N'oubliez pas de déclarer votre amour pour satan, en postant sur bazzart Hope
Ils sont beaux, ils sont frais, ils n'attendent que vous.
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil aux PVs Hope
on veut plus de boobs :pff:
- la surpopulation de mâles sur le forum
Pensez à privilégier les hippies, les voleurs et les pirates
afin de préserver les âmes sensibles, le forum est déconseillé aux moins de 17 ans
Si aucune fiche est postée après cinq jours, votre compte sera supprimé.

he didn't flinch at murder, he'll never flinch at words (sora)

 :: TREMBLE SÃO POEIRA :: LE VIEUX VILLAGE Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 136
♆ PSEUDO : vntmlsc.
♆ AVATAR : Alaska Tunderfvck 5000.
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE MAUVAIS
♆ PERDITION : Des voix qui se mêlent aux bêlements des créatures du diable, la grande Divine peut communiquer avec les chèvres et, à son plus grand malheur, les quelques unes qu'elle rencontre finissent toujours par la suivre.
♆ ÉGARÉ : Des quelques mois qu'elle a mis à rénover le théâtre, elle ne l'a plus jamais quitté, cinq ans à rester enfermée dans sa forteresse et à n'en sortir que pour faire baver les quelques crapauds qui voudraient la voir crever.
♆ ENNUI TROMPÉ : Main de fer qui frappe les charbons pour en faire des diamants, vitrine du théâtre et chef d'orchestre des nuits de lumière, Divine gère le théâtre et n'est pas prête d'y perdre son contrôle.

(#) Jeu 13 Avr 2017 - 15:36
DIVINE ET SORA
My soul is from elsewhere, I’m sure of that.
Les ombres qu’on devinait à travers les fenêtres mal calfeutrés de son théâtre la dérangeaient, comme des voyeurs s’étant invités dans l’enceinte de la salle par le biais de l’image ténébreuse de leur corps sur le sol. Elle les regardait avec dédain quand toute son attention était demandée du côté de la scène, là où l’on essayait un nouvel éclairage en triturant les quelques spots fatigués et autres ampoules rajoutées là sans vraiment y croire. Elle n’aimait pas sortir de jour – pourtant chaque fois qu’un badaud s’attardait trop longtemps devant l’un de ses fenêtres se sentait-elle obligée de sortir pour l’incendier, laisser sa colère se déverser sur lui pour qu’il ne revienne jamais fouiner par ici avant que le lieu de la nuit ne se pare de ses mensonges accueillants et de ses artistes affriolants. Elle avait toujours dans le coin de sa boîte crânienne la crainte que l’on ne revienne dégueulasser sa façade d’on ne sait quelles cochonneries, certains badauds du coin pensant encore que leur opinion d’elle ou de son théâtre avait une quelconque importance quand la réalité était là, établissement en manque de superbe mais incontournable pour les oiseaux de nuits, et pour les quelques récalcitrants à voir la vieille bâtisse encore tenir debout elle savait à quelle oreille aller s’épancher pour s’en débarrasser. Encore une fois, l’ombre passe, s’arrête, hésite, puis disparaît avant de revenir, et Divine, décroisant les bras qui barraient une poitrine qu’elle n’avait pas mis la peine de revêtir pour l’occasion, n’en pu plus d’attendre et se décida à sortir, ses longs cheveux blonds de plastique en pagaille sur ses épaules quand son visage était vierge de tout maquillage, masque qu’elle ne s’était pas prise la peine de revêtir pour se montrer aux quelques courageux qui l’aidaient à maintenir le théâtre dans un état convenable.

Arrivée dehors, elle chercha quelques instants le corps correspondant à l’image modifiée par les rideaux de mauvaises qualités qui bloquaient la vue de la salle aux plus curieux, et,  après quelques secondes à chercher dans la rue où quelques badauds passaient par là – et la dévisageaient, peu habitués la voir sortir ainsi, presque nue, à peine vêtue de sa peau et d’une robe laissant apercevoir son torse plat quand on ne la connaissait qu’extrêmement apprêtée, trop pour être plausible. « Dis donc, toi là bas. » La distance qui la séparait du jeune homme fut avalée en quelques enjambées énervées qui traduisaient l’agacement qu’elle ressentait à l’idée de se faire espionner. « Je peux savoir ce que tu fais à traîner aussi près de mon théâtre ? » Elle avait déjà aperçu ce visage à plusieurs reprises dans le coin, toujours près de l’entrée mais jamais à l’intérieur, se demandait du haut de sa superbe ce qu’un bout d’homme pouvait bien lui vouloir – et était prête à sortir les griffes pour défendre ce bien inestimable qu’elle couvait avec avidité.
(c) AMIANTE

♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆

sweet child of mine
you're divine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Murder Party "Apothéose"
» Murder Party Harry Potter
» [Murder] Dieu est mort ! - Chez Octavio - 19h-epsilon
» DYP organise sa murder party!
» La Pension Saint Sauveur (Murder Party Provins)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOUTUE VERMINE :: TREMBLE SÃO POEIRA :: LE VIEUX VILLAGE-
Sauter vers: