. Ce qui ne l'empêche pas de râler mais Felipe relativise plutôt rapidement s'il a des occasions de laisser couler sa rage.

Le gérant de maison close ne cache pas être un profiteur. Il le rend certes plutôt bien mais agit principalement dans son unique intérêt, inutile de mentir à ses putains qui se font ramoner l'intérieur pour des billets afin que sa boîte puisse tourner. Après tout, il lui arrive aussi de se mettre à leur niveau, jouant le rôle de traînée en même temps que celui de boss. C'est un peu donnant donnant avec Felipe. Et pas uniquement dans son job. Œil pour œil, dent pour dent, sans jamais oublier les aléas du passé. Il garde tout autant une bonne mémoire pour les faveurs qui lui sont offertes, s'appliquant à les rendre. Puis il aime bien en offrir à d'autres, bien souvent avec une contre partie à la clef, se demandant si la personne en face croquera à la carotte pendante au bout du bâton. Les âmes en peines, égarées et fraîchement arrivées, il les accueille en leur proposant une place sous son toit. Leur promet monts et merveilles dont des vérités mais aussi qu'ils ne trouveront pas mieux ailleurs. Ils ont seulement à se faire prendre par des inconnus sans protester. Et la contre partie ? C'est à vie.

Ceux que Felipe considère comme des traîtres le payent un jour ou l'autre de sa main : il patiente jusqu'à l’occasion de leur faire regretter d'être parti. Il a sa manière d'agir, une punition bien souvent unique à chaque cas. Lésions, châtiments sanglants, os brisés pour n'en citer que quelques-unes. Des stigmates gravées dans la chair puis dans l'âme. Son côté sombre et possessif. Sa fierté écorchée, sa confiance piétinée qu'il venge. Les traîtres étaient prévenus.
LE DÉMON EXPIÉ
BANG WE WANT IT, BANG WE WANT IT, BANG BANG BANG BANG BANG La toute première fois, les questions qui se bousculent dans son esprit, l'étonnement qui se dessine sur son faciès. Ces chiffres qui s'affichent sur la main de l'une de ses putains sans notice à côté pour comprendre sa provenance. Il n'en parle à personne, l'observe partir dans une chambre avec un client puis revenir après leur affaire. Le nombre n'est plus le même, il est passé de quinze à seize. Peu après, Felipe remarque le même phénomène avec d'autres personnes et ce toujours après une partie de jambe en l'air. C'est là qu'il réalise qu'il est en mesure de savoir exactement avec combien d'individus une personne a couché tout au long de son existence. Un don en apparence peu utile si ce n'est pour vérifier si ses protégé(e)s bossent vraiment. A contrario cela lui permet d'espionner les ébats de son chouchou Ninõ, remarquant immédiatement s'il a eu des rapports avec quelqu'un sans qu'il ne soit au courant. Ce qu'il n'aime pas. Du genre possessif et ce, de plus en plus. Ce pouvoir lui donne également l’occasion au moment du recrutement d'une nouvelle âme, de connaître son expérience ainsi que de la tester sur sa franchise : une fois, l'une d'entre elle affirmait avoir eu des relations sexuelles plus de cinq fois alors qu'elle était encore vierge.
LES GRIFFES DU DIABLE
HAIL THE APOCALYPSE, ALL FLESH IS EQUAL WHEN BURNT Le bidonville étouffant, les grains de sable chaud sous les pieds, tout ceci ainsi que le reste, Felipe y est accoutumé. Faute d'y être né, d'être resté, d'être rattaché à ses racines. Ce n'est certainement pas le lieu le plus vivable sur terre, loin de là, mais c'est chez lui. Ici il a tout. Ses profits, ses attaches, ses souvenirs ainsi qu'un futur qui se dessine déjà devant lui. Incertain et pourtant si attirant. De plus, au sein de cette ville résonne l'écho du diable qu'il vénère. Une raison supplémentaire de rester. Ses pas qui s'éloignent à quelques rares occasions ont vite fait de retrouver le chemin de la maison. Semblable à une balade, une randonnée sans but de s'éterniser en dehors. Ce qui de toute manière, est impossible. Son tout puissant n'a lui non plus aucune envie qu'il s'échappe d'ici tout comme les autres âmes perdues alors il l'écoute. Séjourne auprès de lui. Felipe s'aventure parfois aux alentours de cette mine abandonnée pour ressentir sa présence, notamment durant des périodes de doute ou de questionnement. Ce village, c'est son village. Le berceau de Satan. Il se doute bien qu'il n'est pas né ici sans raison.
AU DELÀ DES DUNES
Joli prénom ♆ Nathan. Pseudo pas beau ♆ nagron. Nombre d'hivers endurés ♆ Vingt-et-un ans. Pierre précieuse préférée ♆ Rubis rouge sang.  Compagnie de voyage ♆ Je me suis paumé. Mot doux ♆ Il est à croquer. Degré d'addiction ♆ Drogué. Sésame ouvres-toi ♆ C'est déjà ouvert. Tête de cochon ♆ Pedro Pascal. Remerciements ♆ Bannière trouvée sur tumblr, avatars de SHIYA. Mot d'amour en plus ♆ Merde (oui c'est un mot d'amour).
O FATHER O SATAN O SUN
PUT YOUR HANDS UP AND REACH FOR THE SKY, CRY FOR ABSOLUTION. YOU'LL BE DOWN ON YOUR KNEES AND YOU'LL CRY, CRY FOR ABSOLUTION Démon à la peau calcinée. Démon à la forme humaine qui n'est pas la sienne. Démon dans la tête, dans le cœur, de partout. A bout de nerfs, les mains fébriles de la chrétienne empoignent la barre métallique à l'extrémité encore brûlante. L’amènent inscrire une plaisanterie pour celui dont la chair en fait les frais. La peau de ce dernier est marquée à vie au fer rouge, à vie par un nom qui ne signifie rien pour lui si ce n'est une connerie. Et la fanatique elle, rigole nerveusement en s'imaginant qu'il est encré à tel point qu'il deviendra une partie de lui. De son fils désormais mutilé pour des fins religieuses. Felipe s'égosille de douleur, crache sa haine à la gueule de sa mère. Non, ce n'est plus elle. C'est une inconnue et ce depuis que son père a été emporté par son cancer il y a quelques années. Depuis que, à la suite de ce drame, elle s'est tournée vers la religion au point d'en devenir malade. De s'empoisonner la vie ainsi que celle de son propre enfant aux attitudes blasphématoires. De considérer son esprit comme prisonnier d'une entité démoniaque. Sa génitrice pensait bien faire et lui ouvrir les yeux, à son fils, avec cet acte. A la place, elle a tout raté. S'en retourne, s'enfuit, prise de panique lorsque le garçon s'échappe violemment des liens qui le retenaient. Le spectacle qui suit n'est pas destiné aux âmes sensibles. Felipe ne veut pas être marqué tel du bétail. Songe d'abord à s'arracher cette partie de peau, puis empaume à son tour la ferraille. Tout son être endure cette brûlure. Ses paupières closes, il a cette impression qu'il est en train de faire cuire de la viande. Sauf que la viande, c'est lui. C'est sa carcasse d'où il ôte ces inscriptions. Dieu. Quel Dieu ? Celui qui a mené à la folie sa génitrice ? Une raison supplémentaire de s'en défaire. L'indésirable est chassé, remplacé par une sale brûlure qui s'étend sur une bonne partie de sa cuisse gauche.

Les jours suivant, lorsque ses pas le mènent de nouveau sur le palier de son ancienne demeure, personne ne vient lui ouvrir. Ses phalanges s'éclatent sur la porte puis dans la même minute, son épaule enfonce celle-ci. C'est au tour de sa cuisse de lui remémorer les derniers événements, gravés à vie quoi qu'il en dise. Reclus après cet incident, Felipe a passé un bon moment à se questionner sur la manière de lui renvoyer la balle mais également à se persuader de passer à l'acte. La mémoire encore tiède de beaux souvenirs en sa compagnie qui n'ont fait que s'étioler de plus en plus jusqu'à aujourd'hui. Seulement, quelqu'un s'est déjà occupé du boulot. Le fils écorché découvre le cadavre de sa mère accroché à une corde. Juste à côté, un tabouret renversé. Elle a craqué, elle a payé. Et là, il réalise qu'il n'est pas seul. Seulement cette impression n'est pas causée par un être supérieur mais plutôt inférieur. Ses propres croyances se créent sur une dépouille, l'adolescent laisse place à l'adulte et de nouvelles convictions.

Le chemin emprunté sans sourciller. Les jambes assurées qui n'empêchent pas au cerveau cet élan d'égarement, de nostalgie, cet instant songeur. Ce magnifique faciès stigmatisé dans sa mémoire qui peu à peu, s'efface, atrophié par une trahison qui lui reste en travers de la gorge. Morrigan. Amourette déchue, lâche disparue sans un mot en emportant avec elle sa progéniture. Leur progéniture. Les années sont depuis passées mais l'amertume au fond de la gorge reste intacte. Ils n'étaient que deux adolescents un peu trop pressés pour savoir quand s'arrêter, sûrement trop innocents pour se rendre compte des enjeux, inexpérimentés et insensés. Felipe l'a surmonté tout comme il s'est fait une raison, ses sentiments s'évaporant au fil des saisons, ne laissant plus qu'une rancune insatiable rongeant une partie de son âme mais aussi un indispensable, un manque, un besoin de connaître les raisons et le sort du bébé envolé qui a jadis hanté ses nuits. La déesse évaporée, transformée en sorcière à ses yeux, est l'unique fautive. Le pardon effleure difficilement son esprit, comme pour chaque traître dans ses rangs et son entourage. Rancœur qu'il crache automatiquement à la figure de ces parjures qui à chaque fois, lui remémorent cette femme.

♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆

You had just begun to explore the dark, our funeral pyre and we are here to revel forevermore. You just had to know all about the world but you will never know. The world is on fire and you are here to — .
stay and burn with me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» better to reign in hell, than to serve in heaven.
» FICHE PUB PARTENAIRE: Heaven & Hell RPG
» Heaven & Hell ;; Bienvenue en Enfer !
» We are lost somewhere between Heaven and Hell
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOUTUE VERMINE :: LES MONSTRES S'ÉVEILLENT :: DONNE TON ÂME :: LES ÂMES DAMNÉES-
Sauter vers: