N'oubliez pas de déclarer votre amour pour satan, en postant sur bazzart Hope
Ils sont beaux, ils sont frais, ils n'attendent que vous.
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil aux PVs Hope
on veut plus de boobs :pff:
- la surpopulation de mâles sur le forum
Pensez à privilégier les hippies, les voleurs et les pirates
afin de préserver les âmes sensibles, le forum est déconseillé aux moins de 17 ans
Si aucune fiche est postée après cinq jours, votre compte sera supprimé.

EDEN; A kiss with a fist is better than none.

 :: ET ILS RIENT :: FICHES V1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Jeu 1 Oct 2015 - 13:49
Eden Renart

âme égarée
Héritage Infortuné ♆ Renart. Appellation aux Origines Contrôlées ♆ Eden « Mon Ange ». C'était mieux avant ♆ Vingt-trois ans. Première Bouffée d'air ♆ Dix-huit août  dix-neuf cent quatre-vingt-douze, Paris.. Papa et Maman ♆ Françaises. Écrire ici. Dans mon lit ♆ Il y a de la place pour qui que ce soit ayant ce que je recherche.  Degré de solitude ♆ Célibataire. Tromper l'ennui ♆ Guitariste/Chanteuse au bar du coin. Idolâtrie ♆ Perdue depuis longtemps. Tombé dans le trou à rat ♆ Cinq années pleines. La nouvelle famille ♆ Les Traînées ♥.


au-delà des dunes
Joli prénom ♆Eden, c'est mixte ? Allons-y pour Eden !   Pseudo pas beau ♆ Eden, chou. ♥ Nombre d'hivers endurés ♆ Dix-huit, je crois. Pierre précieuse préférée ♆ Tant qu'y a moyen d'en tirer gros, on va pas faire les difficiles.  Compagnie de voyage ♆ Y'a un sale Russe roux qui m'a traîné de force chez les traînées, moi j'ai rien d'mandé, promis. Mot doux ♆ Fallait oser. ♥ Degré d'addiction ♆  Ça on verra comment vous m’entretiendrez. ♥ Sésame ouvres-toi ♆ OK BY ALIEN Tête de cochon ♆ Frances Bean Cobay (keurkeurkeurlovekeur). TYPE DE PERSONNAGE ♆ Personnage inventé. Remerciements ♆ Photographies par © Hedi Slimane, retouches par moi-même. Mot d'amour en plus ♆ Keur. ♥
I've been a bad, bad girl. I've been careless with a delicate man. And it's a sad, sad world, when a girl will break a boy just because she can ▲ FIONA APPLE
Feel this pain.
Bleed like you never have before, never have before.

« C’pas compliqué d’la comprendre Eden. Elevé par un précepteur qui’a abusé d’elle et par une catin, elle est pas des plus joviale. Elle est même pas heureuse, j’sais même pas si y’a quelqu’un d’heureux dans c’coin pourri. Elle a pas eu d’chance mais elle est devenue une vraie p’tite garce la gamine. Oh elle peut se faire belle, elle peut être tactile, elle peut faire monter la pression mais sois pas idiot, évite-la. Si elle s’approche d’un peu trop près c’est qu’elle veut quelque chose. Elle aime pas le monde. Le monde il pue. Il pue depuis qu’elle est gamine. Et il puera jusqu’à c’qu’elle claque.

« Elle a la voix pétée par la clope, elle sonne un peu Patti Smith quand on l’entend chanter. Elle fume parc’qu’elle se fait chier Eden. Elle est forte, Eden, elle est grande, elle est intelligente pourtant elle semble si fragile.. Ce p’tit ange n’est pas bien épaisse, mais c’pas à elle que tu vas apprendre la vie, la vie elle la connait.

« Eden tient par-dessus tout à sa liberté, même si au fond, elle est dépendante de ceux qui l’entourent. Une dépendance relative, j’vous l’accorde, mais quand même. Heureusement qu’elle est maline c’te p’tite garce, sinon elle les tiendrait pas comme elle le fait ces gigolos de première qui la font vivre. Faire la catin ça a été dur vous savez, oh elle savait faire, mais elle aimait pas ça, et elle le faisait pas pour rien. On lui a appris que quand on veut quelque chose, peu importe la bassesse de la manœuvre, il faut le faire. Autant dire qu’elle ne se gêne pas cette gosse.

« Elle est gentille, elle est mignonne, elle donne envie mais vaut mieux pas. Elle a le don de dénicher les plus vilains secrets, ceux qu’on ne veut qu’au fond du placard, ceux qui font mal et qui font peur, ceux qui décrédibilisent et ceux qui sont dangereux. Ohohohoh c’qu’elle aime ça, tirer les vers du nez de ses victimes, c’est si distrayant, si drôle. Le caïd devient aussi inoffensif qu’un chiot qu’on aurait balancé dans l’mur et qui risque de claquer si on l’mène pas au veto fissa. Elle aime beaucoup ça !

« T’imagines pas qu’elle va t’faire confiance, et si elle te le fait croire, fais gaffe. Maintenant fait c’que tu veux de c’que j’te dis, après tout, si tu tombes dans son p’tit jeu, moi j’m’en branle, j’tenais juste à t’prévenir c’qui pourrait t’arriver, mais si t’es un dur, si t’en as dans le froc, j’t’en prie, va dire bonjour à ma p’tite catin préférée. »


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Jeu 1 Oct 2015 - 13:50
The Bitter End

l'étrange
« Le Nirvana est à ta porte, mon cœur.. Tu n'veux pas y j'ter un œil ? Avoue, tu n’attends plus que ça ! Je te vois frémir sous tes bouts d'tissus. Chez toi c’est cru, ça pue, ça hurle au manque. Tu y es presque.. vas-y, CONTINUE ! ... Te voilà si calme, si docile, ça ne va pas ?  Dis moi. Dis moi tout ce qui se cache dans ce petit cœur d'artichaut... dis-moi, quel est ton plus vilain secret ? »

Eden c’est un peu la gamine qui a pas eu d’chance. Elle fait des conneries mais c’est pas une criminelle. Elle a profité de c’qui était à sa portée même si ça devait en gêner certains mais ça fait pas d’elle une garce. Ou peut-être que si. Quoi qu’il en soit, ce que lui a apporté le souffle n’aura fait que la rendre encore plus dépendante au monde.
Pour survivre ici-bas, sans possibilité d’sortie, y’a fallu qu’elle soit maline la p’tite. Elle était jeune... si jeune et si innocente...  
Y’a eu plusieurs stades dans le maniement de ce pouvoir. Au début, quelques semaines après son arrivée, il lui fallait trouver un moyen de survivre, la situation devenait compliquée, et c’est là que le souffle entre en jeu. Il est drôle de voir à quel point un truc aussi nocif pour l’Homme puisse devenir si bienfaisant...
Bon j’vais t’épargner les détails, j’pense qu’on a mieux à faire que d'pleurer sur le cas d’cette gosse. C’est à la base grâce au sexe et plus particulièrement à l’orgasme qu’elle donnait que s'mettait en place son pouvoir. Une fois contentée, sa victime entrait dans une espèce de transe –on va appeler ça comme ça– qui les forçaient à avouer leurs petits secrets, le genre de secrets qu’on préfère enfouit au fond du placard, le genre qui peut ruiner votre crédibilité ou pire, qui peut mettre en péril une vie.
Avec les années ce pouvoir a grandi. Le sexe c’est presque devenu une option. Plus besoin, sauf si elle veut s’amuser. Le simple contact avec ses lèvres, cette montée d’excitation suffit à mettre en place les séances cathartiques de confession.
(c) MORIARTY


São Poeira
« Quand elle est arrivée en ville, ça allait pas trop mal, elle se sentait chez elle dans ce chaos, pis elle a dû faire comme beaucoup à cet endroit pour survivre : faire la catin. Mais ça elle sait faire Eden, elle a eu une bonne prof. Même si à mon avis cette dernière aurait pas voulu la voir là, elle aurait été fière de voir à quelle point sa petite protégée était douée. Mais c’était pas une vie pour Eden ça, trop forte et trop indépendante. Quand elle a ressenti les premiers effets du souffle sur son organisme, elle aurait voulu crever, et pourtant elle endure bien la gamine, mais c’était pas suffisant, elle a lutté, elle voyait le temps filer avec son âme entre les pattes et arrachant au passage ses boyaux pour bien la voir se tordre, se cambrer sous la douleur, et elle l’a fait.
Elle a dû faire la catin quelques mois encore mais grâce au petit cadeau du Diable, elle a plus à s’en faire, elle souffre pas pour rien cette petite garce, faut lui donner sa récompense, sinon elle te lâche pas.
Maintenant elle se contente de chanter et d’jouer un peu d’gratte dans l’bar du village, le patron la paie quasi pas, mais elle s’en fout, elle a ses p’tits pigeons qui lui donne à bouffer. »
(c) MORIARTY

Jesus died for somebody's sins but not mine. Meltin' in a pot of thieves, wild card up my sleeve. Thick heart of stone. My sins my own, they belong to me. ▲ PATTI SMITH
IN THE LAND OF GODS AND MONSTERS
I WAS AN ANGEL

« T’sais c’te tiote elle a pas eu d’chance. Elle est gentille pourtant, elle est mignonne, mais elle a rien dans l’froc. Ses parents ils avaient b’soin d’un mec, un grand, un dur, un fort, un beau, d’quoi impressionner les copines de maman et d’rivaliser avec les collègues de papa. Pa’ce que ouais, sont grands ses parents, si grands que’l'monde peut qu'leur cirer les pompes. Sont beaux ses parents, la tune ça rend beau, vous savez. Et sont forts ses parents, z’ont eu b’soin d’personne d’autre pour écraser la concurrence. Renart qui s’appelaient, et y voulaient un gosse. Les pauvres, t’aurais vu leur tête quand ils ont pas vu l’petit truc entre les cuisses du tiot,  ils s’sont sentis bien cons. Bah ouais, tu comprends, ils avaient d’jà le nom, « Eden », qui r’flète bien la perfection. Pis ils avaient d’jà pensé aux études du gamin, son nom était d’jà sur la liste de l’ENA, parce qu’un gaillard comme ça, ça va loin, très loin. Tellement loin qu’on l’atteint plus. Mais nan, ils ont eu la gamine, quoi qu’elle leur a pas traîné dans les pattes très longtemps faut l’avouer.

« Pour pas c’la coltiner trop longtemps, les Renart l’ont filé à un vieux prof, un précepteur comme ils disaient, t’sais comme celui qu’avaient les gosses de riche pendant la Renaissance. P’t’être même que l’précepteur y venait de c’t’époque. Y’était tellement vieux. Et moche par-dessus l’marché. Comme quoi, être intelligent ça fait pas r’sembler à Brad Pitt. M’enfin avant d’la r’filer ils ont quand même laissé à la nourrisse l’soin d’lui apprendre à marcher et à parler. Eux ils avaient pas l’temps, parce que l’temps c’est d’l’argent, et chez les Renart, on rigole pas avec le pognon. Le pognon on l’bouffe au p’tit dej’, on l’vomit ensuite, on l’bouffe à midi, on le chie l’aprèm, et l’soir on l’bouffe en salade. Rien ne se perd, tout se transforme, en v’là ‘core une autre de phrase fétiche chez les Renart. Nan ici on parle pas recyclage, on parle de monnayer sa propre merde si y’a moyen d’s’en mettre plein les fouilles. Les gens ils nous admirent quand le fric nous sort de tous les pores, c’est p’t’être dégueulasse, mais ils aiment ça, ils en r’demandent et en bon animateurs les Renart se donnent en spectacle dans tout ce luxe puant dans lequel ils baignent. C’est bon la vie bourgeoise, on les envirait presque..

« Bref, la gamine. L’éducation d’la gamine, c’était dur, très dur, et pas qu’dans un sens. Ses parents l’avaient envoyé avec son vieux prof à l’autre bout du pays dans la campagne, dans une belle maison d’maître où là encore l’effluve pestilentiel du luxe donnait le tournis. Son précepteur c’était un vieux dégueulasse, il l’aimait la petite, mais p’t’être pas comme un prof devrait aimer son élève, il était violent le salaud, elle souffrait la p’tite, mais apprendre la vie c’est dur, très dur, et pas que dans un sens. En parallèle il la faisait étudier. Etudier la langue française et son snobisme à peine refoulé, le grec et le latin, la science des corps avec travaux pratiques mais aussi la science du monde qu’elle ne verrait jamais. Et pour finir il lui apprit l’anglais, l’espagnol, l’allemand et l’russe, et en tout bon cours de langue qui se respecte, y faut pas hésiter à s’en servir, même si il y’avait personne qui voulait parler. Du temps à genoux elle en passait aussi tous les matins pendant la lecture de la Bible, elle avait beau prier, y’a rien qui s’passait pour aider la tiote, et pourtant elle prier fort, très fort, tellement faut qu’elle en tombait parfois dans les pommes, tant la violence d’la punition était sévère.

« Elle était brave, elle était forte la gamine, mais y’a un moment où elle a craqué, faut la comprendre ; c’pas facile de vivre avec pour seule figure paternel un vieux pervers qui vous cloître pendant près d’quinze ans, et qui s’faisait de plus en plus collant, le corps de la fillette changeant. Mais y’a un moment elle a craqué et elle s’est barré, elle a attendu qu’il s’endorme pour lui piquer ses clés sous son vieux tas puant d’sous-vêtements, et a pris la malle. Putain elle était enfin libre la gamine ! Elle y croyait pas elle-même. Mais du coup elle savait pas qu’le monde en dehors du luxe clérical puait tout autant. Pas la même puanteur. Ce genre de puanteur qui t’rend violent. Ce genre de puanteur qui s’colle à ta peau et t’lâche pas avant d’avoir aspiré jusqu’à la plus p’tite parcelle de bon en toi. Heureusement qu’y’avait Rose..

« Rose c’était la catin la plus populaire du coin. Elle avait eu pitié d’la tiote et l’a accueillie dans sa chambre d’hôtel qu’elle louait à la journée depuis déjà plus de vingt ans. Elle survivait grâce à l’appétit de tous les mal-baisés du quartier. A la chaîne qu’elle se les recevait. Elle a été comme une mère pour Eden à c’moment-là d’sa vie. La pauvre, ses parents en avaient tellement rien à foutre de leur gamine qu’ils lui ont jamais rendu visite, elle aurait même pas pu leur raconter c’qu’elle vivait. Au final, j’suis même pas sûr qu’ils auraient fait quoi que ce soit d’toute façon. De peur d’s’attirer les foudres de la presse à scandale. Rose elle l’aimait Eden, comme une mère aime son gosse, parc’qu’elle a jamais eu d’gosse Rose. Personne l’a jamais d’mandée en mariage. Personne l’a jamais engrossée. Elle avait beaucoup d’amour à donner, alors elle le donnait à la gamine. Mais celle-là elle avait peur, elle comprenait pas c’qui s’passait autour d’elle. Alors Rose, elle l’a calmée. Et Rose lui a appris..

« Rose lui apprit c’que c’était la vie. La vraie, la dure, celle qui pue et dont on aimerait s’débarasser, celle qui t’éclate à la gueule quand tu t’y attends le moins et souvent beaucoup trop tôt. C’était peut-être une catin mais elle avait des principes la vieille Rose. Elle était pas très bien éduquée, elle parlait pas bien l’français mais elle était bonne Rose, son cœur était bon. Même s’il était noirci par la clope il était bon. Tout ça, ça a duré deux ans j’crois. A peu près. Puis Rose a claqué, en deux s’maines de temps. Elle était pas si vieille pourtant mais l’boulot d’pute a ses inconvénients.

« Rose avait beau être une pute, elle avait beau être pauvre, rachitique et laide, c’est la plus belle personne qu’on pourrait voir ici-bas. Avec elle, Eden elle a grandi. Grandi tellement qu’le monde pouvait plus qu’lui cirer les pompes.

« Eden on lui a montré qu’les extrêmes de la vie. Celle qui pue le luxe et celle qui pue le sperme. Pas facile de s’intégrer avec ça. Les gens la dévisageaient la tiote, c’te pauvre p’tite bête. Oh oui elle était grande, elle était intelligente et forte, mais y lui aurait été plus facile de survivre à une avalanche qu’à la vie en société. Ça lui allait pas tout ça. Elle se voyait pas caissière la gamine, elle avait qu’dix-sept ans. Elle voulait pas non plus aller vois ses géniteurs, ces enfoirés ne méritaient pas d’la voir leur tiote. Elle a donc décidé d’rendre utile les cours du vieux pervers. Elle a voyagé Eden, avec cinq langues sous l’bras en s’disant qu’ça irait mieux, et si seulement.

« Elle a voyagé la gamine. Pendant près d’un an, sans s’presser. Elle a r’marqué qu’c’est dans les coins les plus paumés qu’on trouve les gens les plus normaux. Les gens qui n’ont pas peur d’être ce qu’ils sont, des Hommes qui peuvent être bons mais qui peuvent être sales. Le juste milieu entre la bestialité et l’humanité, ils sont les deux extrêmes. Ils sont c’qu’Eden connait. Dans les grandes villes les gens sont trop propres et pourtant ils puent à trois kilomètres à la ronde. Pour Eden le monde pue, alors il faut s’y accommoder.

« La tiote elle s’est arrêtée une seule fois pendant son voyage, elle a jamais pu r’partir. São Poeira, c’est là où elle a fait la pute pour survivre, c’est là où elle l’a senti en elle le Diable, c’est là où elle s’est faite sa place, la p’tite garce. Elle les fait chanter maintenant les mecs, elle, elle chante dans le bar du coin pour plus faire la catin, et on la paie pour qu’elle ferme sa gueule, assez comique, non ? Elle connait les p’tits secrets maintenant et attention à qui tente de la faire chanter, elle est maline cette coquine, il ne faudrait pas la sous-estimer, elle a de quoi vous en faire baver. »


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Jeu 1 Oct 2015 - 13:56
Ma toute belle !! Vraiment so sex cette Cobain.
Encore bienvenue, et des câlins tout plein <3

Eden Renart a écrit:
Y'a un sale Russe roux qui m'a traîné de force chez les traînées, moi j'ai rien d'mandé, promis.
Ah oui ? Je croyais être le seul roux ici, hâte de rencontrer ce russe ~
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Jeu 1 Oct 2015 - 14:03
MERCI ! Evidemment qu'elle est sex; faut c'qui faut pour rivaliser avec toi sur le terrain. ♥
Ouais mais vous vous multipliez comme des lapins, si ça s'trouve c'était ton cousin. On enquêtera pendant notre premier rp.
D'ici là faut que je continue ma fiche.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Ven 2 Oct 2015 - 13:51
omg ce qu'elle est belle
ton personnage est tellement intéressant, bienvenue par ici
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Ven 2 Oct 2015 - 13:52
Oh merci ça fait plaisir !
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Ven 2 Oct 2015 - 20:57
bienvenue à São Poeira
la vie est finie, mais tu survis.


bon que dire ta fiche ? j'adore ce style mots-mâchés, on se croirait dans une vieille campagne à écouter le vieillard du coin. j'aime beaucoup l'ambiance puis le personnage en question. j'aime les filles qui ont de la gueule et je dois avouer qu'Eden est un monstre de charisme.  
bon je te valide bien évidemment (et pense à mettre une laisse à l'autre roux, il est insupportable)
bienvenue.  intense  

Il y a ce sourire, là, si grand, si laid, sur ses lèvres gercées par les morsures et le sang versé. Il t'observe, là, le torse ouvert, le coeur entre ses mains, maintenant. Plus rien ne t'appartient  ; tu es à lui tout entier, maintenant, qu'importe ce que tu choisis de faire. Ses ongles, si abîmés, s'enfoncent dans ton pauvre coeur et y glisse son venin. La malédiction est lancée ; te voilà captivé.

les liens utiles  

VOS LIENS
POUR LES DIVERSES DEMANDES
REGISTRE DES EMPLOIS
LA VILLE
LES POUVOIRS
LE BOTTIN
LES INTRIGUES & ÉVÉNEMENTS
LES ANNONCES




Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Ven 2 Oct 2015 - 21:55
Merci beaucoup ! Content que ça plaise. :p
Eh ouais, après tout y'a pas qu'les mecs qui sont badass.
T'inquiète le rouquin j'en fait mon affaire.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» a kiss with a fist is better than none. (envy&siska)
» Kiss With A Fist [Elodie !]
» Kiss with a Fist
» Adhara ▬ A kiss with a fist is better than none
» Conversion de Power Fist pour gardes impériaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOUTUE VERMINE :: ET ILS RIENT :: FICHES V1-
Sauter vers: