N'oubliez pas de déclarer votre amour pour satan, en postant sur bazzart Hope
Ils sont beaux, ils sont frais, ils n'attendent que vous.
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil aux PVs Hope
on veut plus de boobs :pff:
- la surpopulation de mâles sur le forum
Pensez à privilégier les hippies, les voleurs et les pirates
afin de préserver les âmes sensibles, le forum est déconseillé aux moins de 17 ans
Si aucune fiche est postée après cinq jours, votre compte sera supprimé.

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

F ♆ Y a écrit taspé avec ton nom sur mon palier

 :: LES MONSTRES S'ÉVEILLENT :: LE PACTE DU DIABLE Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 23
♆ PSEUDO : vntmlsc
♆ AVATAR : Shaun Ross
♆ ALIGNEMENT MORAL : NEUTRE BON
♆ PERDITION : Pouvoir de pacotille, peau blanche que personne n'arrive à colorer, d'encre ou d'ecchymoses. Il est né enfant de la lune, enfant de la lune il périrat, aucun souvenir à graver entre les couches qui protègent son coeur d'artichaut du monde réel.
♆ ENNUI TROMPÉ : Mûle à qui on balance quelques pièces quand on y pense, facteur des gros bras qui n'arrivent pas à rendre les droites, messager qu'on voudrait égorger pour bien faire passer le message mais qu'on laisse pourtant gambader, sans doute amusé par la farce qu'il a mis en place et qu'il appelle service postal.

(#) Jeu 26 Jan 2017 - 1:28
Talita Sapato
Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueuilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux.
ALFRED DE MUSSET ▲
L'ÂME PERDUE
Héritage Infortuné ♆ Artifice de bâtard qu'elle a accepté de revêtir par dessus ses manières de bonne famille, comme un manteau rapiécé sur un tailleur en flanelle impeccablement taillé, Sapato, nom du gosse des rues incapable qui l'a fait descendre de son balcon, Juliette échappée avec le garçon d'écurie.  Nom de naissance au choix. Appellation aux Origines Contrôlées ♆ Il est soupiré dans les cœurs qu'elle fait battre et les pantalons qu'elle réveille, il n'est qu'un parmi tant d'autres et pourtant tous y ont consacré des poèmes, Talita, les trois syllabes d'une drogue dont on ne peut se sevrer.  C'était mieux avant ♆ Les années n'ont pas eu d'effet sur la fermeté de sa peau juvénile, sur ses yeux couleur ciel qui s'émerveille encore de ce qui s'offre à eux, vingt-cinq ans c'est ne pas encore assez pour ôter aux âmes leur capacité à percevoir la beauté du monde, mais São Poeira s'en chargera sûrement. Première Bouffée d'air ♆ La beauté du nourrisson n'en a rendu que plus délicieuse les perles de sel qui ont inondé son visage lorsque l'oxygène de São Luís est venu déchirer ses poumons minuscules. Date au choix.  Papa et Maman ♆ Fille des gros portefeuilles, Talita a vécu ici et là, à laissé trainer son corps sur les sables de la terre et laisser ses cheveux se faire ébouriffer par les vents froid du ciel, mais Papa et Maman viennent d'ici, São Luís comme toile de fond des peintures qui leurs ont été consacré, le Brésil est la seule chose qui coule dans leurs veines, drapeau porté fièrement contre les vagues et les protestations. Dans mon lit ♆ Pour Talita il n'y a que les hommes pour faire vibrer son corps, leurs testostérones comme un parfum envoutant qui réveille en elle quelque chose d'interdit, de sauvage, un secret enfouit qu'elle se plait à déterrer quand les torses se découvrent à elle. Degré de solitude ♆ Fille volage, liberté au bout de la langue et l'aventure au creux des hanches, Talita n'a jamais connu la solitude, regardée par les beaux garçons qu'elle se perde dans les boites de nuits de la ville ou entre les couloirs de l'école, être seule n'est pas une chose qu'elle connait, et, malgré la bague au doigt que lui a glissé Dado, elle continue de s'entourer, infidèle, à se languir du retour du mari qui lui avait promi tant avant de s'enfuir. Tromper l'ennui ♆ Au choix, elle a fait des grandes études qui lui serviront sûrement ici, il suffit d'être inventif. Fanatisme déclaré ♆ Il n'y a pas de Dieu ici bas, sans doute l'a-t-elle appris de Papa et ses réunions tardives dans le salon, ou de Maman et ses cachets pour rendre heureuse qui la rendaient morose. Des cours de cathéchisme jusqu'à la poussière de São Poeira, elle le sait, il n'y a que le Dieu Argent pour guider les hommes vers la décadence, et rien pour les sauver d'eux-même. Le pouvoir démoniaque ♆ Au choix, amusez-vous ! Tête de cochon ♆ Ana de Armas. la Vraie Famille ♆ Ce sera votre personnage, à vous de voir ce que vous voulez en faire, mais la voyant comme une jeune fille ambitieuse et pas prête à se laisser faire pour un sou, elle pourrait totalement en rejoindre un ! Tombé dans le trou à rat ♆ L'entrée à São Poeira se fera quand le personnage sera pris. Dado a utilisé le puits des âmes pour l'observer à plusieurs reprises, elle a donc finit, par la force des choses, à se retrouver au village, sans vraiment savoir pourquoi, sans doute espère-t-elle se réveiller d'un mauvais rêve, ou alors est-elle décidée à dompter ce cauchemar. La nouvelle famille ♆ Il ne lui a pas fallu d'attendre d'arriver à São Poeirra pour savoir que la violence régnait en elle, fille d'un requin, elle est née avec des dents qui se sont aiguisées au fil des ans pour devenir des sabres tranchants, née crapule elle en deviendra la reine.
LES CORNES DU DIABLE
Je vous mets des infos en vrac, vous n'êtes pas obligé de tout garder, vous pouvez modifier à votre bon vouloir, mettez-vous à l'aise.
Née avec une cuillère en argent dans la bouche, il n'y a jamais eu rien de trop beau pour Talita, trésor avidement conservé dans la grande maison familiale par des parents trop fiers de voir le mélange de leurs cellules se transformer en une si parfaite créature, papa trop pris par le travail pour venir lui lire des histoires, maman trop déprimée par son mariage infernal, elle a vite appris que les montagnes de billets verts ne servaient qu'à cacher les âmes pourries de ceux qui les possédaient. D'abord pour attirer l'attention du Père si distant, ensuite parce qu'elle s'est prise au jeux d'être une autre en pouvant redevenir elle même à n'importe quel moment, Talita s'est vite enfuie de la maison une fois les lumières éteintes, à vagabonder dans les quartiers de la ville, rendue vivante par le danger de la nuit et des créatures qui la peuplent, si différentes du quotidien aseptisé de la maison familiale, elle n'a eu que des mésaventures, des fins de soirées au poste de police mais toujours sa naissance pour l'en faire sortir sans qu'elle ne se retourne sur ses mauvaises fréquentations de la nuit. Se lasser est une chose qui lui arrive sans doute trop souvent, des petits copains, des écoles, des villes, du monde entier parfois, il n'y a rien d'assez beau à ses yeux pour qu'elle ne s'y attarde trop longtemps, il n'y a sur Terre que São Luís qui trouve grâce à ses yeux, sans doute parce qu'elle s'y éloigne avant de pouvoir la détester, revient toujours pour être déçue par les souvenirs qui la peuplent, et Dado, mais sans doute ne lui dira-t-elle jamais que derrière chaque griffure qu'elle lui fait il y a ce besoin incompréhensible de le faire souffrir pour le ramener contre elle. Talita n'a pas d'amis, pas de ceux qu'on écrit dans la littérature et sur lesquels ont débat des sentiments en philosophie. Des copains, il n'y a que ça, des branleurs charmés au détour d'une rue qu'elle oubliera au détour d'une autre, des filles de la petite école qui piaillent dès qu'elle l'aperçoive pour mieux lui planter des couteaux dans le dos une fois retournée, des patrons qui l'engage pour sa jupe cintrée plutôt que les prestigieux diplômes que les sous de papa ont acheté, mais de ceux qui ont gratté le vernis de la princesse insupportable, personne n'est resté pour apprécier pour apprécier son âme nue. C'est une des choses que son père lui a appris, que sa mère n'a fait que lui démontrer en s'enfermant dans des murs de solitude que personne ne prenait la peine de remarquer : il faut affronter le monde seul. Il n'y a qu'au fond des yeux de Talita qu'il existe une telle lueur, lumière divine qu'on ne pourrait penser possible. L'envie de marcher sur les autres, de rappeler aux ouailles qu'ils ne sont rien d'autres que de la chair à fourrer dans les canons pour des guerres inutiles. Pourtant de l'ambition qui la dévore et la soif de liberté qui l'anime, tous ont été surpris de la voir se faire glisser une bague au doigt, robe blanche à la traîne infinie dans une église sur laquelle elle aurait craché quelques instants plus tôt. D'une gamine intelligente, on aurait attendu à ce qu'elle se marie avec un homme plus riche qu'elle, et pourtant c'est le gosse des rues qui a signé le contrat sensé les lier pour l'éternité, c'est la racaille repentie qui pense naïvement qu'il n'y a que lui qui pose encore sa main au creux de ses reins. On aime murmurer que ça a été Dado parce qu'elle ne supporte pas de ne pas être la meilleure, on a voulu faire croire que la gosse ne voulait pas construire la même vie que ses parents et finir comme sa mère et ses poignets striés de tentatives ratées, mais des rumeurs Talita n'en fait rien quand Dado s'époumone pour faire entendre sa tirade maladroite sur l'amour. C'est sans doute un mystère qui ne sera pas résolu, secret qu'elle emportera dans sa tombe, trop apeurée pour lui dire je t'aime, trop soucieuse des apparences pour lui dire je te déteste. Est-ce qu'on s'inquiètera de sa disparition ? Sans doute mettra-t-on du temps avant de se poser des questions, habitué à la voir partir sur des coups de tête, rien pour ne la retenir, pas même Dado qui l'aurait suivi au bout du monde. Sans doute la disparition du mari l'a-t-elle affecté, les rares qui l'ont approché de près s'en sont rendus compte, de la petite fêlure à l'intérieur, sans que l'on ne sache s'il s'agisse du cœur ou de l'ego, peut-être les températures du Brésil n'étaient plus assorties à son teint hâlé qu'elle est parti bronzer autre part, se reconstruire une vie meilleure que celle-là, sans les rumeurs, sans les souvenirs.
AU FOND DU LAGON

T'es ma salope à moi.
   AVATAR ♆ Ana de Armas est totalement négociable, je l'ai prise car elle illustre bien cette dualité du personnage d'être à la fois une jeune fille à Papa qu'on pourrait croire être une petite princesse innocente et sans cervelle, mais elle a aussi cet air de défi au fond des yeux qui nous dit t'approche pas bonhomme. Si vous choisissez quelqu'un d'autre, je n'ai pas d'indication particulière au niveau du physique (même si je me laisse un droit de véto on ne sait jamais) à part que l'âge corresponde à celui du perso.
   PSEUDO ♆ Le prénom est totalement négociable, je trouvais que c'était joli donc j'ai choisi ça (argument de choc) mais vous pouvez le changer à votre guise. Essayez peut-être de reprendre un prénom brésilien pour rester dans la logique du personnage ! Le nom de famille n'est pas négociable parce que t'es ma meuf et moi c'est Mr Sapato, voila  :pff: .
   LIENS ♆ Le lien avec Dado n'est pas négociable. Je ne vous ai pas trouver d'autres liens, honte à moi, mais ne vous inquiétez pas je fouetterais les autres pour qu'ils vous mpottent - et s'ils sont méchants dites le moi et je les marav ces bâtards  Hope . Vous pourrez avoir tous les liens que vous voulez, dans tous les sens et toutes les positions, ma seule exigence c'est que Talita aime Dado plus que les autres, pas forcément qu'elle lui dise ou qu'elle ne lui montre, mais, au fond, c'est moi le #1 Hope .
   PRÉSENCE & ECRITURE ♆ Je n'ai pas d'exigence particulière de ce côté là, j'ai moi-même une vie (pas très remplie mais quand même) mais j'aimerais (au minimum) une réponse à la quinzaine (pour moi, les autres on s'en fout). Je vais dire un truc un peu bateau mais je préfère la qualité à la longueur (même si les deux c'est bien), personnellement, j'oscille entre 500 et 1 000 mots, je fais parfois plus, parfois moins, ça dépend des périodes et de la matière qu'on me donne, j'aime bien faire des rps de 1 000 mots quand ça part dans les sentiments, mais ça ne me gêne pas qu'on réponde moins (du moment qu'on répond bien).  
   AUTRES ♆  frodon  
DADO SAPATO
DÉCHIRE MON COEUR ▲ Sans doute ne sait-on pas pourquoi on aime tant l'être aimé, mélange de sentiments au creux de la poitrine qui ne se traduisent que par des flammes qui brûlent l'esprit. Dado et Talita, eux, savent exactement pourquoi ils se détestent. Dès le premier regard, Dado et sa peau blanche de l'adolescence déjà noircie par quelques traits d'encre à faire le malin sur la roue arrière de son scooter, pas encore la quinzaine et déjà derrière sa voix dérailleuse des bêtises plus grosses que lui, Talita et sa robe trop courte qui passait dans le quartier sans se soucier des barres de testostérone prêtes à la plaquer contre un mur, il n'y a eu d'éclairs pour fracturer leurs cœurs que les insultes qu'ils se sont lancés. Sale pute. Puceau. La première fois qu'il la revu, entre les lumières intermittentes d'une boite de nuit, il a trouvé beau ce corps qu'il n'a pas reconnu, détestable ce visage de poupée de porcelaine qu'il n'arrivait pas à casser au rythme de la musique, et pourtant sa gueule de travers n'a pas été assez pour la faire fuir. Petite frappe, un revolver mal chargé fourré dans son pantalon, sans doute a-t-il été pour elle la plus drôle des blagues, garçonnet et ses gros mots persuadé d'être quelqu'un pour lui parler. Sans doute n'ont-ils été l'un pour l'autre que des objets pendant longtemps, à aller et venir au gré du vent, jamais de baisers une fois les vêtements remis sur leurs corps recouverts de la moiteur de leur transpiration, à peine des textos pour se dire viens me voir, mes parents ne sont pas là, et, à chaque fois, l'étonnement de Dado à lui dire t'es trop belle pour moi et le rire de Talita qui voulait dire je sais. Des années à écarter les jambes sans jamais chercher à se connaitre, sans doute s'est-elle rendue compte qu'à le laisser entrer chez elle sans le surveiller il était reparti avec des babioles sans valeurs pour elle qui valait de l'or pour lui, mais jusqu'à leur vingtaine, il n'y avait là que des inconnus de l'âme qui connaissaient le corps de l'autre pas cœur, des gosses insouciants à s'amuser ici sans avoir peur d'aller là-bas. Sans doute Dado était trop con pour ne pas gâcher ça, poète de pacotille qui ne connait rien d'autre que la poésie des coups de feu, entre deux mouvements de reins, pour effacer une larme dont il ne connaissait pas la cause, il a promis l'impossible. Pleure pas, tu sais que je ferais n'importe quoi pour toi.

Ça a été le début de quelque chose de magnifique. Cette nuit là n'a pas été différente d'une autre, pourtant le matin est venu éclairer leurs âmes pour ne laisser voir que les démons qui dormaient paisiblement au fond d'eux, deux bêtes impossibles à rassasier, réveillées après vingt ans d'hibernation avec un sale gargouillement au fond de l'estomac. T'es le premier à me faire une promesse. Mais elle mentait, elle n'allait faire que ça à partir de maintenant, lui mentir pour mieux le détruire, lui faire regretter d'avoir voulu prendre soin d'elle quand elle pouvait le faire toute seule. T'es la première avec qui je le pense vraiment. Et peut-être disait-il la vérité mais n'en était pas lui-même persuadé, saut dans l'inconnu qu'il faisait parce que dans le quartier, il était le seul à ne pas se promener avec un bébé dans les bras et trois maîtresses à en prendre soin. Des nuits entières à s'appeler pour se crier dessus, la jalousie les empêchait de vivre séparément mais à vivre ensemble il n'y avait que leurs deux mondes pour s'entrechoquer, trop égocentriques pour voir en l'autre une manière d'avancer. La rédemption de Dado n'a pas eu d'autres raisons que sa peur de finir enterré à côté de ses amis d'enfance descendus par la police, et pourtant il réussissait à se convaincre en même temps qu'il voulait lui faire croire que tout ça, c'était pour elle, et Talita de lui faire croire qu'il était assez pour elle quand dès qu'il fermait les yeux elle s'échappait pour en retrouver d'autres. Et pour un grain de poussière se remettre à crier, s'engueuler, la violence n'a jamais été trop loin d'eux, tapie dans l'ombre, prête à sauter sur leurs poings et leurs paumes dès que la voix s'élevait un peu trop, Dado et ses poings fragiles incapable de la mettre k.o, Talita et sa rage de se faire entendre avec la volonté de le saigner à blanc. Et derrière les bleus et larmes des nuits à se pardonner en se perdant dans les corps, à se promettre des choses impossibles sans y croire et qui pourtant recousaient leurs âmes des déchirures du monde extérieur. C'est pour ça qu'ils se sont épousés, tous les deux, Dado l'ancienne racaille devenue livreur et Talita la petite princesse sacrée reine des connasses, parce que vivre l'un sans l'autre n'était pas possible, parce que vivre avec l'autre était insupportable, parce que leur haine l'un pour l'autre était le sentiment d'amour le plus fort qu'ils n'aient jamais éprouvé.

Et puis un jour Dado a disparu. Une livraison bidon dans un village éloigné, et personne pour rentrer à la maison de mauvaise humeur pour la plaquer contre un mur en réponse à ses insultes. Plus personne à blâmer pour les problèmes sans causes. Plus personne à griffer, plus d'affaires à jeter par la fenêtre, le néant. La vie sans l'autre, impossible et pourtant le cœur continuait de battre, agonisant, Talita et sa vie parfaite, Dado coincé en enfer à essayer de survivre, de revenir, à la regarder à travers les artifices du diable sans se douter, qu'encore une fois, il serait la cause de sa condamnation. 

   

♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sam 25 Fév 2017 - 9:35
russe russe russe russe ( )
ce scénar, cette histoire, tout
même ta tête de médoc :pff:
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 23
♆ PSEUDO : vntmlsc
♆ AVATAR : Shaun Ross
♆ ALIGNEMENT MORAL : NEUTRE BON
♆ PERDITION : Pouvoir de pacotille, peau blanche que personne n'arrive à colorer, d'encre ou d'ecchymoses. Il est né enfant de la lune, enfant de la lune il périrat, aucun souvenir à graver entre les couches qui protègent son coeur d'artichaut du monde réel.
♆ ENNUI TROMPÉ : Mûle à qui on balance quelques pièces quand on y pense, facteur des gros bras qui n'arrivent pas à rendre les droites, messager qu'on voudrait égorger pour bien faire passer le message mais qu'on laisse pourtant gambader, sans doute amusé par la farce qu'il a mis en place et qu'il appelle service postal.

(#) Sam 25 Fév 2017 - 17:28
Ma femme ! T'es plus belle de toutes les gueuses que la terre ai porté

♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 19 Mar 2017 - 10:40
russe alors comme ça, on essaie de m'échapper ? :tss:
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 23
♆ PSEUDO : vntmlsc
♆ AVATAR : Shaun Ross
♆ ALIGNEMENT MORAL : NEUTRE BON
♆ PERDITION : Pouvoir de pacotille, peau blanche que personne n'arrive à colorer, d'encre ou d'ecchymoses. Il est né enfant de la lune, enfant de la lune il périrat, aucun souvenir à graver entre les couches qui protègent son coeur d'artichaut du monde réel.
♆ ENNUI TROMPÉ : Mûle à qui on balance quelques pièces quand on y pense, facteur des gros bras qui n'arrivent pas à rendre les droites, messager qu'on voudrait égorger pour bien faire passer le message mais qu'on laisse pourtant gambader, sans doute amusé par la farce qu'il a mis en place et qu'il appelle service postal.

(#) Dim 19 Mar 2017 - 15:57
t'es belle ptn singletear

♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un titre avec écrit "Sang" dedans. Voilà.
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Fall To Piece
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
FOUTUE VERMINE :: LES MONSTRES S'ÉVEILLENT :: LE PACTE DU DIABLE-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujetSauter vers: