N'oubliez pas de déclarer votre amour pour satan, en postant sur bazzart Hope
Ils sont beaux, ils sont frais, ils n'attendent que vous.
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil aux PVs Hope
on veut plus de boobs :pff:
- la surpopulation de mâles sur le forum
Pensez à privilégier les hippies, les voleurs et les pirates
afin de préserver les âmes sensibles, le forum est déconseillé aux moins de 17 ans
Si aucune fiche est postée après cinq jours, votre compte sera supprimé.

PRECOCE AVANT L'HEURE

 :: ET ILS RIENT :: FICHES V1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sam 11 Jan 2014 - 21:45
Nikro Van Gell

âme égarée
Héritage Infortuné ♆ Redoutable Van Gell. L'allemand dans toute sa putain de splendeur. Héritage du bel enfoiré qui te servait de père. Honte à toi. Tu portes ce nom de vicieux. Comme un chien qui pisse sur chaque poteau du coin, il a placé sa descendance chez des putes brésiliennes. Fierté familiale achevée dés ta naissance. Tu craches à présent sur les deux tombes différents de tes parents. Deux parents, deux noms de famille qui donne la gerbe autant l'un que l'autre.Appellation aux Origines Contrôlées ♆ NIKRO. Un prénom brésilien, bâtard. Une blague de son père. NOCIFER. Un surnom typique du bel enfoiré qu'il est devenu, allemand nocif à la santé des brésiliennes rimant avec enfer.C'était mieux avant ♆ 23 ans, l'âge parfait pour se taper vieux et jeunes. Première Bouffée d'air ♆ 18 JUILLET. Une nouvelle nuit de chaleur. En voiture, cette chose que tu peux appeler père, chassait dans la nuit en quête d'une gazelle brésilienne. La plus belle, avec la peau la plus claire que puisse posséder une brésilienne, sûrement une métissée avec ses yeux clairs. Dans l'hôtel le plus cher, à coter du bidon dont elle venait de se faire embarquer, à présent seule dans la chambre, elle regardait à travers la fenêtre, sa fierté démontée, pensant à son ventre bientôt gonflé. Enfoiré de fertilité, oh grande pitié pour le gosse à venir. Papa et Maman ♆ Papa que tu as jamais appelé comme tel. Riche allemand. Navigateur. 365 jours pour planter son pieu un peu partout dans le monde. Dans toute délicatesse, il n'a jamais connu le nombre d'enfants qu'il avait eu. Maman catin des bidonvilles. Pauvre Brésilienne déprimée. N'a jamais rien connu d'autres que la crasse. Malheureuse d'être belle, elle a fini brisée par ses parents. Elle a vendu son corps comme bon nombre d'entre elles l'ont déjà fait. Une nuit de chaleur, est né l'enfant divin de l'enfer. Un faux brésilien, raciste des Allemands à tête blonde. Il s'invente à lui seul, une Seconde Guerre Mondiale inversée dans sa tête. Dans mon lit ♆Belles, jeunes fraiches, aux formes pulpeuses, elles viennent vers toi comme attirées à un aimant. Les plus jolies femmes s'enivrent de ton essence, sans même que tu le demandes. Tout comme ton père, tu plantes à chaque fois ta descendance en elle, bordel.Degré de solitude ♆ Faux célibataires dont la réputation qui devrait pourtant faire fuir, attire les femmes qui se retrouvent avec des gosses non-désirés. Tromper l'ennui ♆ Vend ses spermatozoïdes car ils sont toujours en période de fertilité -> tu veux un bébé? appel Nikkro le macho du ghettoTombé dans le trou à rat ♆ 5 années déjà que t'es dans le fondre du gouffre. Tu te demandes même comment tu fais pour te rappeler tellement celles-ci passent sans que tu ne le voies. 5 années déjà que tu plonges dans une merde que t'aurais pourtant appréciée si jamais t'avais pas hérité de cette salope de malédiction. 5 années déjà que tu rends le malheur chez les femmes dans le plaisir du sexe. La nouvelle famille ♆ Grosse crapule que t'es va. C'est ta miff wesh.


au-delà des dunes
Joli prénom ♆ Ivana el caca.     Pseudo pas beau ♆ Nazack. Nombre d'hivers endurés ♆ 16 ans² mais 17 dans 4 mois.  :han:  Pierre précieuse préférée ♆ Émeraude, mais est-ce important de le préciser? aha. Compagnie de voyage ♆ Bazzart. Mot doux ♆ Juste une tuerie. C'est la première fois que je prends plaisir à faire une fiche de présentation. Degré d'addiction ♆ Avec ces foutus cours je ne peux me connecter que les mardis, mercredis et samedis après-midi. (De temps en temps le soir en semaine, mais c'est rare...) Sésame ouvres-toi ♆ CHECK PAR ALCIDE Tête de cochon ♆  Jeremy Dufour, le beau gosse français.Remerciements ♆ (crédits des images) bannière de tumblr, avatars de MORIARTY Mot d'amour en plus ♆ J'aime votre forum à la folie mais je suis tellement nulle en écriture que j'ai peur de vous décevoir.   Ne prenez pas peur face à mes fautes d'orthographes et mes mots vulgaires très variés. J'espère que ça dérange personne.  Hope  

Le sexe est le cerveau de l'instinct ▲ ANDRÉ SUARES
Tu n'as pas fini de pleurer
La délivrance. Cette chose si bonne qui te libérait l'esprit quelques instants. Odeur de renfermé. Chaleur asphyxiante. La pourriture incrustée profondément dans ton âme. C'était tellement bon. Le pervers qui logeait chez toi, humait ce parfum habituel qui te rappelait pendant quelques heures la jouissance dans laquelle tu planais. L'envie de ne pas ouvrir la fenêtre de la semaine pour le sentir s'imprégner dans ta peau. Affamé et vorace. Tu délivrais lentement tes paupières de l'obscurité, pour les ouvrir sur un visage fin qui en demander encore. Encore, encore et encore, répétaient-elles, toutes. Tu t'enivrais de ce refrain, parfaitement conscient que jamais il ne te quitterait. C'était si bon de branler l'interdit, de le prendre dans tous les cotés. Tu observais impassiblement cette chose qui te demandait. Caressant cette joue si douce et délicate qui sentait l'innocence, faisant horriblement tâche dans ce décor lugubre qui puait le sexe. Et pourtant, c'était d'un tel bonheur de la voir sous toi. Soumise à ton pouvoir. Accroc à toi comme une alcoolique. Indépendante de ta semence. Elle pleurait la petite chatte, sans savoir pourquoi. Mais toi, vicieux que tu es, tu te languissais de ses larmes chaudes et bouffées de désespoirs. Tu savais toujours et eus presque une envie démente de rire à cette pensée. Elle n'avait pas fini de pleurer cette catin des bidons. Tu la guettais comme le vautour que tu es, la regardant avec un air de dégout. Elle te rappelait cette merde de chien qui trainait sous la fenêtre. Toute aussi gerbante. Encore, disait-t-elle. Qu'elle aille se fasse prendre par un chat, c'était la même chose. Même ses seins ronds et fermes te révulsaient. Pauvre de toi. Posant ta main à plat sur son ventre, tu eus l'envie de le crever comme un ballon pour pouvoir lui retirer ce qui t'appartenait. Oh grande pitié, qu'elle crève avant d'accoucher de ta descendance.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sam 11 Jan 2014 - 21:46
Recherche lumière, svp

l'étrange
Un putain de karma s'acharnait sur toi. Être dans une merde dont tu ne pouvais ressortir ne semblait apparemment pas suffire. T'avais jamais été un ange. Loin de là. Comme ton enculé de père, tu prenais tout ce qui bougeait. C'était un fait, un passe-temps, une habitude. Mais depuis que t'avais concrétisé avec crasse et souillure, plus rien n'allait. Accroc comme un drogué. Envouté par le sexe. Harcelé par ta queue. Obsédé par le fait de planter. Tourmenté par un pénis qui semblait diriger et être au cœur de toutes les actions. Telle une guêpe, pour garder ton dard au mieux de sa forme, tu te devais de butiner le pollen de chaque fleur que tu croisais. Ça avait tourné à une salope d'obsession dont tu ne pouvais te dégager. Accroché à toi comme un sangsue. T'avais pris avec fermeté, la décision d'écouter tes besoins de maniaco-dépressif. Le détraqué sexuel que tu es, observait le champ de bataille dans lequel se dérouler les festivités. A la recherche de la femelle parfaite, tu te créais un périmètre bien sécurisé. Posséder par un prédateur, tu guettais, pistais, chassais la femme qui pourrait te combler. Prises d'un désir inconcevable, à la première seconde où elles croisaient ton regard, leur ventre semblait déjà s'arrondir. Attirées vers toi comme un aimant, l'incompréhension, la méfiance et la peur se lisaient sur leur visage. Au début, t'avais toi-même été effrayé par cette merde, mais t'avais finalement accepté l'idée avec gaieté. Pris d'une cruauté et d'un sadisme inexplicable, un certain plaisir malsain semblait s'être épris de toi. Comme une horrible envie pressante de pisser, la nécessité d'éjaculer t'obnubilait. A chaque délivrance, tu relâchais l'enfant du diable. Un maudit, un de plus.
(c) MORIARTY

São Poeira
Alors que t'avais voulu quitter cette saloperie d'endroit dans lequel tu vivais depuis ta naissance, à ta vingtième année, la merde s'engouffra un peu plus dans tes poumons. Une chute interminable dans les profondeurs des ténèbres. Un gouffre bouffé par la noirceur, devenait ton nouveau foyer. Un foyer où le nirvana semblait être qu'un putain de fantasme. Même dans tes rêves, le plaisir n'était qu'une illusion. Tu revoyais toujours ce moment fatidique où le destin avait cessé de prendre ta vie en main. Ce fatidique moment, où l'enfer t'avait dévoré sans aucun scrupule. Ce manque d'oxygène horrible où la moindre bouffée semblait s'être éradiquée de la terre. Disparue, envolée. Tu t'étais écroulé comme la vulgaire merde que tu es. La sensation inoubliable que ton cœur avait définitivement cessé de battre alors que tu étais toujours conscient. Putain. Ce que t'aurais voulu crever à ce moment-là. Tu ne savais combien de temps s'était écroulé à l'instant où ton corps était tombé. Secondes, minutes, jours, tout était trop vague. Juste un putain de sentiment qui te prenait, la tête, le corps, le cœur, l'âme. Juste un putain de sentiment d'enfermement. Un sentiment d'enfermement effroyable. L'impression qu'un air malsain s'infiltrait vicieusement dans tes poumons. La crasse, le déchet, la puanteur. L'enfer s'était engouffré dans ton corps. Et il s'était si vite habitué à toi.

T'avais même pas essayé de fuir. L'idée t'étais venue à l'esprit, mais était si vite repartie. T'avais juste ce besoin incessant de ne pas franchir la limite. Cette limite franchissable à tes risques et périls. Une douleur insupportable que tu ne voudrais en aucun cas avoir.

T'aimais pas ce sentiment d'habitude en toi. Tu pensais même sûrement que tu l'aimeras jamais. São Poeira. Rien que le nom ne te correspondait pas. Cette ville c'était pas toi à la base. T'étais un bâtard, mais seulement un petit. Plus les années passaient, plus tu vénérais malsain. Cet endroit n'était pas pour toi, mais t'avais trop vite trouvé tes repères. L'impression d'y avoir vécu depuis ta naissance. Insupportable. Ça te faisait clairement chier. Tu voulais pas apprécier ça et pourtant, t'adorais. T'adorais tellement que s'en était flippant. T'étais devenu quelqu'un d'autre, mais un quelqu'un d'autre que t'avais toujours désiré être dans la partie la plus sombre de ton âme. Une âme à présent si sombre, que même les ténèbres se méfiaient d'elle.
(c) MORIARTY
Les femmes courent après les fous ; elles fuient les sages comme des animaux venimeux. ▲ DIDIER ERASME
Faux brésilien
Naitre dans la merde, s'attarder dans la merde, pour crever dans la merde. Fétide destin. Te prendre en pleine gueule la cruauté de la vie après avoir à peine ouvert les yeux. Enfoirée de destinée. T'as jamais vu la lumière depuis que tes gosses, seul les ténèbres t'ont toujours entourés. Tu pleurais. Souvent même. Le soir, t'auras voulu que ta mère te couve dans un vrai lit, mais non, elle couvait les trottoirs, elle. Tu l'as observé. Vraiment. Puis tu te demandais si c'était vraiment ta salope de maman. Des cheveux bruns, la peau foncée. Peut-être les yeux clairs à la limite. Blanc cul que tu es, les mèches presque aussi claires que la poudreuse que tu sniffes. Qui peux t'aider à toi. T'avais rencontré ton père, une seule fois. C'était il y a dix ans déjà. L'année même où il avait clamsé. L'ironie t'aimes ça hein. Tu l'as regardé, maudit une centaine de fois et bim. Plus de papa allemand blindé. Envolé. Il t'avait certainement apprécié puisque t'en savais un peu sur tes origines. Sûrement, la ressemblance frappante que tu avais avec ce salopard. Ressemblance tellement frappante qu'elle te faisait clairement chier. Tellement chier qu'un jour t'as plombé le bateau dans lequel il faisait le tour du monde. Ce petit tour du monde à la recherche de la gonzesse à faire naitre sa millième descendance. Brillante idée. Paquets de blés en poche, t'as su t'instruire, lâché ta raté de mère pour ne pas finir comme elle, pute des quartiers. Quelque mois avant la fin de l'année, t'avais appris qu'elle s'était faite écraser par une bagnole qu'elle s'apprêtait à monter. Périr de la même façon que son boulot. Être montée pour finir démontée. C'était cette année-là, que t'avais commencé à apprécier le destin. Même si cette pourriture ne t'avais pas fait de cadeaux, il pouvait s'avérer drôle par moment. Et c'était seulement à quatorze ans, que t'avais pris conscience que t'étais seul à présent. Solitude presque agréable. Le pire, c'est que ça n'avait absolument rien changé à ta vie de minable.

Un mois de juillet, une nouvelle nuit de chaleur.  En voiture, cette chose que tu peux appeler père, chassait dans la nuit en quête d'une gazelle brésilienne. La plus belle, avec la peau la plus claire que puisse posséder une brésilienne, sûrement une métissée avec ses yeux clairs. Dans l'hôtel le plus cher, à coter du bidon dont elle venait de se faire embarquer, à présent seule dans la chambre, elle regardait à travers la fenêtre, sa fierté démontée, pensant à son ventre bientôt gonflé. Enfoiré de fertilité. Tu n'avais jamais demandé à naitre dans la crasse. Faux brésilien.

Tes parents sous terre, aucun regret, seulement d'la gaieté. Enterrés ensemble, ils étaient enfin beaux tous les deux. Tu pouvais les regarder, leur parler à longueur de journée sans qu'aucun ne te le reproche. C'était si bon. Émerveiller, énerver, tu crachais sur leurs macchabées et aucun ne l'ouvraient. T'adorais leur foutre des fleurs fanées pour leur montrer à quel point ils étaient périmés alors que toi, tu rigolais car tu pensais être sorti définitivement de la merde.

Fatalité. Salope de fatalité. Le destin ne t'avait pas emmerdé pendant cinq années, mais c'était trop court. Beaucoup trop court à ton goût. T'avais un peu gouté à la vie, profité d'elle comme une putain, la prendre et la cerner dans tous les cotés. T'avais adoré ces quelques instants où tu pouvais fucker l'ensemble de ta fétide destinée. Mais elle puait trop. Elle t'était directement montée à la tête. L'odeur agrémentée de ta liberté, t'avait lâché comme un caniche abandonné.

Sur un coup de tête, tu t'étais barré de la ville. Voiture, friques et travail en main, tu roulais. T'avais roulé sans regarder. T'avais enfin décampé du trou à rat dans lequel tu croupissais depuis vingt années. Ton adieu à la puanteur du destin, te semblait bien trop loin à présent. La naïveté ne t'allait vraiment pas au teint. Et en effet, elle t'avait bien baisé.

Tu t'étais arrêté sur un coté de la route. Un peu marché à la recherche d'un endroit où te poser. Poser, manger, posséder, pioncer, te reposer quoi. Et tu te rappellerais sûrement toute ta garce de vie, ce moment fatidique où l'air t'avait manqué. T'avais posé ton pied, sur la ligne de ta destinée. Elle avait fuie comme une lâche, t'avais lâché comme la dernière des merdes. Cette salope qui te les avait pourtant tant brisées pendant des années. Ta vie prise en main. Tirée par des fils comme une marionnette. Amenée comme une attardée dans un endroit où nul échappatoire ne pouvait exister. Peureuse, soumise et dictée. La lumière que t'avais pu voir quelques instants, ressemblait à un fossile qui ne serait jamais trouvé. Pour l'éternité enfouie, tu t'étais fait bouffer par les ténèbres qui ne te lâcheraient qu'au moment où ton dernier souffle s'évaderait.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sam 11 Jan 2014 - 22:29
j'adore le début. c'est vraiment bien écrit et puis ça plonge directement dans l'ambiance, en fait je l'aime déjà, ce petit, et j'ai hâte de lire les grandes lignes de sa vie ainsi que son caractère. bienvenue ici, dans tous les cas, et il te manque une petite partie du code règlement, courage
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sam 11 Jan 2014 - 22:37
Oh merci, c'est trop gentil. Contente que le début t'es plu.  Je vais voir tout de suite pour le règlement.  ange

EDIT: J'ai mis un petit mot pour le règlement car j'ignore ce qu'il faut faire ou mettre pour le seconde partie, à moins que j'ai tout faux... (fusillez-moi mdrr)
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 464
♆ PSEUDO : AMIANTE.
♆ AVATAR : CILLIAN MURPHY.
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE BON
♆ PERDITION : FABRICATION DE SOUVENIRS.
♆ ENNUI TROMPÉ : FIGURE PATERNELLE DES ENFANTS VOLEURS. SAINT PATRON DES ORPHELINS. LES BONNES INTENTIONS SE SONT ÉRODÉES AVEC LA POUSSIÈRE. IL LEUR A TOUT APPRIS, LES DOIGTS MAGIQUES POUR DÉTROUSSER SANS SE FAIRE ATTRAPER, LA SOLIDARITÉ DANS LE BUTIN QU’ILS PARTAGENT ET MÊME LES VICES AU CREUX DES DRAPS.

(#) Dim 12 Jan 2014 - 5:09
un autre moitié allemand, moitié catin on se murmurera des cochoncetés en allemand, on pourra avoir l'air de s'insulter Laughing bienvenue sinon, joli blond perv le début est prometteur, j'ai hâte de voir la suite :han:

♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Jan 2014 - 12:13
Je viens de lire ta fiche de présentation, olalala    J'ai même pas fait exprès de faire les mêmes origines que toi, en plus j'hésitais entre un russe et un allemand et au final, j'ai pris l'allemand   (j'espère que ça te dérange pas! :p) En tous cas ça pourrait faire un beau petit lien   et merci! :)

Voilà pour le règlement si j'ai bien compris (si c'est pas ça, autant me pendre mdrrr)
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Jan 2014 - 12:33
oh, un autre allemand, j'espère que tu seras plus sage qu'adolf (mais j'en doute, en fait Laughing ). j'aime le début, on a besoin de bons mâles reproducteurs. perv puis le 'chasseur de foufounes' dans ton profil a eu raison de moi. bienvenue par ici, mauvaise graine.   

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Jan 2014 - 20:09
Plus sage? Mmm, c'est encore à voir. Aha, pour se reproduire, ça il le fait à chaque fois aha.  Et merci!   

Décidément, je suis pas vraiment pas douée, je vais changer ça pour la dernière fois mdrrr.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Jan 2014 - 20:38
Je veux juste plus, plus, PLUS, ET ENCORE PLUS.

sinon, le choix d'avatar, il ne me semble pas pouvoir trouver meilleur merveille.   

oh, et pour te réjouir le code est bon. ;)
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mar 14 Jan 2014 - 15:43
Oh merci et encore merci!   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mer 15 Jan 2014 - 16:30
Bienvenue  

Quel début de fiche à couper le souffle   
Je n'ai rien à t'offrir, mais entre catins, je pourrais te tenir la porte   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Ven 17 Jan 2014 - 23:30
Oh merci!

T'en fais pas on pourra se trouver un petit truc.   

PS: Désolée pour ma fiche, entre les cours et tout ça, j'ai pas eu le temps de la terminer, je fais ça demain normalement.   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sam 18 Jan 2014 - 5:01
On attend la suite avec impatience alors
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 464
♆ PSEUDO : AMIANTE.
♆ AVATAR : CILLIAN MURPHY.
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE BON
♆ PERDITION : FABRICATION DE SOUVENIRS.
♆ ENNUI TROMPÉ : FIGURE PATERNELLE DES ENFANTS VOLEURS. SAINT PATRON DES ORPHELINS. LES BONNES INTENTIONS SE SONT ÉRODÉES AVEC LA POUSSIÈRE. IL LEUR A TOUT APPRIS, LES DOIGTS MAGIQUES POUR DÉTROUSSER SANS SE FAIRE ATTRAPER, LA SOLIDARITÉ DANS LE BUTIN QU’ILS PARTAGENT ET MÊME LES VICES AU CREUX DES DRAPS.

(#) Dim 19 Jan 2014 - 16:21
bienvenue à São Poeira
la vie est finie, mais tu survis.


Mein Bett oder deinem Bett ? perv
(oui bon mon niveau d'allemand n'est pas assez bon pour faire des phrases élaborées, mais pour ma défense, j'ai commencé cette année et j'apprend par moi-même ) plus sérieusement, le nikro, je l'aime. quelques petites fautes effectivement, mais ça ne gêne pas trop la lecture, quoiqu'il va falloir faire un peu plus attention en jeu (a) sinon, je suis presque soulagée que même sous sa forme féminine, adolf est infertile, aha (quoique tu crois que ça annulerait et vice-versa, oh va falloir se pencher sur ça perv) hum, bref, bienvenue chez les rouges, la crupule fertile What a Face

Il y a ce sourire, là, si grand, si laid, sur ses lèvres gercées par les morsures et le sang versé. Il t'observe, là, le torse ouvert, le coeur entre ses mains, maintenant. Plus rien ne t'appartient ; tu es à lui tout entier, maintenant, qu'importe ce que tu choisis de faire. Ses ongles, si abîmés, s'enfoncent dans ton pauvre coeur et y glisse son venin. La malédiction est lancée ; te voilà captivé.

les liens utiles

VOS LIENS
POUR LES DIVERSES DEMANDES
REGISTRE DES EMPLOIS
LA VILLE
LES POUVOIRS
LE BOTTIN
LES INTRIGUES & ÉVÉNEMENTS
LES ANNONCES





♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 19 Jan 2014 - 16:55
(J te répond en français car même le traducteur ça marche que dal l'allemand aha) "On peut tester les deux."  

Oui toujours des fautes, souvent d'inattentions le pire.  (Je fais une phrase, je la change mais j'oublie de changer certains mots   ) Je veillerai à ne pas en faire, (ou du moins j'essaierai) Laughing 

Et fais attention, on échappe pas à Nikkro comme ça, même infertile.  perv Et merci, contente d'y être.  :han: 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Milena de Cortès, une monté Cristo avant l'heure !
» Noël avant l'heure
» « L'heure la plus sombre est celle qui vient juste avant le lever du soleil. »
» Manipulations avant, pendant et après le coup de 2004.
» " Féeries de lumières de l'Avant-NOËL "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOUTUE VERMINE :: ET ILS RIENT :: FICHES V1-
Sauter vers: