N'oubliez pas de déclarer votre amour pour satan, en postant sur bazzart Hope
Ils sont beaux, ils sont frais, ils n'attendent que vous.
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil aux PVs Hope
on veut plus de boobs :pff:
- la surpopulation de mâles sur le forum
Pensez à privilégier les hippies, les voleurs et les pirates
afin de préserver les âmes sensibles, le forum est déconseillé aux moins de 17 ans
Si aucune fiche est postée après cinq jours, votre compte sera supprimé.

seth - and shepherds we shall be

 :: ET ILS RIENT :: FICHES V1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 27 Sep 2015 - 23:25
seth semiasas

âme égarée
Héritage Infortuné ♆ Semiasas. Ca ne sonne pas tellement yougoslave, et pourtant. Appellation aux Origines Contrôlées ♆ Seth pour les intimes, mais Seth s'est fait connaître par le doux nom de Messiah. Tout en modestie. C'était mieux avant ♆ 54 années pas encore achevées d'une balle de .45. Première Bouffée d'air ♆ le 19 mars 1961, à Portland, Maine. Papa et Maman ♆ La madre est yougoslave, le paternel américain, c'est du cinquante-cinquante. Dans mon lit ♆ Quelques femmes, quelques hommes, Messiah ne rechigne pas à répandre la bonne parole. Degré de solitude ♆ Veuf, amputé de sa partenaire dès l'arrivée à São Poeira. Elle faisait partie de ceux pour lesquels le gaz est mortel.  Tromper l'ennui ♆ A la tête de La Main Basse, cette organisation quasiment sectaire menée par Messiah. C'est du trafic d'humains basique : on enlève et on rend - plus ou moins cabossé - en échange d'une rançon, en oubliant de préciser que l'être retourné va y laisser sa peau. Idolâtrie ♆ Autrefois purement catholique, désormais persuadé qu'il est le nouveau prophète.  Tombé dans le trou à rat ♆ Bientôt huit ans qu'il s'imprègne du gaz pourri et qu'il rampe entre les pavés, Seth s'intègre au décor. La nouvelle famille ♆ les trainées.

   

au-delà des dunes
Joli prénom ♆ Marine ! Pseudo pas beau ♆ Crooner curves. Nombre d'hivers endurés ♆ 21, bientôt 22 même. Pierre précieuse préférée ♆ les galets ? Compagnie de voyage ♆ J'ai des taupes infiltrées et quelques courageux m'ont convaincue ! Mot doux ♆ Il est beau, il est cool, je l'aime d'amour. Degré d'addiction ♆ toute ma vie ? Sésame ouvres-toi ♆ OK BY ALIEN Tête de cochon ♆ Christoph Waltz. TYPE DE PERSONNAGE ♆ inventé. Remerciements ♆ gif sur tumblr, avatars de Odistole Mot d'amour en plus ♆ pou
And shepards we shall be, for Thee, my Lord, for Thee. Power hath descended forth from Thy hand, that our feet may swiftly carry out Thy command. So we shall flow a river forth to Thee and teeming with souls shall it ever be. ▲ IN NOMINE PATRIS, ET FILII, ET SPIRITUS SANCTI
It is your corrupt we claim
T'es pas l'homme le plus évident à cerner, Seth. Seth aux doubles facettes, Seth qui répond seulement à Messiah mais qui refuse de renier son identité pour autant, Seth qui vivait dans l'ombre d'Eden. Ils ont cru que la solitude te mettrait à genoux, que tu sombrerais de nouveau et que tes vieux démons finiraient par te bouffer le nez. Conneries, t'es toujours là à mener la barque, même si t'en mènes pas large. T'es d'une violence qu'on ne soupçonne pas, derrière les cheveux gris et les crevasses qui viennent fissurer ta peau - grise, aussi, t'as perdu tes couleurs, Messiah -, tes poings ont rencontré un bon nombre de murs et tes côtes ont été frôlées par quelques phalanges recourbées. C'est comme ça que tu persuades, tu frappes jusqu'à ce que ton interlocuteur comprenne qu'il est con. Ton passif d'accro au crack n'a pas vraiment amélioré ta capacité à gérer la colère, faut l'avouer, mais t'as pas replongé, c'est Dieu qui t'a demandé de rester clean alors tu l'as écouté, parce que t'es un bon chrétien Seth ! Enfin, presque, tu commets des pêchés et tu viens te confesser, ça fait de toi un bon chrétien non ? Tu t'en fous, c'est toi la Main de Dieu maintenant, t'es le messie, droit de vie ou de mort sur les êtres qui t'entourent. Ils ont dit que tu perdrais la tête à être tout seul, alors tu t'es créé ta famille, t'as pris sous ton bras des âmes fêlées et tu leur as montré qu'ils avaient pas besoin de l'extérieur, ils avaient juste besoin de toi tout comme t'as besoin d'eux. Et parfois y'a même des petits morceaux de toi qui viennent péter
(craquer)
à la surface et tu changes l'eau en vin pour tes compagnons de fortune, et tu racontes des conneries en latin le majeur levé vers les cieux, juste pour eux ! C'est pas une secte, c'est pas du terrorisme, c'est la Main Basse, Messiah. T'en es le père et le guide et le saint-esprit !
   

   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 27 Sep 2015 - 23:26
Each day we will spill their blood

l'étrange
Si les pouvoirs s'apparentent parfois à des malédictions, celui-ci échappe à la règle. Ce n'est pas le don le plus incroyable, ça ne permettra à personne de sauver ou d'achever une vie, mais il se trouve bien là, ne demandant qu'à être usité. On ne se souvient pas si c'est le pouvoir qui a déclenché la mégalomanie ou si c'est l'inverse - le cercle n'a pas de commencement ? - mais ça conforte Messiah dans son idée qu'il est un prophète. Messiah peut transformer l'eau en vin. Un vin rouge, jamais le même. Ça ne semble pas dépendre de la qualité de l'eau, il a essayé de puiser plusieurs fois dans la même source et le résultat était systématiquement différent. Il suffit de lui offrir un verre, un bol, un bocal à anchois, tant que le récipient contient de l'eau, Messiah peut le transformer en vin. Il l'utilise quotidiennement, ne serait-ce que pour rappeler aux sceptiques qu'il est bien la digne relève du Christ. Du plus grand cru au vin de table qui tâche les dents, les possibilités sont quasiment infinies.
(c) Odistole


São Poeira
São Poeira c'était l'opportunité d'échapper aux lois, créer un empire au plus près de l'antre du diable ça sonnait racoleur. Seth est arrivé, sa femme à son bras - une créature quasiment plus pourrie que lui, c'était pour dire - et la ferme intention de perpétuer le trafic d'humains qu'ils avaient mis en place d'abord aux Etats-Unis avant de le délocaliser en Europe. Les risques grandissaient continuellement et il n'était pas envisageable de mettre en péril La Main Basse. C'est Eden qui a eu l'idée de s'expatrier au Brésil. Elle avait entendu parler d'un eldorado où les criminels trouvent refuge, un endroit où personne n'osait entrer, et Seth - Seth il l'aurait suivie jusqu'au bout du monde. Et puis le gaz, le gaz n'était pas d'accord, peut-être qu'il a senti l'âme fêlée et charbonneuse d'Eden, le gaz a eu sa peau. C'était trop tard pour faire demi-tour et Seth dû se résoudre à rester au Brésil. Il n'aimait pas beaucoup la ville au début, maintenant il s'y sent mieux. A sa place, dans les rainures sous les chaussures, dans les caniveaux et les égouts, c'est là qu'il brille de mille feux.
   
(c) Odistole

Et de longs corbillards, sans tambours ni musique, Défilent lentement dans mon âme ; l'Espoir, Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique, Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir. ▲ BAUDELAIRE
'til it rains down from the skies
(la gangrène)
Tu t'en es pas si mal sorti Seth. Gamin d'immigrée, à moitié américain à moitié européen, le mélange s'est révélé plus prometteur que prévu. T'aurais pu passer ta vie dans le Maine, rester le charmant fils sagement croyant, t'aurais même pu devenir curé - ta mère aurait été tellement ravie -. Ils auraient dû remarquer dès le début que t'étais pas fait pour ça. Je l'ai vu, moi. Ils pensaient que tu étais docile et que tu te tiendrais dans les rangs, que tu resterais à ta place ! Tant de violence et de volonté, t'étais à peine adolescent quand tu t'es fait approcher par les premiers vendeurs de rêve. On t'a expliqué que t'étais un gamin spécial, que tu pouvais faire de grandes choses si seulement tu acceptais de donner un coup de main aux bonnes personnes.
On t'a collé des sacs opaques entre les bras et on t'a dit de courir les planquer si tu voyais des flics traîner dans les rues, on t'a demandé de faire le guet et siffler quand quelqu'un s'approchait, on t'a ordonné de garder le secret. Tu avais aucune idée à l'époque que tu étais le maillon d'une organisation d'une influence nationale, qu'à ton échelle tu répandais le crystal dans les rues de ta propre ville. Tu savais même pas ce que c'était, comment tu aurais pu savoir alors que t'avais à peine quatorze ans ? Tu voulais juste faire comme les grands. C'est pas ta mère qui allait t'apprendre ça - enfin, t'en étais persuadé à l'époque, avec le recul tu te dis que t'étais vraiment un con - avec son job pourri de femme de ménage, ou ton père et ses heures passées sur les docks de la ville. Tu t'es trouvé une famille de subsitution, ces mecs tous plus baraqués les uns que les autres qui prenaient autant de coups qu'ils en donnaient, qui prenaient des corps comme ils en voulaient. T'as fini par aller moins souvent à l'école, jusqu'à ne plus y aller du tout : tu passais tes journées dans les entrepôts pourris à faire ta place au sein de la gangrène. Tu t'es trouvé des mentors, des pourris et des perdus. Ils t'ont appris à fabriquer des pipes à crack, ils t'ont tatoué des mots avec des fautes d'orthographe, ils t'ont payé une pute pour tes seize ans, ils t'ont foutu des armes entre les doigts et t'ont habitué à prendre et rendre les coups. Des quelques gamins comme toi, arrachés à leur foyer dans l'espoir d'une vie plus palpitante, tu t'es révélé le plus coriace : pas le plus fort, pas le plus rapide ni même le plus intelligent, mais une ténacité à décourager le plus valeureux adversaire. Tant que t'es pas mort, tu te relèves, ton orgueil te laissera pas crever comme ça.

(boston)
Ils t'ont proposé de partir à Boston. C'est là où se trouve le plus gros du réseau, c'est là qu'ils veulent que tu fasses tes armes. T'as su faire le guet, t'as su planquer la came, t'as su revendre et défendre ton bout de terrain quand d'autres le clamaient. T'as vingt-et-un ans et tu sais rien faire de tes mains hormis les plonger dans la merde. T'as pris la peine de monter un beau petit mensonge pour tes vieux, pour pas qu'ils essayent de te dissuader ou de venir te chercher : tu leur as dit que t'avais bien réfléchi et contacté une sorte de foyer pour paumés, qui se chargerait de rattraper tes lacunes scolaires et qui essayerait même de te faire entrer à l'université. Tu sais même pas par quel miracle ils ont gobé ça, c'était trop beau pour être vrai. Y'a jamais eu d'espoir pour les sales cons, Seth. Sans doute qu'ils n'y ont jamais cru, mais que pouvaient-ils faire ? Ils se sont rattrapés sur tes frères et soeurs, la promesse tacite de ne pas laisser la rue les attraper. T'étais déjà perdu.
Boston a accueilli le presque adolescent dégoulinant de rêves de grandeur, de suffisance, de violence que tu étais alors. T'as gravi quelques échelons, t'es encore un des morpions qu'on peut remplacer facilement. Tu prends ton pied quand ton nom s'échappe des lèvres que tu as entaillées, quand c'est toi qu'on vient chercher pour une transaction de taille. Et puis tu te laisses tenter par les démons : le crystal passe entre tes mains mais le crack s'infiltre dans tes poumons, tu avais toujours soigneusement évité de plonger mais c'en était trop. Tu pouvais plus te passer de l'euphorie et la confiance infinie que les cailloux te procuraient, et la descente était toujours brutale. Triste manière de ralentir ton ascension, le crack combiné à toute la colère que t'avais à déverser, les vagues de haine cycliques qui venaient t'aveugler. T'as jamais su à qui tu en voulais, Seth. Alors tu allais expier tout ça à l'église du coin, comme ta mère t'avait dit de faire quand t'étais gamin et que tu avais juré devant elle. Elle t'avait embarqué fissa et t'avait limite enfermé dans le confessionnal, précisant bien que tu reverrai pas la lumière du jour tant que t'avais pas balancé tes méfaits au pape, histoire que le bon dieu te lave la bouche à l'eau bénite. T'avais pas moufté les premières minutes mais l'impatience avait fini par te gagner, du coup tu lui avais tout raconté à ce con de prêtre. Que tu as dit que les russes, c'étaient des enculés, car c'est ce que disaient les gars de l'entrepôt. T'as jamais remis les pieds dans cette église. Mais t'as repris l'habitude à Boston, maman a dit que ça faisait de toi un bon gars, de raconter tes conneries au tout-puissant. Et puis tu y croyais. Tu te définissais pas comme tel car toutes les institutions religieuses te débectaient profondément, mais au fond tu étais bien persuadé qu'un être supérieur était là, au dessus du monde.

(eden)
C'est peut-être le grand patron qui m'a mis sur ton chemin, tu crois pas ? Après tout on s'est rencontré dans une église et on m'appelle Eden, ça fait beaucoup de signes bibliques tu crois pas ? Je t'ai récupéré quand tu étais au plus bas Seth. Le quart de siècle et tant d'années perdues dans les canettes percées et les reins des poupées égarées. Je t'ai sorti de la spirale dans laquelle tu laissais ta peau, j'ai recollé les morceaux Seth. Quand je t'ai vu là, vacillant et transparent, j'ai su que je ne pouvais pas te laisser courir à ta perte. Il y a tellement de choses à exploiter et tu laissais la drogue te mener dans les caniveaux, ça m'en brisait le coeur. Tout mon entourage m'a dit que j'allais me tuer à la tâche, que t'étais une cause perdue, que t'en valais pas la peine ; t'étais cassé, j'allais te réparer. T'as mis du temps à me laisser une place, peut-être que mon uniforme t'a aidé à me faire confiance, mais éventuellement tu as fini par m'accepter. Je t'ai sorti des combines foireuses, ils savaient pas ce que tu étais, Seth. T'es fait de métaux lourds, d'arrogance, de leadership, t'es plaqué de cruauté à t'en boucher tous les pores de ta peau grise.
J'ai toujours eu ça en moi. Peut-être que tu as simplement été le déclencheur, peut-être que c'est quand tu t'es rendu compte que tu t'étais entiché d'une nonne que le masque est tombé. J'avais rien de l'âme douce et altruiste que j'affichais, c'était la noirceur qui me faisait avancer, l'avidité du pouvoir qui me motivait. Je t'ai sevré du crack, j'ai gommé les descentes qui te donnaient juste envie d'en finir, je t'ai montré que t'as pas besoin de ça pour briller. T'as même arrêté de baiser, Seth, t'as commencé à (essayer de) me faire l'amour un minimum, toujours de cette manière désespérée que t'as de faire les choses. Je t'ai promis qu'on règnerait sur le monde et que la ville serait à nous - et on est partis de Boston, t'as simulé ta mort en planquant un corps piqué à la morgue dans ta bagnole et tu lui as foutu le feu. Ça a pué le caoutchouc et le cochon grillé pendant des semaines, comme un dernier doigt d'honneur à ceux qui t'ont trainé au fond du gouffre.

(la main basse)
On est au sommet du monde. On s'installe au Maghreb, on ne reste jamais bien longtemps au même endroit. Tu excelles dans le monde du vice, Seth, les mains plongées dans l'or. On s'aventure en Afrique Centrale et le stratagème fonctionne à merveille : enlever, exiger une rançon, libérer. Tu as toujours mis un point d'honneur à rendre les otages au moins vivants pour conserver une image de marque, tu disais. Une organisation criminelle presque familiale qui fut baptisée La Main Basse par un média européen, et tu as adoré l'idée. On a enlevé des personnes de toutes nationalités. Il y en a même que tu as apprécié, Seth. Les français rapportaient le plus : leur gouvernement avait cette capacité à aligner la thune sans essayer de négocier, trop inquiet qu'on leur envoie la tête de leur citoyen dans un carton mal scotché. On en a tué quelques uns. Des américains principalement, qui s'obstinaient à vouloir récupérer l'otage par la force et pas par la magie de l'argent, ça a été compliqué de leur faire comprendre que t'allais pas te laisser impressionner par quelques menaces de tir d'artillerie. Trop bien planqué pour être inquiété.
Et j'étais là à te souffler les idées, à te persuader que c'était toi qui venait de les avoir. Charmante poupée Seth, je me sentais presque ventriloque.
Les encouragements murmurés dans ton cou, la litanie incessante qui te priait de les faire souffrir, de me montrer ce que tu savais faire de tes mains, les soupirs desquels s'échappaient des "t'es à moi Seth". L'entreprise terroriste qui fonctionnait bien, très bien, et on a fini par manquer de se brûler les ailes à force de flirter avec le soleil. La Main Basse est devenue l'ennemi public numéro 1, les marches blanches en soutien aux familles éplorées, amputées des insouciants qui avaient fait l'erreur de croiser notre chemin, les armées déployées pour nous faire sortir de nos tanières.

C'était mon idée, Seth, je te l'accorde. J'avais entendu parler de Sao Poeira, des légendes bibliques et je me suis dit que ça serait beau de finir nos jours là-bas. Je ne sais pas si on a cessé de croire un jour mais ça sonnait comme l'eldorado inespéré. La sortie de secours d'une célébrité dangereux, du contrat mis sur nos têtes. On est repartis vers l'Amérique, Seth, prêts à reprendre le business outre-Atlantique. Le plan était parfait.

Mais le diable n'a pas voulu de moi. C'est presque logique pour une personne qui a passé des années à se croire aux côtés de Dieu. J'avais balayé la probabilité d'un revers de main quand on m'avait évoqué les dangers du gaz, persuadée qu'on était tous les deux bien assez solides pour encaisser une drogue de plus. Dès que j'ai passé la frontière, dès qu'on l'a traversée main dans la main j'ai senti que ça se passait pas comme prévu. Tu respirais l'air à plein poumons alors que je me sentais déjà étouffer, abattue sous les battements affolés de mon coeur. Tu m'as emmenée à la vieille église - t'as toujours été un sentimental - t'as imploré de l'aide et t'as même pris le temps de coller ton poing dans la mâchoire d'un local qui a dit que c'était fini, que j'allais crever là. J'veux pas mourir, amour, que je t'ai dit quand le sang s'est invité à ma toux.
J'veux pas mourir.

C'était trop tard, Seth, tu m'as pas lâchée une seconde alors que la vie m'échappait à vue de nez mais c'était trop tard. Tu m'as promis que tu retoucherais pas au crack, t'as essuyé les larmes qui venaient strier mes tempes jusqu'à ce que le sang remplace l'eau salée, jusqu'à ce que le sol soit humide de notre perte. J'ai vu l'horreur, j'ai vu Dieu et c'était toi, j'ai vu Satan et c'était toi. J'ai serré les dents à m'en péter les crocs, j'ai que c'était terminé mais non - j'ai jamais abandonné facilement, je me suis accrochée à tout ce que je pouvais -. J'veux pas mourir. Et puis mes yeux ont roulé une dernière fois dans mes orbites et c'était fini.

T'as bien failli laisser ta peau à ton tour. Cette vieille connasse de crack te tendait les bras mais tu m'as promis, Seth, et tu as fini par péter un plomb. A la limite de l'hystérie, complètement ravagé par la mégalomanie, tu t'es mis en tête que t'étais un prophète. Je sais plus ce que je t'ai dit avant de lâcher mon dernier soupir car la fièvre me faisait voir une réalité déformée, mais je serais prête à parier que j'ai dit quelque chose pour te persuader de ça. Tu étais seul et tu t'es mis en tête de reformer la Main Basse, mais cette fois c'est seulement toi qui la mènerait. Tu allais en être le cerveau, l'esprit et le coeur, tout ça réuni, t'allais les guider.
Messiah. C'est ça, le nom auquel tu réponds depuis des années. L'identité que tu t'es forgée quand je n'étais plus là pour te dicter qui tu étais, Seth. Tu leur as montré que tu pouvais leur offrir le pouvoir et l'amour, tout ça en même temps, comme une vraie famille - et folles sont les âmes qui t'ont suivie -. Tous ces gamins et ces putains, tous les égarés, les loups solitaires, t'as accueilli les paumés à bras ouverts tant que t'avais assez de bonne parole à distribuer.

Tu sais même plus si tu es à la tête d'une secte ou d'un groupe terroriste, Seth. T'envoies tes gars récupérer des touristes aventureux et tu joues le même manège qu'auparavant : exiger une rançon avant de les libérer.
Qu'est ce que tu en as à foutre qu'ils crèvent dans l'avion sur le chemin du retour ?
   

   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 27 Sep 2015 - 23:29

omg, je suis folle de cet homme et si je pouvais je l'épouserais sur le champ. je l'aime d'amour, waltz. (d'ailleurs, il me fait valser sur ses genoux anytime. perv)
ton personnage a l'air absolument enchanteur, j'espère avoir la suite de cette fichette bientôt bientôt.  

en attendant, bienvenue et bon courage pour la rédactiooon.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 27 Sep 2015 - 23:34
Hello toi perv jtebaise
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 27 Sep 2015 - 23:38
j'attendais justement que tu postes le début de ta fiche, je suis pas déçue, ça c'est un personnage qui promet perv
bienvenue, je vais continuer de surveiller du coin de l'oeil
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Bélial Chateminoy
SATAN M'HABITE
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 326
♆ PSEUDO : AMIANTE.
♆ AVATAR : DIEU DEPP.
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE MAUVAIS
♆ PERDITION : LES ANNÉES S'AJOUTENT ET DISPARAISSENT. LE TEMPS NE FAIT PLUS EFFET SUR SES TRAITS. TANTÔT ENFANT AUX MAINS BALADEUSES, ADULTE AUX SOURIRES CRASSES ET VIEILLARD AUX MOTS AIGRIS.
♆ ÉGARÉ : DANS L'ANTRE DE SATAN.
♆ ENNUI TROMPÉ : GOUROU SATANISTE. CHIEUR, FARCEUR, EN MISSION POUR LUCIFER POUR FAIRE DE VOTRE VIE, UN ENFER.

(#) Dim 27 Sep 2015 - 23:56
je t'avais dit que waltz était parfait pour un dieu perv
bon je crois qu'avec bébé le démon, ça va être la guerre dans les draps mais vlad devrait t'aimer perv
content que tu aies craquer, bienvenue en enfer pedo

♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Lun 28 Sep 2015 - 0:22
Jax :beat: je vais pas trop traîner j'ai fort hâte de vous rejoindre héhé ! j'espère qu'il sera aussi enchanteur qu'il en a l'air hé.

Blue niark ton pouvoir est trop cool oké. HELLOTOI.

Cosme ouuuh trop de pression sur mes petites épaules fragiles :pff: j'espère ne pas te décevoir en tout cas !

Bélial goodlord ce gif de signature J'AVOUE il claque de ouf héhé, j'ai eu droit à des conseils avisés pour trancher aussi faut dire ! MERCI

( c'est mon smiley préféré c'est bon il est adopté)
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Lun 28 Sep 2015 - 19:06
BIENVENUE EN ENFER
waltz, ce choix.
je ne vais faire que confirmer les dires de mes VDD mais ouais, ça, ça pue le personnage qui promet.
la suite, la suite.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mer 30 Sep 2015 - 14:27
c'est toi tu pues
plus que l'histoire les loulous héhé
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Bélial Chateminoy
SATAN M'HABITE
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 326
♆ PSEUDO : AMIANTE.
♆ AVATAR : DIEU DEPP.
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE MAUVAIS
♆ PERDITION : LES ANNÉES S'AJOUTENT ET DISPARAISSENT. LE TEMPS NE FAIT PLUS EFFET SUR SES TRAITS. TANTÔT ENFANT AUX MAINS BALADEUSES, ADULTE AUX SOURIRES CRASSES ET VIEILLARD AUX MOTS AIGRIS.
♆ ÉGARÉ : DANS L'ANTRE DE SATAN.
♆ ENNUI TROMPÉ : GOUROU SATANISTE. CHIEUR, FARCEUR, EN MISSION POUR LUCIFER POUR FAIRE DE VOTRE VIE, UN ENFER.

(#) Mer 7 Oct 2015 - 14:32
temps écoulé

le sang a giclé
Larmes de sang, là, qui dégoulinent le long de ses traits. N'entends-tu pas ses cris d'agonie, les âmes qui se voient alors meurtris ? Il fait l'enfant, le pauvre Satan, de ne pas toucher ton âme, de ne pas s'amuser avec toi. Il te voit, là, au travers de la foule, t'éloignant doucement, t'effaçant presque tendrement, et il ne l'accepte pas. Connais-tu seulement la sentence, pour rendre le démon aussi triste, aussi humain ? Dix larmes de sang ont déjà été versés, si tu n'es pas là d'ici quatre nouvelles larmes, il sortira les crocs, il sortira le fouet, et ton âme, brusquement, sera détruite à néant. Ce que Satan n'a pas, n'existe pas.

Demande un délai si tu ne veux pas finir dans l'estomac du Diable niark



♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sam 10 Oct 2015 - 23:24
bienvenue à São Poeira
la vie est finie, mais tu survis.


punaise.
c'est quoi ce personnage ? il est cool.
non, il est génial.
c'est qu'il va faire une sacrée concurrence à notre Bélial national en plus, ça va être sympa. j'aime beaucoup ce que tu as fait de ce perso, c'est franchement classe.
bienvenue par ici et hésite pas à faire tourner quelques têtes.


Il y a ce sourire, là, si grand, si laid, sur ses lèvres gercées par les morsures et le sang versé. Il t'observe, là, le torse ouvert, le coeur entre ses mains, maintenant. Plus rien ne t'appartient ; tu es à lui tout entier, maintenant, qu'importe ce que tu choisis de faire. Ses ongles, si abîmés, s'enfoncent dans ton pauvre coeur et y glisse son venin. La malédiction est lancée ; te voilà captivé.

les liens utiles

VOS LIENS
POUR LES DIVERSES DEMANDES
REGISTRE DES EMPLOIS
LA VILLE
LES POUVOIRS
LE BOTTIN
LES INTRIGUES & ÉVÉNEMENTS
LES ANNONCES




Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Seth Tienyue (Serpentard)
» Technique Seth'Gya
» seth greko
» Seth a une soeur : Isis !
» Segment : Seth Rollins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOUTUE VERMINE :: ET ILS RIENT :: FICHES V1-
Sauter vers: