N'oubliez pas de déclarer votre amour pour satan, en postant sur bazzart Hope
Ils sont beaux, ils sont frais, ils n'attendent que vous.
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil aux PVs Hope
on veut plus de boobs :pff:
- la surpopulation de mâles sur le forum
Pensez à privilégier les hippies, les voleurs et les pirates
afin de préserver les âmes sensibles, le forum est déconseillé aux moins de 17 ans
Si aucune fiche est postée après cinq jours, votre compte sera supprimé.

les traffics ♆ LA GUERRE DES GANGS

 :: LE DÉLUGE COMMENCE :: LES DIX COMMANDEMENTS :: LES CLANS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 281
♆ PSEUDO : SATAN
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE MAUVAIS
♆ PERDITION : OMNISCIENCE
♆ ÉGARÉ : DANS TES CAUCHEMARS
♆ ENNUI TROMPÉ : DÉGUSTATION DES ÂMES

(#) Sam 5 Nov 2016 - 12:49
a veces yo soy Dios, si digo que un hombre muere, se muere el mismo día ▲ PABLO ESCOBAR
AMIGOS DOS AMIGOS
Les trafics de drogue, le marché grossissant de plus en plus au sein de Saõ Poeira. Ils sont plusieurs dans l'ombre à vous dévisager et à voir en vous un futur client potentiel. Les plus faibles, les plus faciles à corrompre demeurent leurs proies favorites. Car une fois entré au sein du cercle vicieux d'une drogue, même de la plus douce, il est très difficile d'en sortir. Certains n'y parviennent jamais et finissent camés à vie. D'autres se stoppent au bon moment mais en gardent bien souvent des séquelles. Pour les membres du Cartel, ce ne sont pas leurs oignons, leur but est clair : vendre leur poudre ou leurs cachets magiques. Manier leurs paroles avec sagesse en songeant aux profits à venir sans se gêner pour abuser de maintes façons d'un client toxico qui n'aurait pas les moyens, mais prêt à tout afin d'avoir sa dose. Mais attention, les membres du Cartel ont interdiction formelle de consommer de la drogue pour des raisons évidentes. Ceux qui craquent ne font pas long feu car une fois repérés, ils sont éjectés de leurs rangs. Par chance depuis la malédiction, les affaires n'ont jamais été aussi bonnes pour le Cartel de la drogue : entre les nouveaux arrivants complètement paumés et les habitants qui craquent facilement, ils s'en frottent les mains avec en tête des ventes la Falsida. Néanmoins, ils cherchent activement un moyen d'étendre leur influence ailleurs qu'à Saõ Poeira avec ces fameuses drogues magiques complètement uniques sur le marché. En plus de la contrainte des heures à l'extérieur, les premiers essais n'ont pas été très concluants car celles-ci périssent beaucoup plus rapidement une fois sorties du périmètre.

COMMENT CA SE PASSE VRAIMENT ♆ Le Cartel a commencé sa longue ascension à partir de drogues communes que certains de ses membres importaient depuis d'autres villes ou contrées. Ce n'est que depuis la malédiction qu'il a fallu s'adapter et même taper dans l'originalité avec les nouveautés. A la fin, celles-ci sont toutes tombées entre les mains du Cartel même si de base, elles étaient libres d'accès. Par exemple le Selvagem, fruit à la forme d'un cœur palpitant qui n'avait jamais poussé sur les terres du Brésil ni même ailleurs. Il s'est pour la première fois manifesté à distance raisonnable de la mine après la malédiction. Une fois les effets découverts par l'un de leurs membres, le Cartel s'est vite approprié le secteur pour gérer la pousse de ceux-ci. En revanche pour la plupart des autres drogues, les synthétiser après quelques tests est forcé. Pour cela ils possèdent leurs chimistes dont un unique qui a obtenu un don spécial depuis la malédiction et qui s'occupe principalement des magiques. Et ces tests là se font alors sur des cobayes comme un camé désespéré à qui on propose un truc encore mieux. Bien évidemment, celui-ci ne risque pas de refuser dans son état actuel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 281
♆ PSEUDO : SATAN
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE MAUVAIS
♆ PERDITION : OMNISCIENCE
♆ ÉGARÉ : DANS TES CAUCHEMARS
♆ ENNUI TROMPÉ : DÉGUSTATION DES ÂMES

(#) Sam 5 Nov 2016 - 12:50
if i don't kill a man every now and then, they forget who i am ▲ EDWARD "BLACKBEARD" TEACH
COMANDO VERMELHO
Écumeurs des mers, pillards avides de trésors, forbans amateurs de rhum... Tant de clichés sur les pirates qui ont circulé au fil des années et qui continuent de le faire. La plupart se confirment tandis que d'autres sont bien éloignés de la réalité mais pour l'un comme pour l'autre les temps ont changé. Certains principes ont évolué en fonction des régions, des pays, des peuples. Concernant Saõ Poeira, c'est un retour à l'ancienne. Leurs bateaux à voile bravent la grande rivière présente contrairement à d'autres endroits où les pirates modernes usent de bateaux à moteur électrique. Leurs armes sont quant à elles multiples, passant de simples couteaux à quelques flingues limités au niveau fonctionnel. Alors la plupart du temps, ils se contentent d'armes blanches pour leurs divers pillages. Parlons justement de ceux-ci. Les fiers matelots sont forcés de consommer de la drogue à chaque escapade en dehors de Saõ Poeira, avec une préférence pour les plus dures qui leur permettent de sortir plus longtemps. Bien souvent combiné avec une  douce, l'Adicão qui leur rajoute quelques heures supplémentaires. Ainsi chaque membre de l'équipage est condamné à finir camé s'il souhaite piller en compagnie de ses frères et sœurs d'armes, à accepter les risques que cela engendre à long terme. Les pirates sont également forcés de collaborer de très près avec le cartel pour obtenir leur dose suffisante lors de leurs traversées. Ils se rendent dans les villages voisins, dérobant les biens qui leur tombent sous la main, ravageant tout sur leur passage. Si bien qu'à force, de plus en plus, ces voisins s'y attendent et se préparent en fonction. Les brigands sont donc obligés de se rendre plus loin au sein de nouveaux villages : ce qui implique de prendre encore plus de drogue. Un cercle infernal mais nécessaire s'ils veulent continuer.

REJOINDRE LES MOUSSAILLONS ♆ Âmes sensibles ainsi que faiblards sont en règle générale proscrits dans la piraterie. Si les femmes n'étaient pas mieux loties il y a une époque, elles sont désormais en mesure de rejoindre l'équipage et considérées comme égales aux hommes. En revanche toujours moins nombreuses que ces derniers, elles sont parfois victimes de harcèlement sexuel. A côté, les estropiés en mesure de se déplacer par eux-mêmes, de combattre ou d'être utiles, ne sont pas reniés à bord. Du moment que chacun est prévenu des risques ou de la consommation de drogue nécessaire et s'engage à faire sa part. Toujours obéir au capitaine Diogo. Ne pas trahir ses frères et sœurs d'armes. Ne pas prendre plus que son morceau de butin ni voler aux autres membres de l'équipage. Ne pas envisager de mutinerie. Ces règles énoncées par le chef pirate sont à prendre très au sérieux. Gare à vous si vous crachez sur celles-ci, Diogo n'hésite pas une seconde à punir de manière cruelle chaque membre déloyal. Tout comme il n'hésite pas à éjecter de son équipage toute personne trop droguée finissant par devenir inutile.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 281
♆ PSEUDO : SATAN
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE MAUVAIS
♆ PERDITION : OMNISCIENCE
♆ ÉGARÉ : DANS TES CAUCHEMARS
♆ ENNUI TROMPÉ : DÉGUSTATION DES ÂMES

(#) Sam 5 Nov 2016 - 12:56
Quoi de plus inhumain qu'un sacrifice humain ? ▲ Alphonse Allais
TERRA DO SOL
Retour à la pire espèce, aux humains qui profitent et abusent sans sourciller des richesses du corps de leurs semblables au même titre que de la marchandise, comme un vulgaire sac de patates dont on se débarrasse contre le prix du plus généreux. Une entité qui est destinée à être utilisée, usée, échangée au bon plaisir de leurs kidnappeurs. Les membres du gang ne font pas dans la dentelle : ils se concentrent sur les touristes qu'ils guident puis égarent jusque dans la gueule du loup. Chacun possède son rôle afin que toute l'opération se déroule sans accroc, chacun se connaît suffisamment pour collaborer en tant que vrai groupe. Ce n'est pas la quantité qui importe mais la qualité. Doigts d'une même main, ils comptent l'un sur l'autre avec le cœur bien accroché et le mental d'acier qui est tout autant nécessaire. Cette part d'humanité ôtée, cette cruauté infligée à d'autres, s'imprimer dans le crâne que ces êtes sont inférieurs de quelque manière que ce soit pour que le boulot derrière soit plus aisé. Tout dépend des membres du trafic humain. Une chose est certaine : à chacun de tenir sa place, de préserver son rôle. Aucune pitié demandée envers cette chair rampante, prise dans leurs filets.

Les restes d'humanité égarés ♆ Une fois que le mal est fait, que le piège se referme lentement sur les brebis égarées, il s'agit de les emmener au sein d'un entrepôt complètement délabré ou bien l'une de leurs cachettes provisoires, tous à Saõ Poeira, où ils les stockent le temps de savoir quoi en faire. Selon l'individu capturé, deux options immédiates s'offrent à eux : soit le revendre, soit le recruter. Tout dépend des dons mais encore plus de l'utilité de celui-ci à long terme. Aliénor seule en décide, devinant le pouvoir de n'importe quelle personne en ville grâce à celui qui lui est propre. Menant sa barque de manière la plus rentable possible. Néanmoins, le choix est vite fait lorsque la personne rend l'âme, accidentellement ou non. S'ils n'en ont cure, ils n'abandonnent pas le cadavre qui leur sert à revendre les organes avant de bien souvent faire disparaître le reste au fond de leur estomac. Plusieurs cas de cannibalisme ont été observés chez les membres du gang sans pour autant en faire une généralité. Au point où ils en sont, ce n'est pas étonnant, mais au moins, ils se préservent entre eux. Ils sont pareils à une meute soudée qui ne se bouffe pas un bras dès qu'une dispute éclate, même s'ils leur arrive de sortir les crocs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 281
♆ PSEUDO : SATAN
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE MAUVAIS
♆ PERDITION : OMNISCIENCE
♆ ÉGARÉ : DANS TES CAUCHEMARS
♆ ENNUI TROMPÉ : DÉGUSTATION DES ÂMES

(#) Mar 7 Mar 2017 - 22:52
PANDEMONIUM
Le Pandemonium se fait sa réputation sur divers niveaux. Les nymphes du poteau font ronronner les plus durs alors que le poker ou autres viennent chercher les addicts. Les danseuses s'amusent à distraire les joueurs dès qu'elles en ont l'occasion. L'alcool coule à flot tout comme l'argent dans les coffres du Pandemonium. Le premier étage c'est la débauche, la déchéance. L'argent est lancé sur les tables alors que les alcools multicolores disparaissent dans les estomacs. La musique résonne dans la cage thoracique alors que les danseuses provoquent.

Sur l'étage supérieur, c'est un étage où peu y ont accès. C'est le côté sombre de la médaille. C'est l'endroit où le bar a un droit de vie ou de mort sur de nombreuses personnes. L'accès se situant derrière le bar, il n'y a qu'une entrée, qu'une sortie. L'intérieur n'est pas très lumineux. On y entre et le mur face à soi consiste en une rangée de casiers plutôt larges et haut. Ce qu'ils contiennent, seul le détenteur du casier le sait réellement. À la droite se dresse de multiples tables et quelques tableaux transparents sont dispersés entre elles. Finalement, à gauche, un énorme babillard secondé d'un large classeur. Ce babillard, il représente le tableau de chasse. Le Pandemonium, c'est le repère de nombreux tueurs à gages. Lyra reçoit les contrats de diverses personnes passant de personnes d'importances au nouvel arrivant. Peu importe qui est la personne, l'important est l'argent que cela rapporte. Le bar touche 25% de la prime, le reste va au tueur. Personne n'a encore su échappé aux démons du Pandemonium et c'est ce qui fait la fierté des propriétaires.

Le bar trouve souvent un moyen de ramener des touristes pour les dépouiller et rengorger leurs stocks. L'un des propriétaires attire la proie avec les produits voulus et la relâche quand il a ce qu'il avait besoins. C'est ainsi qu'ils ont réussi à avoir des alcools aussi diversifiés voir même ce vieux panneau solaire rouillé qui déraille parfois provoquant le grésillement des lumières. Ce bar repose sur les malédictions de ses propriétaires. Lyra exacerbe les envies de pêchés, Ezekiel est celui qui ramène les touristes avec son contrôle des envies et Caleb, c'est le protecteur, c'est la douleur au bout des doigts. Le Pandemonium, c'est le bar où peu importe les envies, elles sont comblées.

RECRUTEMENT ♆ Le Pandemonium repose sur un système d'échelons. Le but ultime consiste à avoir la confiance des trois propriétaires. Pas de confiance, pas d'emploi. Les nouveaux dans l'équipe sont généralement dans l'entretien du bar, barmaid ou dans la sécurité. Les deux premières années, il est difficile d'obtenir un emploi plus important que cela. Après ces deux années, le potentiel du Pandemonium s'offre à vous. Il y a la possibilité de devenir danseuses, distributeur de cartes, bref, tous les emplois du premier étage sont à la portée de l'employé. Mais si après deux ans, il n'y a toujours pas cette confiance, la porte vous est montrée. Personne n'a de temps à perdre pour des personnes qui sont indignes de confiance. Sur le deuxième étage, les métiers ne sont accessibles qu'après trois ans. Il y a la possibilité d'être informateurs (celui qui s'informe sur les cibles et qui résume les dossiers des cibles au tueur), distributeur (celui qui décide qui va avoir quel dossier), tueurs à gages, comptable, etc. Ce sont les métiers les plus sensibles.

Chez Pandemonium, les personnes se soutiennent, sont une famille. Les fondateurs du bar sont très protecteurs de leurs protégés et s'assurent qu'ils ne manquent de rien. Lyra est maternelle avec ses employés. Elle les materne quelque peu et si l'on s'en prend à eux, elle est sans pitié. Elle n'hésite pas à mettre des contrats sur les têtes de ceux qui s'en prennent à ses danseuses notamment. Caleb, c'est le charmeur, celui qui détend l'atmosphère. Il s'assure que tout se déroule bien et Ezekiel, c'est celui qui a le plus de difficulté à faire confiance quoique le mettre dans son lit fait toujours largement pencher la balance. Les trois propriétaires sont toujours disponibles pour les employés et se montrent sympathiques à leur façon, mais ils ne supportent pas la traîtrise. Personne ne s'en est réellement sorti vivant pour le moment après leur avoir tirer dans le dos. Il est possible de quitter l'établissement quand l'on fait partie du premier échelon et ce, sans histoire, mais dès qu'on les grimpe, c'est un voyage sans retour. Le seul moyen de quitter le Pandemonium après deux ans, c'est dans un cercueil.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La guerre des gangs,problématique mal comprise à Cité Soleil
» Territoires mafieux et lieux clés.
» Problème grave
» LA GUERRE DES GANGS, DE RETOUR
» La Guerre des Gangs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOUTUE VERMINE :: LE DÉLUGE COMMENCE :: LES DIX COMMANDEMENTS :: LES CLANS-
Sauter vers: