N'oubliez pas de déclarer votre amour pour satan, en postant sur bazzart Hope
Ils sont beaux, ils sont frais, ils n'attendent que vous.
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil aux PVs Hope
on veut plus de boobs :pff:
- la surpopulation de mâles sur le forum
Pensez à privilégier les hippies, les voleurs et les pirates
afin de préserver les âmes sensibles, le forum est déconseillé aux moins de 17 ans
Si aucune fiche est postée après cinq jours, votre compte sera supprimé.

(m) paradis artificiel.

 :: ET ILS RIENT :: FICHES V1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Ven 24 Jan 2014 - 15:31
keano do vale

ange déchu
Héritage Infortuné ♆la malédiction Do Vale qu'il traîne comme un boulet. Avec le temps, la fierté s'en est allée. Il n'est pas de ces sanguinaires. Appellation aux Origines Contrôlées ♆ Keano, prénom trouvé à la va-vite pour ne pas le laisser comme un chien errant. C'était mieux avant ♆ vingt ans à n'être qu'un décor inutile. Première Bouffée d'air ♆ Fortaleza, l'autre-monde, le paradis oublié. Papa et Maman ♆ petite moisissure du brésil. De ce qu'en dit Edgar, la mère était une fausse blonde, à la recherche de beauté qu'elle ne trouverait certainement jamais. Brésilienne en adoration sur les poupées de magazines. Dans mon lit ♆ il regarde les filles du coin sans oser les aborder. Il leur écrit des poèmes, les dessine parfois, aussi, mais ne s'en approche jamais, par peur de mal s'y prendre. Et puis de s'y perdre, aussi. Edgar le dit souvent : les filles ne sont que des putains.  Degré de solitude ♆ seul dans sa souffrance. Tromper l'ennui ♆ on le voit souvent, le gamin, au bord du fleuve, derrière son stand médiocre. Il dessine des caricatures pour une misère de billets.  Malédiction ♆ on peut le voir, la nuit, à des kilomètres à la ronde, personne ne peut le rater. Keano, à force d'avoir la tête dans les étoiles a finit par les ramener sur terre. C'est ainsi, qu'une fois le soleil caché dans l'horizon, une traînée d'étoiles prend place tout autour de lui. Comme ça, des points lumineux impossible à capturer. Ils sont vides, fantômes, ou bien trop rapides pour vos gestes, prêts à esquiver vos doigts sales. Pures et intouchables. Tombé dans le trou à rat ♆ Arrivé en 2001, il ne souvient même plus de Fortaleza. Seul l'enfer danse dans sa tête. La nouvelle famille ♆ errants.


au fond du lagon
Pseudo ♆ bon le nom de famille est obligatoire, comme le prénom, on peut toujours négocier même si keano est super.  Hope  Avatar ♆ ezra miller que je trouve magnifique et parfait pour le rôle mais bon, c'toujours négociable. Liens ♆ donc en gros, keano était pas un enfant désiré, un simple accident. Après noël, complètement bourré, Edgar a couché avec une fille, un peu au hasard. 9 mois plus tard, trop jeune et sans argent, celle-ci lui a ramené et n'est jamais revenue. Edgar a un peu de mal avec le côté poète de son fils mais le respecte tout de même. Il a juste tendance à être un peu brute mais ne veut que son bien et sa survie. Un lien très fort les unie, tout de même. Ed est fier de lui à chaque poème qu'il peut écrire mais ne lui avouera jamais vraiment. Au fond, il est même content de ne pas le voir aussi crasseux que le reste de sa famille.    Présence ♆ je demande pas de la folie mais juste de quoi participer un peu à la vie du forum. genre 1 rp toutes les deux semaines, c'est largement suffisant pour moi.  :smoke:   Autre ♆ pour le personnage, j'ai imaginé que keano pouvait avoir quelques tocs, genre vérifier dix fois les mêmes choses, j'ai en tête qu'il ne puisse pas vraiment vivre seul ce qui renforce et pourrit légèrement le lien avec son père. puis bon, si t'as des questions, je suis là et je t'aime.   
Et de longs corbillards, sans tambours ni musique, Défilent lentement dans mon âme ; l'Espoir, Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique, Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir. ▲ BAUDELAIRE
erreur génétique
Keano, c'est un peu la fausse note de la famille Do Vale, le parasite tombé du ciel alors qu'il ne demandait rien à personne, accroché au sein de sa mère. L'atterrissage dans les bras de son père a causé la mort de son courage, certainement, mais aussi la destruction de quelques neurones. On ne peut pas vivre comme ça, le cœur tremblant et les yeux grands. Il se retourne toujours, le gamin, lorsque le plancher craque, qu'un oiseau chante ou que le vent caresse les feuilles. Il se retourne, oui, comme si la mort était à ses trousses.

Même le silence est source d'angoisse. Si ça ne tenait qu'à lui, le gamin traînerait sa carcasse jusqu'à la chambre de son père pour y dormir chaque nuit, détruit par les cauchemars parfaitement dessinés par son cerveau. Et tant pis pour l'âge trop avancé.
Keano n'est pas plus grand qu'un enfant de sept ans, de toute façon. Seul son corps a continué d'évoluer, comme ça, sans le prévenir, sans même lui demander son avis. Il a fermé les yeux et pouf, en les rouvrant, la barbe était déjà là, piquante. Pour masquer l'angoisse, on le voit souvent agenouillé devant son lit sans plis. Paume contre paume, les yeux fermés, le voilà imploré la bénédiction du Tout-Puissant. C'est presque fou d'entendre son amour pour Dieu quand tout autour de lui n'est que Chaos.

Le croyant, il ne tue pas, il ne boit pas, il ne fume pas. Il se contente d'écrire des poèmes quand son esprit n'est pas possédé par l'angoisse. Le gamin se vide l'esprit, pour ne pas sentir couler le sang. Il dessine aussi, quand le soleil tape trop fort sur ses pensées pour en sortir le moindre vers. C'est sa façon à lui d'accuser le coup, de ne pas perdre son humanité bien trop grande, quitte à y perdre la vie. Un rien semble suffire à remettre son existence en cause. Keano manque de tout : de confiance en lui, de cruauté, de charisme et de force. C'est une coquille vide dont les bruits résonnent inlassablement sous son enveloppe de chair. Le gamin paumé qui foule la terre maudite à la recherche du paradis. Le poète raté. L'artiste désespéré. Il fait tâche, dans ses vêtements trop colorés. Ses gestes saccadés et répétitifs prennent le pas sur tout, à n'importe quel moment du jour ou de la nuit. Les mains seront lavées dix fois de suite, au petit matin, le lit sera vérifié trois fois, à la recherche de la moindre imperfection (elle est présente partout, cette imperfection). C'est la seule chose trouvée par Keano pour ne pas tomber dans la folie, comme le reste de sa famille qu'il lui arrive de vouloir fuir. Pourtant, sans les bras musclés de son père, il ne pourrait pas, non, résister en enfer. Keano n'est pas taillé pour toutes ces choses : la bataille, le sang, la haine. Il est fragile, pas en phase, c'est comme ça, un point c'est tout. On ne peut pas survivre dans un monde que l'on ne choisit pas. Encore moins lorsqu'on est à peine capable de respirer seul.

edgar do vale
Je vis dans l'ombre Papa depuis que nous sommes arrivés ici. Il m'a souvent prononcé les mêmes paroles, sur un ton si doux que même la caresse d'une plume ne serait pas aussi agréable. Il disait comme ça, que le diable pouvait bien sortir de sa grotte, jamais nous ne partirions parce que la terre nous appartient. Elle est à l'Homme, aussi fou soit-il. Les démons sont à l'enfer, nous ne bougerons pas d'un cil. Je le sais, et j'en serais suffisamment fort, à sceller mes doigts aux siens. Je n'ai jamais rien vu d'autre que Sao et je sais comment les choses se passent ici. Si Papa vient à mourir, je finirais dans les bras de ses sœurs. Mais les bras de ces filles venins, je n'en veux pas. Je prendrais la fuite, dans la nature, perché dans un arbre à pêcher du poisson chat. Parce que Papa m'a appris à le pécher. Il me l'a souvent montré, sous un soleil d'été brûlant. Il suffit de plonger une main dans l'eau, délicatement. Les poissons finiront par venir d'eux mêmes, attirés par les débris de peau s'échouant dans l'eau.
Je me souviens de notre premier poisson chat. Il avait voulu que je l'assomme. Je n'avais même pas su l'attraper entre mes doigts sans avoir mal. Mais aujourd'hui, c'est différent, la pêche ne me fait plus peur. Papa me dit souvent que je suis l'un des meilleurs dans ce domaine. Alors, au fil des jours, je finis par y croire, le filet plein de victimes. Je leur ramène de quoi se nourrir : poissons, écrevisses et tout autre bêtes étranges et comestibles. Je les connais par cœur comme je connais par cœur l'histoire que Papa m'a raconté mille fois.
Lorsque je suis né, Maman a vu mes yeux. Ils étaient si brillants qu'elle en a perdu la vue. Au petit matin, elle n'était plus là, elle avait pris le large, des étoiles entre les bras. Depuis ce temps, il ne me reste plus qu'un Papa. Un Papa qui ne s'en ira qu'une fois la mort à ses pieds. Un Papa plus fort, capable de s'occuper de sa famille jusqu'à la fin des temps. Il n'a peur de rien, lui, même pas de mes yeux. Il n'a pas peur des monstres dans les placards et des cauchemars qui détruisent mon réveil, chaque nuit. Il est là, à tenir ma main lorsque les angoisses se font plus fortes que ma respiration. Je le regarde et je sais que tout n'est pas perdu.
Je sais qu'il est là, Papa, et puis c'est tout.
Je ne connais même plus son prénom.
Papa Do Vale.
(c) MORIARTY

salvatore do vale
Soeur. Salvatore, elle attire tous les regards. Je les vois bien, lorsque je marche avec elle, pour me rendre jusqu'au marché. Je vois bien les hommes qui sourient un peu trop et qui font des commentaires un peu trop bêtes. Je la vois, sourire et faire des œillades, embarquer dans leurs jeux comme si elle ne demandait que ça. Salvatore, elle joue un jeu, toujours. Elle fait la mascarade, mais son coeur, il n'est pas aussi noir. Elle cache des choses, des cicatrices qui s'y trouvent, peut-être. Salvatore, elle donne envie de la prendre dans nos bras, comme une petite soeur, et de la protéger des idiots qui ne voient que des courbes à caresser.
Mère. On ne le voit pas, au premier abord. On n'y prête pas réellement attention, parce qu'on ne l'imagine pas comme ça, simplement, Sale. On la voit à l'image de son nom, et de ses courbes. Pourtant, elle aurait pu être une maman. Elle aurait été belle, enceinte. Avec un bébé dans les bras, aussi. Je suis certain que papa, s'il m'a vu un jour dans les bras de Salvatore tout bébé, il a aimé cette image là. Peut-être qu'elle est encore présente dans ses pensées, aujourd'hui. Elle est un peu une maman, dans tous les cas. Elle fait des commentaires sur des choses et sourit un peu, transmet des messages avec les yeux, lorsque l'on est à la table. Elle pose des questions sur ma journée, lorsqu'elle vient s'asseoir à côté de moi, sur le canapé, en fin de soirée. Parfois, elle laisse ses doigts glissés dans mes cheveux, et j'arrive à m'endormir la tête sur ses genoux.
Amie. On l'appelle Salvatore, parfois. Sale aussi, lorsqu'elle fait des vilaines choses. Les gens se font des pensées à son sujet, toutes changeantes. Elle est peut-être tout ça, à la fois. Pour moi, c'est Sa. Ou alors, Sasa. Ça change souvent, les surnoms un peu bidons, un peu bêtes. Elle inspire des poèmes, parfois. Quelques mots éparpillés. Elle inspire plein de choses différentes, Salvatore. Tant de choses, si nombreuses, que l'on ne parvient pas à écrire un poème, avec tout ça.
C'est une pluie de confettis sans rapport les uns avec les autres.
Sasa, c'est un peu tout, à la fois.
Pas un bout de chair, comme certains se plaisent à voir.
(c) BABINE
Jack Stride
Ici tu parles du lien qui unit vos deux personnage en long en large en travers, comme tu veux quoi. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis. Sed blandit augue vitae augue scelerisque bibendum. Vivamus sit amet libero turpis, non venenatis urna. In blandit, odio convallis suscipit venenatis, ante ipsum cursus augue. Et mollis nunc diam eget sapien. Nulla facilisi. Etiam feugiat imperdiet rhoncus. Sed suscipit bibendum enim, sed volutpat tortor malesuada non. Morbi fringilla dui non purus porttitor mattis. Suspendisse quis vulputate risus. Phasellus erat velit, sagittis sed varius volutpat, placerat nec urna. Nam eu metus vitae dolor fringilla feugiat. Nulla. Facilisi. Etiam enim metus, luctus in adipiscing at, consectetur quis sapien. Duis imperdiet egestas ligula, quis hendrerit ipsum ullamcorper et. Phasellus id tristique orci. Proin consequat mi at felis scelerisque ullamcorper. Etiam tempus, felis vel eleifend porta, velit nunc mattis urna, at ullamcorper erat diam dignissim ante. Pellentesque justo risus. Rutrum ac semper a, faucibus nec lorem. Nullam eget quam tellus, eget sagittis justo.Class aptent taciti sociosqu ad litora torquent per conubia nostra, per inceptos himenaeos. Proin ante enim, tincidunt ut interdum in, adipiscing quis tortor. Nulla turpis lacus, rutrum in adipiscing ut, porttitor ac ante. Sed euismod, mauris a.
(c) MORIARTY

belphegor young
Ici tu parles du lien qui unit vos deux personnage en long en large en travers, comme tu veux quoi. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis. Sed blandit augue vitae augue scelerisque bibendum. Vivamus sit amet libero turpis, non venenatis urna. In blandit, odio convallis suscipit venenatis, ante ipsum cursus augue. Et mollis nunc diam eget sapien. Nulla facilisi. Etiam feugiat imperdiet rhoncus. Sed suscipit bibendum enim, sed volutpat tortor malesuada non. Morbi fringilla dui non purus porttitor mattis. Suspendisse quis vulputate risus. Phasellus erat velit, sagittis sed varius volutpat, placerat nec urna. Nam eu metus vitae dolor fringilla feugiat. Nulla. Facilisi. Etiam enim metus, luctus in adipiscing at, consectetur quis sapien. Duis imperdiet egestas ligula, quis hendrerit ipsum ullamcorper et. Phasellus id tristique orci. Proin consequat mi at felis scelerisque ullamcorper. Etiam tempus, felis vel eleifend porta, velit nunc mattis urna, at ullamcorper erat diam dignissim ante. Pellentesque justo risus. Rutrum ac semper a, faucibus nec lorem. Nullam eget quam tellus, eget sagittis justo.Class aptent taciti sociosqu ad litora torquent per conubia nostra, per inceptos himenaeos. Proin ante enim, tincidunt ut interdum in, adipiscing quis tortor. Nulla turpis lacus, rutrum in adipiscing ut, porttitor ac ante. Sed euismod, mauris a.
(c) AMIANTE
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Ce n'est qu'un paradis artificiel~
» Le portail vers le paradis . Le début de la tragédie.
» Description des Ruines de la Tour du Paradis
» Au diable les enfers, Au paradis des amours, Je suis libre.
» Terrae: Portail de l'Enfer ou du Paradis?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOUTUE VERMINE :: ET ILS RIENT :: FICHES V1-
Sauter vers: