N'oubliez pas de déclarer votre amour pour satan, en postant sur bazzart Hope
Ils sont beaux, ils sont frais, ils n'attendent que vous.
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil aux PVs Hope
on veut plus de boobs :pff:
- la surpopulation de mâles sur le forum
Pensez à privilégier les hippies, les voleurs et les pirates
afin de préserver les âmes sensibles, le forum est déconseillé aux moins de 17 ans
Si aucune fiche est postée après cinq jours, votre compte sera supprimé.

s'arracher les membres un par un

 :: ET ILS RIENT :: FICHES V1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Jan 2014 - 4:51
Delilah Mulciber

âme égarée
Héritage Infortuné ♆ Mulciber. C'est sombre, c'est malveillant. C'est ce patronyme que ton père t'as légué, fardeau et damnation venant avec. Mulciber, comme une ode à Satan, à Lucifer. À tout ce qui est mauvais, sombre et tragique. C'est ce patronyme qui te colle à la peau, qui la brûle au passage. Ce nom qu'on dit tout bas. Appellation aux Origines Contrôlées ♆ Delilah. Ça glisse sur la langue tel une douce litanie, mais ô combien infernale peut-elle être. C'était le prénom de ta mère et de sa mère avant toi. C'est doucereux, ce prénom. Doucereux tel le poison qui repose au creux d'une jolie fleure dorée. C'était mieux avant ♆ Ton être hante cette terre depuis vingt ans. Ô pauvre âme égarée, condamnée à erré parmi tes fantômes. Première Bouffée d'air ♆ C'était en décembre que tu as profané la vie, le sept. La neige, elle tombait, blanchissait tout sur son passage, là-bas, dans ce pays, dans cette ville dont tu as oubliée les origines depuis fort longtemps. Papa et Maman ♆ T'es née des êtres de la nuit, du sang, de l'ombre, de la brume. T'es parents, ils n'existent pas, ils sont flous, ces êtres qui t'ont donné vie, vie que tu salis, que tu déchires pour mieux la brûler dans ces flammes rougeoyantes. Dans mon lit ♆Les hommes, ils t'ont toujours fascinée. Avec leur regard sur ta personne, cet air dur, fort qui les possèdent. T'aime leurs paroles à double tranchant, ô douces litanies tortueuses qui se glissent dans ton âme. Les femmes, elles sont belles, certes, mais toi, t'en as jamais rien eu à faire d'elles.Degré de solitude ♆ T'es seule, tu l'as toujours été d'ailleurs. Tu ne veux pas d'accroche, tu ne veux pas de chaînes à tes pieds, de boulet à traîner. Tromper l'ennui ♆ Tu t'amuse avec eux, tu leur fait peur, les terrorises avec un sourire malveillant sur les lèvres. Tombé dans le trou à rat ♆ Tu as perdu le compte depuis longtemps, de ces jours passés dans l'obscurité. C'est peut-être depuis deux ans, ou alors était-ce quatre. Ton crâne s'embrume à force d'y penser, perdue dans la noirceur, dans le côté obscur depuis trop longtemps. La nouvelle famille ♆ Crapule.

   

au-delà des dunes
Joli prénom ♆ Stéphanie   Pseudo pas beau ♆ Écailles de lunes, ou Ghost.Hell Nombre d'hivers endurés ♆ Dix-huit hivers ont passé depuis que je hante la Terre Pierre précieuse préférée ♆ Les rubis et leur couleur sanglante  Compagnie de voyage ♆ Ont m'as parlé de ce forum, je l'ai tout de suite aimé Mot doux ♆ C'est poétique tout ça, c'est beau, c'est sombre. Degré d'addiction ♆ Au moins quatre jours sur sept, parfois plus. Sésame ouvres-toi ♆ OK PAR ANGE. Tête de cochon ♆ Anna Speckhart Remerciements ♆ Tumblr Mot d'amour en plus ♆ Écrire ici.
Et de longs corbillards, sans tambours ni musique, Défilent lentement dans mon âme ; l'Espoir, Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique, Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir. ▲ BAUDELAIRE
le goût du néant
Ses longs cheveux couleur d'ébène volent, s'emmêlent au gré du vent, mèches éparses caressant son visage d'ivoire. Ses prunelles couleur de ciel se posent sur un monde illusoire, ô sombre vision qu'est le monde. Elle ère, Delilah. Elle ère parmi les âmes, ô triste poupée de porcelaine à l'âme démembrée, que fais-tu, seule dans le noir. Les fantômes dansent devant ses yeux aux éclats de pureté, chantent de douces litanies tortueuses, résonnant à l'oreille tel un cri, ô souffrance dans ces voix impurs. Son corps blafard se laisse emporter, déchiré dans les tourments tortueux de ces voix étrangères, se brise, se noie dans cette marre de sang qu'est le siens. Ô si triste de voir cette âme autrefois si pure, innocente, s'envoler en mille éclats dorés, désormais si noire, sombre, si souillée par les ténèbres est-elle. Ô mais qu'est-elle devenue, la jolie fille de l'air, transformée en cette créature au visage angélique et coeur si dur, tel la roche. Les battements de ce coeur glacé ne sont devenus que faible sons dans la pénombre, de faibles cris retenus dans une cage aux barreaux noircis, rouillés de sang.Tel une fleur fanée, ses yeux mornes autrefois si profonds, tel l'océan, scrutent la noirceur, s'en imprègnent, se laissent attirer par la beauté cauchemardesque de ce spectacle de noirceur qui l'entoure sans jamais plus pouvoir la quitter, prisonnière, piégée dans l'ombre d'elle-même. Ses paupières aux longs cils se referment sur ces iris bleutée tel le ciel, se refuse à ce monde contaminé par la noirceur sans pouvoir y échapper. Elle y est enchaînée, son âme, à cette noirceur, à la pénombre qui hante ces ténèbres épais qui, trop souvent, s'éprend, se nourrissent, de sa pauvre âme esseulée. Ce soleil sanglant brûle sa peau laiteuse, dévorée par les rayons trop forts, engloutie. Elle aurait souhaitée être pure, se mêler au vent sous les rayons d'un soleil qui aurait réchauffé son pauvre coeur meurtris. Sous les étoiles floues à ses prunelles de glace, un cri, hurlement déchirant sa gorge enrouée par la poussière désertique de ce misérable endroit. Ô sombre sentiments, que d'être seule au milieu de ces âmes damnées, de ces fantômes incessamment en quête d'apaisement. Deviendra-t-elle fantomatique illusion à son tour, dévorée par le démon sous ses étoiles flottante dans le ciel d'un noir d'encre. Ses ongles noirs s'enfoncent dans la chair de cette enveloppe charnelle qui porte son âme déchus, la déchire, laisse le sang couler en goûtes âcre rougeoyante sur sa peau crayeuse, délivrance. Un soupir, le soulagement. Et ces étoiles qui dansent devant ses yeux assombris par le mal. Elles dansent la danse funeste de la mort, celle qui recouvrira son corps déchiré de son voile de noirceur. Viens, prends-là, ô doucereuse délivrance.

   

   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Jan 2014 - 4:51
alchimie de la douleur

   
l'étrange
Ils sont là, voletant autour d'elle, ces fantômes à l'âme volée. L'enfermant dans leurs litanies obscure, la laissent captive de leurs plaintes, de leur triste noirceur. La pénombre la suit, l'avale. Ô horrible châtiment que de trimbaler ces silhouettes tortueuses, tel les chaînes glacées accrochées au pied. Cette histoire, elle n'est pas belle, elle n'est pas gorgée de soleil comme celles inscrites dans les pages de ces vieux livres de contes oubliés. Elle est sombre, déchue, l'histoire de cette chose qu'ils osent appeler un don. Elle était pure, elle était vivante, Delilah. Imagination débordante créant un monde illusoire devenu réalité, la piégeant à l'intérieur. C'est ironique, c'est triste. Cette imagination qui emplissait son cerveau embrumé par les ténèbres désormais, c'est ce qui a causé sa perte, c'est ce qui a pris son innocence enviée de tous. Ils sont là, désormais, réels. Ces fantômes à la silhouette vaporeuse, ces âmes imaginaires inventées, elles volent autour d'elle, lui chantent leurs tristes louanges tortueuses, la gardent prisonnière de leurs bras décomposés. Ô pauvre âme perdue, pour seul compagnon tes fantômes, ton ombre. Piégée dans la damnation. La lumière du jour ne l'atteint plus, ne touche plus cette peau qui ne demande qu'un seul rayon, qu'un once de chaleur, qu'une éclaircie dans ce monde trop sombre pour sa peau d'ivoire, pour ses prunelles couleur de ciel.
   
(c) MORIARTY

 
São Poeira
Cet endroit sordide, agonisant, c'est tout ce qu'elle connaît, tout ce qu'elle connaîtra, c'est tout ce qui reste. Les souvenirs d'un monde plus beau, plus chaleureux ont quittés son âme maudite, la laissant avec pour seule vision ce monde décomposé. Il n'est là que le pâle reflet d'elle-même, sombre, déchus. Son imagination brumeuse laisse parfois entrevoir un autre monde que celui-ci, plus vivant, emplis de rêves absurdes. Ses pas l'ont menée en pâture au Diable, alors qu'elle fuyait son passé. Ô triste destin que de finir en cet endroit désertique, maudit. L'illusion d'un jour heureux a depuis longtemps quitté ce corps vide de désirs. Ils sont rares, ces moments de bonheur, de joie, en cet abominable endroit. Sous le soleil qui brûle la peau, entourée de ces dunes de sables titanesques s'étalant à perte de vue, il n'y a pas de place pour le rêve d'un bonheur lointain. Une couleur parvient à ses prunelles, bleuté, verdâtre. Le fleuve, étendue d'eau réconfortante. Et si les corps sont utilisés pour assouvir les désirs, si les mains sont usées aux os, le sien ne le sont pas. Ô chose inconcevable que de se livrer tout entière à ces hommes, à leurs désirs monstrueux envers la chair. L'argent, n'est qu'inutilité en cet endroit désastreux, elle n'en veut pas, de cette absurdité, ne désire rien. Le désir, cette chose qui ronge tant d'êtres l'a quittée, la laissant là, inerte, vide. Ses pieds, ils ne l'ont jamais portée au-delà des frontières. Frontières qui la narguent, qui lui susurrent à l'oreille, doucement, dans un souffle, de courir, de prendre la fuite.
   
(c) MORIARTY

Et de longs corbillards, sans tambours ni musique, Défilent lentement dans mon âme ; l'Espoir, Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique, Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir. ▲ BAUDELAIRE
les litanies de Satan
Tu es arrivée dans cet endroit sordide, tel Alice arrive au pays des Merveilles. Ô jeune femme naïve, trop innocente pour ce monde dévasté. Tu t'es laissée emportée par ces chants doucereux, en vérité si tortueux. Si tu avais su, petite poupée de porcelaine, tu ne serais pas venue, tu n'aurais pas laissé tes pieds se poser sur ces terres ravagées aux litanies emplies de fourberies. Ô mais qu'as-tu fait, entourée de tes fantômes imaginaires, âmes inventées de toute pièces. Ils sont là, tes fantômes, ces âmes que tu as crée. Elles sont moins colorée, moins jolies, ces âmes esseulée, forcées à errer autour de ton être. Elles sont sombres, ces silhouettes aux contours flous, déformés. Elles s'agrippent à toi, te parlent de leur voix brisée, tortueuse. Ô plainte déchirée, fendant ton âme, la déchirant pour ne laisser de ton être que des cendres. Tu ne sais plus, elles se sont envolées de ta tête embrumée, les raisons de ta venue. Tu es condamnée, Delilah. Condamnée à errer sur ces terres trop sombres, ô terrifiante pénombre. Elles te suivent, la pénombre, partout où tu vas. Des regards, sombre, craintif, posés sur ta personne frêle. Aux yeux de ces pauvres âmes damnées, tu n'es qu'une jeune femme perdue dans la folie. Mais toi, tu sais, tu les vois, ces ombres qui s'agrippent à toi dans un dernier espoir, tu vois ce qu'eux ne voient pas, tu sais ce qu'eux ne savent pas. Ô poupée de porcelaine, trop de noirceur, trop de triste pour ce corps fragile que tu portes maladroitement. Tu t'accroches, tel ces fantômes à la silhouette dansante s'accrochent à toi, mais toi, tu t'accroches à la douleur, seul signe que tu vie encore, que tu es toujours apte à garder une idée, à respirer malgré cette malédiction qui n'aurait pas dû te tomber dessus, toi, la jolie fille de l'air. Tu es piégée dans ce sable, dans ces rayons de soleil qui te brûlent la peau. Tu y es depuis trop longtemps, si bien que ne sais plus à quoi ressemble tes géniteurs, le monde au-delà de tout ce qui est sombre, au-delà de tout ce qui noircit ton âme perdue. Tu aimerais courir aussi vite que l'air, te laisser emporter au-delà de ces frontières, là-bas, mais tu sais. Tu sais que tu n'y survivrais pas, ô tu n'es pas prête à mourir, pas encore, pas tout de suite. Tu veux garder ce souffle dans tes poumons, ce sang dans tes veines bleutées au travers de ta peau d'ivoire. Tu es faible. Faible parce que tu restes là, dans l'ombre, à jouer avec tes fantômes. Tu es faible, parce que tu ne fais rien pour l'arrêter, ce maléfice tombé sur ton être qui se fond si bien dans la pénombre. Tu laisses ce maléfice prendre tout ce que tu as, tout ce que tu avais, sans rien demander en retour. C'est déjà un miracle, c'est même un peu étrange, que tu sois toujours en vie, tenant là, sur tes longues jambes, le regard perdu dans le néant de ce ciel sans étoiles.

   

   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 464
♆ PSEUDO : AMIANTE.
♆ AVATAR : CILLIAN MURPHY.
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE BON
♆ PERDITION : FABRICATION DE SOUVENIRS.
♆ ENNUI TROMPÉ : FIGURE PATERNELLE DES ENFANTS VOLEURS. SAINT PATRON DES ORPHELINS. LES BONNES INTENTIONS SE SONT ÉRODÉES AVEC LA POUSSIÈRE. IL LEUR A TOUT APPRIS, LES DOIGTS MAGIQUES POUR DÉTROUSSER SANS SE FAIRE ATTRAPER, LA SOLIDARITÉ DANS LE BUTIN QU’ILS PARTAGENT ET MÊME LES VICES AU CREUX DES DRAPS.

(#) Dim 12 Jan 2014 - 5:00
comme il est précisé dans les règles du modèle de fiche et le règlement, la fiche doit être commencée (avoir la première partie faite) avant d'être postée. par conséquent, je déplace dans les refusées, le temps que cela soit fait.
(bienvenue aussi, sisi perv)

♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Jan 2014 - 5:50
C'est fait, pardon pour le manque d'attention.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Jan 2014 - 6:18
je déplace de nouveau la petite est jolie et j'ai bien hâte de voir la suite, fais par contre attention aux fautes et, il manque une part du réglement Hope
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Jan 2014 - 6:21
Merci  Pour les fautes, je corrige après.
Je la cherche toujours d'ailleurs cette partie   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Jan 2014 - 12:27
j'adore ton pseudo puis l'avatar aussi. perv le début promet. et j'ai l'honneur de t'annoncer que le code est bon. bienvenue par ici   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Jan 2014 - 17:19
Merci   Je suis heureuse que ça vous plaise   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Jan 2014 - 21:05
le titre, l'avatar, puis le nom du personnage, qui rime avec lucifer, je trouve que c'est une très bonne idée, satanique même Arrow
bienvenue  What a Face  
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Jan 2014 - 21:09
Merci   Ça me met de la pression pour la suite, ces énumérations   Arrow 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mar 21 Jan 2014 - 16:55
temps écoulé

le sang a giclé
Larmes de sang, là, qui dégoulinent le long de ses traits. N'entends-tu pas ses cris d'agonie, les âmes qui se voient alors meurtris ? Il fait l'enfant, le pauvre Satan, de ne pas toucher ton âme, de ne pas s'amuser avec toi. Il te voit, là, au travers de la foule, t'éloignant doucement, t'effaçant presque tendrement, et il ne l'accepte pas. Connais-tu seulement la sentence, pour rendre le démon aussi triste, aussi humain ? Dix larmes de sang ont déjà été versés, si tu n'es pas là d'ici quatre nouvelles larmes, il sortira les crocs, il sortira le fouet, et ton âme, brusquement, sera détruite à néant. Ce que Satan n'a pas, n'existe pas.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Lun 27 Jan 2014 - 18:54
j'aime beaucoup ton avatar.
bienvenue !
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Lun 27 Jan 2014 - 19:21
Merci   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mer 29 Jan 2014 - 17:21
Le délai accordé fini aujourd'hui. Souhaites-tu un peu plus de temps ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mer 29 Jan 2014 - 17:42
Oui, s'il vous plais. Combien de temps serais-tu prêt à me laisser ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Les magistrats du Parquet, membres du pouvoir exécutif ?
» Les membres du CEP frappés d’interdiction de départ
» Les membres du CEP convoqués mercredi au Parquet
» Sondage sur les membres du Forum - Rappel
» Plan international de reconstruction : 9 membres étrangers contre 7 nationaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOUTUE VERMINE :: ET ILS RIENT :: FICHES V1-
Sauter vers: