N'oubliez pas de déclarer votre amour pour satan, en postant sur bazzart Hope
Ils sont beaux, ils sont frais, ils n'attendent que vous.
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil aux PVs Hope
on veut plus de boobs :pff:
- la surpopulation de mâles sur le forum
Pensez à privilégier les hippies, les voleurs et les pirates
afin de préserver les âmes sensibles, le forum est déconseillé aux moins de 17 ans
Si aucune fiche est postée après cinq jours, votre compte sera supprimé.

beautiful, violent, vulgar ☾ wilhelm

 :: TREMBLE SÃO POEIRA :: LE FLEUVE D'ESPOIRS :: HABITATIONS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 81
♆ PSEUDO : aish ☾
♆ AVATAR : kim taehyung.
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE NEUTRE
♆ PERDITION : yamamba. incarnation infâme de la sorcière de la forêt du folklore japonais. dès qu'il retourne ses globes oculaires, sa peau se flétrie, se ternie, vieillit subitement. incarnation d'une chose qu'il a jamais atteint, plus sujet à incarner la candeur juvénile. il se verra pas. il se verra jamais. et seul les autres pourront se détourner d'horreur.
♆ ÉGARÉ : un peu partout quand il peut. ici. là. dans l'appartement de wilhelm, beaucoup.
♆ ENNUI TROMPÉ : artiste, danseur de butoh. fut un temps il pouvait se vanter de faire partie d'une compagnie.

(#) Lun 27 Mar 2017 - 13:26
WILHELM
&
SORA

Je suis un artiste et mon oeuvre c'est moi.

paisible. les doigts s'attardent sur la couverture du livre, les ongles s'enfoncent un peu dedans et les yeux ont peine à comprendre ce qu'il lit. les mots sont pas toujours compréhensibles, les mots sont compliqués et bon dieu qu'il regrette de pas être chez lui. de pas être loin d'ici. de pas être à tokyo, dans son appartement minuscule bien rangé, bien minutieux. il comprend la trame de l'histoire, celle qu'on veut bien lui donner, du reste, cul posé sur le rebord de la fenêtre, son bras accueille le soleil qui vient parsemer sa chair d'une couleur autre que blanche. rougeoyante parfois, brune surtout. ça saute dans sa cage thoracique alors qu'il tourne la tête vers la cuisine tentatrice aux mille idées qui fusent. prendre la lame, prendre les larmes et les armes. se redresser. se relever. peur de s'enfoncer. il tait la petite voix pernicieuse qui vient murmurer à son oreille, il secoue la tête, pieds refusant de toucher terre, à peine surplombé grâce à son perchoir.
échelle cardiaque : sept sur dix.
ça bondit d'un coup en lui, pire qu'un génocide qui vient du jour au lendemain. ça claque si fort, même si sa gueule à lui montre aucun changement. la porte claque, la porte s'ouvre faiblement dans un grincement qui lui est propre. pas la peine de redresser le menton pour percuter. ces pas décidés, il les connaît que trop bien. il sait pas pourquoi il fait ça, sora, pourquoi d'un coup il est de retour sur terre, présent dans la gravité et pas ailleurs. pourquoi il s'est levé, soldat au rapport sans protection particulière. jeté dans la gueule du loup. il se sent con. il voudrait se cacher dans ses fringues, faire plus qu'un avec la chemise blanche scotchée sur son dos. les manches sont remontées. à bien y regarder, il peut percevoir la forme parfaite de ses mains qui tiennent, qui gardent. qui veulent. veulent beaucoup. veulent de lui. il se rassoit, comme si de rien n'était.
comme si c'était qu'un accident.
à laisser, oublier.
- j'étais tenté d'te dire salut. banal, tu vois. mais non, ça vaut p'tête mieux pas. racle le fond de sa gorge, il s'attarde ailleurs, concentré soudainement sur le titre de l'ouvrage. bref. pas facile d'engager une conversation avec wilhelm. pas facile d'être là tout juste. il se tait, coupable. presque pas loin de s'excuser pour un tel manque de jugeote. y'a tout qui gueule, qui supplie ;
zappe moi.
CODAGE PAR AMIANTE

♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆


them
tag you're it ☾ big shot screaming, "put your hands in the sky," he says, "give it up boy, give it up or you're gonna die."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 14
♆ PSEUDO : ⊕ JEFFREYS
♆ AVATAR : VOLKER WHO
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE NEUTRE
♆ PERDITION : LE BRUIT QUI FULMINE FURIEUX, CES BATTEMENTS QUI SE TROUBLENT À MESURE QU’IL APPROCHE. C’EST CE QU’IL A, LA BERCEUSE MACABRE DES COEURS TOURMENTÉS. LE SIEN, LES AUTRES
♆ ENNUI TROMPÉ : LES VESTIGES DU PASSÉ, CELUI QU’ON PRÉFĒRE TAIRE, CELUI QU’ON MONTRE À LA TÉLÉ POUR EFFRAYER LES GAMINS. LE PETIT HOMME SUR LA TRIBUNE QUI ABOIE AVANT DE MORDRE ET LES AUTRES. TOUS LES AUTRES. LES SUIVEURS, INSOUCIANTS ET PROFITEURS. UN TRÉSOR INESPÉRÉ QUI ACHÈVE LA MORALE À COUPS DE PELLE

(#) Mar 28 Mar 2017 - 2:25
WILHELM
&
SORA

Je suis un artiste et mon oeuvre c'est moi.

y a bien que ce soleil cache-misère pour éblouir la panse du diable. le four qui recrache les flammes. la chair calcinée qui dégage une sale odeur de soufre tous les quatre matins. les cafards cavalent. c’est plus rapide qu’un feuj avec le feu au cul sur ma queue.
j’écrase.
j’écrase.
j’supporte plus ces merdes rampantes. j’supporte plus de les voir grouiller ici ou là. faudrait que j’trouve le nid. faudrait que j'asphyxie à la bombe. que je douche. mais j’essuie mes pompes sur le perron, j’abdique. j'abdique pour le bois humide de ma marionnette préférée.
pinocchio. tête dans le bassin. tignasse écharpée juste au-dessus. et le corps patine, la résistance ne dure qu’un temps. j’attends qu’il me supplie pour arrêter. j’attends la main désespérée qui clame pitié.
et il aurait honte.
il aurait honte sora. honte d’être la ménagère débilos qui s’étonne même plus de s’en prendre une sur le coin d’la tronche. parce qu’il revient, sans laisse, sans rien. tout bien obéissant. c’est mieux qu’un clebs. forcément. j’peux baiser avec.
avec ces grands yeux tristes.
avec cette bouche cousue pour ne pas donner satisfaction.
avec l’espoir vain de m'assommer. l’espoir dérisoire qui fait se retrousser les babines.
alors il joue à se faire peur sora. toutes proportions gardées, il fait le grand gibier pris en chasse. il a déjà le coeur qui palpite. le coeur qui le saccage de l’intérieur. alors que bon, est-ce que j’ai fait quelque chose de mal? sa petit gueule de noichi provoque l’entendement. ses mots irritent le palais. je capte pas, je capte pas ce qu’il attend de moi. mais s’il faut dénuder les fils un à un pour avoir le privilège d’le voir chialer comme une pisseuse, why not.
- tu ferais mieux d’faire la révérence petite pute. pff. qu’est-ce que j’en ai à foutre de ton salut, sérieux.
‘fin dans les faits j’en ai pas totalement rien à foutre. c’est plaisant de le voir se torturer l’esprit uniquement pour me dire ‘bonjour’. la forme est pas importante, le fond est bien plus satisfaisant. y aurait de quoi lui filer un os à ronger pour loyaux services. alors je déploie le genoux.
j’écrase.
j'écrase.
avant de le fustiger d’un seul et unique regard. et j’pose ma godasse crasseuse là, sur sa cuisse, l’air de rien.
- tu me les enlèves? je lui arrache le livre des mains, feuillète les pages comme un magazine porno est-allemand. c’est pas super intéressant. et c’est écrit en tout petit.
CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 81
♆ PSEUDO : aish ☾
♆ AVATAR : kim taehyung.
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE NEUTRE
♆ PERDITION : yamamba. incarnation infâme de la sorcière de la forêt du folklore japonais. dès qu'il retourne ses globes oculaires, sa peau se flétrie, se ternie, vieillit subitement. incarnation d'une chose qu'il a jamais atteint, plus sujet à incarner la candeur juvénile. il se verra pas. il se verra jamais. et seul les autres pourront se détourner d'horreur.
♆ ÉGARÉ : un peu partout quand il peut. ici. là. dans l'appartement de wilhelm, beaucoup.
♆ ENNUI TROMPÉ : artiste, danseur de butoh. fut un temps il pouvait se vanter de faire partie d'une compagnie.

(#) Mar 28 Mar 2017 - 13:15
WILHELM
&
SORA

Je suis un artiste et mon oeuvre c'est moi.

se taire ç'aurait été bien. se taire ç'aurait été un coup de génie tellement puissant que l'univers entier ce serait pas remis de l'affront. se taire, ç'aurait juste pu lui servir très franchement. à ce qu'il continue sa route et qu'il se barre. bien sûr qu'il l'aurait tilté à un moment, on capte toujours quand un meuble a été volé, qu'il soit gros ou pas. et vu que lui, lui il est dans les objets qu'on laisse prendre la poussière, il aurait pas pu se la jouer cape d'invisibilité. c'est pas vraiment criant, n'empêche que c'est une manière de se battre un peu, de s'imposer en tant qu'entité existante ou essayer de le faire. et bordel qu'est-ce qu'il peut bien se sentir vivant maintenant. avec l'autre enfoiré qui veut se la jouer maître et seigneur sur ses terres défrichées. il reste plus rien, plus personne, sauf un qui ferait mieux de l'immoler sur place ou tout ce qui s'en rapproche. ça fuse, ça claque, ça frappe dans la bonne déraison de son corps trop maigre, ça glisse sur lui. ça brûle, aussi.
c'est de l'acide.
de l'acide qui enlève la peau pour dévoiler les muscles atrophiés. de l'acide qui ronge pour laisser derrière lui qu'un reste, qu'un tas d'os dans lesquels wilhelm se sentira bien de shooter - taper le plus loin, avec le plus de puissance aussi. froncement de sourcils, quand sa pompe vient s'écraser sur sa cuisse, sora il se réveille envers et serre le vide entre ses doigts. ça s'apaise, subitement. il évite les frayeurs ensoleillées - faudrait qu'il s'habitue à ces issues répétitives. ça fait carrousel, chevaux en bois qui tirent la gueule en plus.
- t'es mignon. dévoile un petit sourire d'une tendresse déconcertante, sa main vient glisser sur la chaussure. feinte tentante, il la dégage subitement, la pousse pour qu'elle retombe au sol. lui il se lève à nouveau, détale du rebord de fenêtre en haussant ses sourcils. t'es très mignon pour un résidu d'fausse-couche aryen, vraiment. il y gagnerait quoi, l'allemand, à avoir un genre d'esclave des temps modernes ? il se ferait chier. il est prévisible tout en l'étant pas totalement. il est dans son jeu, il est dans son game over façon vie réelle.
- donc non, en fait. et ce livre est très chiant. oeillade discrète, ses paluches se joignent derrière son dos alors qu'il fait quelques pas. il le provoque pas plus. il reste calme. il gueule pas. il a plus le courage pour - et s'il le fait, c'est que en dehors, avec d'autres ordures de ce bled louche. ses vieux hématomes se réveillent, dans les côtes, sur les jambes, un peu dans les épaules. un peu partout. wilhelm il laisse sa marque. on dirait un mauvais tatoueur ou un grand dégénéré avec un fer rouge. pourtant. pourtant y se foire tellement qu'il doit repasser un coup dessus. et ça, ça c'est surprenant putain. parce que sora il est jamais sûr de quelle zone il va noyer dans le bleu.
CODAGE PAR AMIANTE

♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆


them
tag you're it ☾ big shot screaming, "put your hands in the sky," he says, "give it up boy, give it up or you're gonna die."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 14
♆ PSEUDO : ⊕ JEFFREYS
♆ AVATAR : VOLKER WHO
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE NEUTRE
♆ PERDITION : LE BRUIT QUI FULMINE FURIEUX, CES BATTEMENTS QUI SE TROUBLENT À MESURE QU’IL APPROCHE. C’EST CE QU’IL A, LA BERCEUSE MACABRE DES COEURS TOURMENTÉS. LE SIEN, LES AUTRES
♆ ENNUI TROMPÉ : LES VESTIGES DU PASSÉ, CELUI QU’ON PRÉFĒRE TAIRE, CELUI QU’ON MONTRE À LA TÉLÉ POUR EFFRAYER LES GAMINS. LE PETIT HOMME SUR LA TRIBUNE QUI ABOIE AVANT DE MORDRE ET LES AUTRES. TOUS LES AUTRES. LES SUIVEURS, INSOUCIANTS ET PROFITEURS. UN TRÉSOR INESPÉRÉ QUI ACHÈVE LA MORALE À COUPS DE PELLE

(#) Lun 10 Avr 2017 - 0:14
WILHELM
&
SORA

Je suis un artiste et mon oeuvre c'est moi.

sora, il pourrait courir en boitant, la béquille sous le bras. sora, il provoque en sachant pertinemment que les muscles se crispent à l’intérieur. il sait que j’suis comme un geyser, qu’une étincelle suffit à faire de sa tronche un lambeau. mais il continue sora. il ne lui reste que ça, à ce connard. qu’une faible opposition. le masque désuet de la résistance qu’il enfile quand il se retient de couiner comme une grosse pute- quand je la lui mets. et ses mots doux viennent comme une caresse assommer la houle. bourbier dans lequel les oiseaux viennent mourir après l’hiver. pris au piège. y a plus besoin de viser le ciel, de charger la carabine. faut juste attendre. faut le voir détaler du rebord de la fenêtre sora, l’air de rien.
je plisse les lèvres, amusé par sa retraite anticipée. c’est pas maintenant que je vais me mettre à beugler en portugais pour lui faire la lecture. - c’est moche venant de toi, sora. j’ai pas envie de surenchérir, j’ai pas envie de justifier la fracture, l’antenne qu’on tourne vers l’ouest pour capter les dessins animés.
- faudrait pas. que tu t’ennuies. davantage. heureusement que j’suis rentré. tu devrais remuer la queue plus vite que ça, j’pige pas. la clef disparaît dans la serrure de la porte noir éden alors que je boucle à double tour. que je garde égoïstement ma plus belle toile. le sourire est angélique, les cheveux plaqués précautionneusement sur le côté. ça ferait presque gendre idéal, tout propret. un joli leurre pour une version améliorée de la tristesse. huis clos somme toute banal. le temps que le souvenir s’abîme, que les couleurs s’estompent sous l’épiderme hérissée. j’me précipite pas, j’avance lentement jusqu’à lui pour le narguer.
- déso de pas provenir du ‘peuple petites bites’ comme toi. la moue victorieuse d’un enfant de cinq ans.
j’hausse les épaules, pauvre sora.
j’écrase son pied moins de deux secondes plus tard, je lève le genoux bien haut et j’écrase d’un coup sec. comme avec un cafard. tout pareil.
je grimace parce que ça devait faire mal. par réflexe et non par compassion. j’attrape sa chemise, à sora, je lui tombe dessus de tout mon poids par maladresse. c’est plutôt pathétique comme manoeuvre mais avant même qu’il n’ouvre la bouche. je frappe sa petite tronche de jackie chan puis j’me redresse légèrement, au-dessus de lui. bouille satisfaite, avec le sens du devoir accompli. je caresse songeur ses lèvres, le haut de son torse, faut surtout pas que je me fasse avoir. même si c’est tentant. c’est même hyper tentant.
on verra ça plus tard, quand il aura imploré mon pardon. j’abandonne le plancher grinçant, écrase ma pompe contre sa joue. - je t’attends alors schnell puterelle. si tu t’excuses pas j’te jure que je t’écrase les burnes dans moins d'deux minutes.
CODAGE PAR AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» Le cri Wilhelm
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» beautiful dream
» Beautiful eyes, Beautiful lies... [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOUTUE VERMINE :: TREMBLE SÃO POEIRA :: LE FLEUVE D'ESPOIRS :: HABITATIONS-
Sauter vers: