N'oubliez pas de déclarer votre amour pour satan, en postant sur bazzart Hope
Ils sont beaux, ils sont frais, ils n'attendent que vous.
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil aux PVs Hope
on veut plus de boobs :pff:
- la surpopulation de mâles sur le forum
Pensez à privilégier les hippies, les voleurs et les pirates
afin de préserver les âmes sensibles, le forum est déconseillé aux moins de 17 ans
Si aucune fiche est postée après cinq jours, votre compte sera supprimé.

Je me crois en enfer, donc j'y suis.

 :: ET ILS RIENT :: FICHES V1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 27 Sep 2015 - 22:10
Génésis Ivanov

âme égarée
Héritage Infortuné ♆ Ivanov. Le nom de sa mère, sœur orthodoxe dans un couvent de Russie. Enfant non reconnue par son géniteur, car enfant du pêché. Elle fut extradée par sa mère dans un orphelinat. Le fruit d'un pêché ne peut rester dans un couvent... Evidemment. Appellation aux Origines Contrôlées ♆ Génésis. Seul héritage que sa catin de mère lui laissa, gribouillé sur une vulgaire feuille de journal tâchées de gras. C'était mieux avant ♆ Vingt-six années de débrouille, et de magouilles. Première Bouffée d'air ♆ On suppose qu'elle soit née début février, dans un couvent de Russie. Ou peut-être pas d'ailleurs. Mais ce qui est sûr, c'est que la Russie est son pays.Papa et Maman ♆ Papa, maman sont des bâtards, dont l'un est une religieuse, dont la piété a failli. L'ignorance est sûrement la meilleure solution. Dans mon lit ♆ Ce qui dispose d'une paire de bras qui pourraient venir chatouiller ses mamelons, d'une langue pouvant caresser sa glotte. Rien de plus. Génésis n'a encore pas goûté à ce plaisir charnel si attendu. Degré de solitude ♆ Célibataire. Être seule permet bien plus de folies. Tromper l'ennui ♆ Dealeuse. Idolâtrie ♆ Athée. Aucun Dieu ne laisserait tant de décadence dans ce monde si réellement il existait. Ou alors, Satan lui aurait fait ravaler sa barbiche et l'aurait suspendu au dessus de sa cheminée. Tombé dans le trou à rat ♆ Rapatriée sur commande, gamine parmi des enfants choisis et triés sur le volet, et traînée dans un bateau aux odeurs nauséabondes, sa vie a toujours eu ce côté à vomir. La nouvelle famille ♆ Traînée.


au-delà des dunes
Joli prénom ♆ Émy.   Pseudo pas beau ♆ Patate. Nombre d'hivers endurés ♆ Vingt. Pierre précieuse préférée ♆ L'améthyste.  Compagnie de voyage ♆ Bazzart. Mot doux ♆ A mourir. Degré d'addiction ♆ Un rp par semaine au moins, suivant le taff. Sésame ouvres-toi ♆ VALIDÉ PAR VLAD Tête de cochon ♆ Félicity Jones. TYPE DE PERSONNAGE ♆ Inventé. Remerciements ♆ Avatars par Besty. Bannière Giphy. Mot d'amour en plus ♆  :beat:  
Et de longs corbillards, sans tambours ni musique, Défilent lentement dans mon âme ; l'Espoir, Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique, Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir. ▲ BAUDELAIRE
“Esclaves, ne maudissons pas la vie.”
Enfant à la jeunesse bâclée, Génésis a toujours eu le cran de se débrouiller. Se débarrasser des êtres n'ayant aucune place à Sao Poeira ? Aucun soucis. Elle pourrait en tuer du monde... Mais ce n'est pas ce qu'elle veut. Elle a déjà les mains tâchées de sang, deux morts sur la conscience, et le nez dans le stup'. Des restants de sauvageonne, elle pourrait vous mordre, et elle pourrait causer votre perte. Son père la comparait souvent à une poupée, mais c'est ce poupon de cire qui le laissa pour mort dans cette maison. Prédateur, tu finiras par mourir et te repentir dans ta grotte. L'enfant n'a plus peur. Elle n'a jamais eu peur de t'affronter. Effrontée, déterminée, elle alla jusqu'à passer à l'acte pour se défaire de l'étreinte de cette famille. Morsure venimeuse fut sa réponse à un acte qu'elle réprimait, et qu'elle réprime toujours. Avec force. Et violence. Elle est pourtant douce comme un agneau. Mais dès lors que ses souvenirs refont surface, la folie la submerge. L'alcool l'aide. Un peu. Elle oublie. Mais n'en abuses pas pour autant. Elle a déjà vu les effets néfastes que cela a sur les êtres humains. Ça détruit. Du coup, elle ne boit que lorsque cela ne va vraiment pas. Elle préfère le "contact" pour se soigner. Parler. Ça fait du bien. Parler pour ne rien dire ? Pourquoi pas. Et puis pour oublier, elle vend sa came. Il n'y a rien de mieux à faire ici. Ou peut-être être sur la terrasse de sa cabane sur pilotis. A regarder les reflets du paysage dans l'eau. Ecouter le silence. Et le brouhaha de la ville. Il n'y a certes très peu de transports, mais les genre parlent. Ils amènent ragots. Et Génésis aime beaucoup les ragots. Peut-être que ça lui permet d'être un peu plus humaine. Peut-être.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 27 Sep 2015 - 22:10
titre de l'histoire

l'étrange
Regardes-moi, mon petit. Oui, c'est ça... Dévores-moi du regard, pour ensuite plonger dans cet abysse que sont mes iris. Ne me résistes pas non, il serait bien dommage que mes crocs viennent se planter dans ta peau... Mon pauvre, tu finirais par bouillir de l'intérieur, pour finir simplement par crever comme un chien, à qui on aurait donné de la mort au rat. Je suis aussi fourbe qu'un reptile. Je t'attrape une seule fois, te laissant agoniser, te suivant à la trace en attendant que t'y passes. Tu passeras par beaucoup de symptômes. Au départ, tu ne subiras qu'une simple hémorragie, de surface si je puis dire. J'arrache ta peau. Je la déchires. Si tu as de la chance, ce n'est pas profond, mais si tu n'y fais pas gaffe, j'pourrais t'en chopper un peu plus. Si je le veux bien, durant ce même temps, je t'injecte une dose de venin. Et là, le calvaire commence pour toi. Ta pression artérielle chute, les étourdissements commencent à se faire sentir, et cela peut aller jusqu'à la perte de connaissance. Et puis, neurologiquement parlant, tu commences à te paralyser. Aucun de tes muscles ne passe à travers ce filet mortel. Même ton petit cœur et tes poumons n'osent plus bouger... Quel dommage. J'en pleurerais presque... Aucun remède n'est efficace. Seule la mort peut t'aider...
Rappelles toi, ce don est le fruit du diable en personne... Et on ne rigoles pas avec lui..! Tu veux jouer ? Tu vas perdre.
(c) MORIARTY


São Poeira
(150 mots minimum) Vingt années que la poussière s'accumule sur mes livres de chevet. Vingt années que j'ai atterrit ici, à Sao Poeira, grâce aux promesses d'une famille sois-disant aimante, qui s'est envolée bien vite. MASCARADE ! Une vérité à vomir, qui laissa une gamine de dix ans dans une ville de rats. Un parfait mensonge déguisé en un serment pour une nouvelle vie emplie d'amour et de richesse. La sécurité ? Ce sont les trafiquants qui ont le monopole. D'où mon présent statut d'ailleurs.
Toute cette insécurité se termina par une vie de débauche, et par une balade dans la mine. Un gaz, et bam, j'me retrouves plus proche de Satan qu'on ne puisse le croire. On ne le dira jamais assez, laisser des enfants gambader seuls dans Sao Poeira, n'a jamais été une très bonne idée. Satan a posé sa patte sur ma gueule d'ange. En grandissant, j'ai appris à aimer ma vie, ainsi que cette ville de chiens. Ces bidonvilles auront été, et resteront mon terrain de jeu. Tout comme la mine. Je me sens comme reliée à cette terre, attirée par le fond de cette mine, et dont j'aimerais rester collée comme une mouche dans un pot de miel. Cette ville m'a rapprochée de cet archange déchu, j'en suis ravie, et pas mécontente du voyage. J'aime Sao Poeira.
(c) MORIARTY

Et de longs corbillards, sans tambours ni musique, Défilent lentement dans mon âme ; l'Espoir, Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique, Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir. ▲ BAUDELAIRE
Je suis l'enfant du pêché.


"Tu aurais dû être une enfant modèle. On t'avais choisie pour cela. Tes jolis cheveux bruns, ta peau blanche comme la neige, et tes yeux de glace, c'est cela que l'on a aimé. Tu semblais douce aussi. Et docile. Une petite poupée. Nous sommes venus en Estonie pour avoir ce genre d'enfant. Oui, j'en voulais une de la sortes. Une sur qui je pourrais claquer mes boules sur son petit cul rebondi. Pas une qui se rebelle au moindre geste déplacé. Tu sais, c'était pour ton bien qu'on le faisait ! Dès lors que tu refusais, une fessée, et tu fuguais ! Le nombre de fois qu'on nous ramenait notre gamine en voiture de flic ! Enfin, c'était avant que la vie ne change. Sept ans, et tu te barrais déjà à la moindre occasion, voulant traîner les rues comme une clocharde, fuyant les moindres avances que je te faisais. On avait beau te punir, te frapper, tu ne pleurais pas, tu nous mordais, tout en sortant ce canif qu'une merde t'avait refilé lors de l'un de tes périples. Oui, toi aussi t'es devenue une merde. Une sale petite merde bonne à écraser. Même le cul d'un chien est plus agréable à côtoyer. Si j'avais pu te défoncer ta petite chatte de gamine, j't'assure que ta mère aurais participé, elle t'aurait fait l'arrière. Orgueilleuse, j'aurais voulu te saigner, te laissant baigner dans ton propre sang. Mais rien n'alla en s'arrangeant. Jamais je n'ai réussi à glisser ma main dans ta culotte, j'aurais voulu te faire mouiller, et loger par la suite ma langue entre ces petites lèvres. Jamais je n'aurais pu glisser mon gland dans l'un de tes orifices. Tu aurais goûter au réel plaisir. Tu aurais été à moi.

Un vrai pitbull. J't'aurais bien arraché les dents une par une. T'entendre gueuler, tout en crachant ce nectar de vie bordeaux. S'il avait fallu, je te les aurais pétées à coups de poings. Mais si je me loupais, j'aurais abîmé ton joli visage de poupée. Ma petite fille... J'aime ton visage... Il est beau, gracieux. Tu aurais pu devenir quelqu'un de bien hein..! Si seulement ! Je voulais t'aider à devenir une jolie et jeune femme docile, prête à tout pour un homme, mais tu n'a jamais répondu à mes avances. Tu n'es qu'une idiote ! J'ai vraiment honte de ce que tu es devenue ! Tu es une vraie petite salope ! Tu préfères draguer ces raclures dans la rue, plutôt que de venir coucher avec ton père ! Fille indigne ! J'vais te baiser petite pute ! J'te défoncerais ta petite chatte de gamine, jusqu'à ce que tu saignes, et que tu cries tellement tu auras mal. Tu me supplieras d'arrêter, j'te supplierais de continuer à crier. J'aime t'entendre beugler comme une truie qu'on égorge. Ça me fait encore plus bander. Je sais qu't'aimeras ça au fond de toi et-..."


Des tâches de sang finirent la phrase de ce pauvre homme. Génésis, âgée à peine de quatorze ans, se tient derrière le corps, encore assis sur la chaise, de son père. Un second sourire accompagne celui qui se trouve sur ses lèvres figées. Une plaie béante se trouve au niveau de son cou, un sourire rouge sanguinolent. A chaque battement de son cœur, des jets de sang aspergent la lettre fraîchement écrite sur le papier blanc. Le visage éclaboussé par le liquide encore brûlant, la jeune fille regarde son géniteur adoptif. Quel enculé. Si elle avait pu, elle lui aurait explosé son petit cul avec le pied de la table. Mais elle n'est pas de ce bord là. Sa mère ? Morte un jour auparavant, des suites d'une infection, n'aurait jamais pu revenir d'entre les morts pour la punir. Une simple morsure venant de sa fille alors que sa mère adoptive voulait la frapper, et le destin bascula du côté de Génésis. Leur sort était mérité. La jeune fille partit alors de la maison. Laissant les cadavres dans l'habitation. Ils ne méritaient pas d'être enterrés, ils seraient capables de rejoindre le diable dans sa demeure, et cette compagnie est bien trop grande pour leur seul petit esprit. Qu'ils aillent se faire foutre. Qu'ils errent dans cette putain de baraque.

A partir de ce jour là, Génésis eût comme l'impression de renaître. Elle pouvait vivre sa vie comme bon lui semblait, sans être en cavale. Plus de flics pour la ramener, et plus de parents, qui auraient pu la ramener pour tenter de lui faire son p'tit cul de Russe. Vivre de la débrouille, tomber dans le stup', et se faire du fric. Dire merde à la vie, c'est ce qu'elle attendait. Quinze ans, déjà du sang sur les mains, deux morts sur la conscience, les poches pleines de coke et Satan en elle. Une vraie vie. Une vie de débauche.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Bélial Chateminoy
SATAN M'HABITE
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 326
♆ PSEUDO : AMIANTE.
♆ AVATAR : DIEU DEPP.
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE MAUVAIS
♆ PERDITION : LES ANNÉES S'AJOUTENT ET DISPARAISSENT. LE TEMPS NE FAIT PLUS EFFET SUR SES TRAITS. TANTÔT ENFANT AUX MAINS BALADEUSES, ADULTE AUX SOURIRES CRASSES ET VIEILLARD AUX MOTS AIGRIS.
♆ ÉGARÉ : DANS L'ANTRE DE SATAN.
♆ ENNUI TROMPÉ : GOUROU SATANISTE. CHIEUR, FARCEUR, EN MISSION POUR LUCIFER POUR FAIRE DE VOTRE VIE, UN ENFER.

(#) Dim 27 Sep 2015 - 22:13
(oh du rimbaud perv)
l'enfer c'est très bien d'abord il fait chaud, les gens sont nus toussa gnah
bienvenue parmi nous pedo les russes c'est le bien What a Face

♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 27 Sep 2015 - 22:14
Bienvenue perv
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 27 Sep 2015 - 23:47
le titre perv (puis le pseudo perv )
bienvenue par ici
par contre avant que tu ne rédiges trop ta fiche, il va falloir changer le don de Génésis Hope il y a déjà deux personnages (Alien et Ryan) qui ont une malédiction très similaire, et bon, on veut pas tripler alors qu'il y a surement plein d'autres possibilités toutes aussi originales
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Lun 28 Sep 2015 - 19:15
Merci tous les trois *-*

Je plussoies totalement Bélial, c'est pour cela que je m'y imagines !  niark

Cosme > Ha merde... J'ai pourtant fouiné dans le bottin, j'ai pas fait gaffe... Je crois qu'hier, même une patate au milieu de ma figure, je l'aurais pas vue...
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mer 7 Oct 2015 - 13:56

bienvenue à São Poeira
la vie est finie, mais tu survis.


pardon pour le retard, ma jolie.
voilà une jolie demoiselle à qui il ne fait pas bon se frotter. elle ressemble un peu à ces roses, si belles mais pleines d'épines. (j'arrête là mes allusions poétiques.)
te voici validée, et j'ai hâte de voir évoluer ta douce vipère parmi nous. fais attention à te relire, tu laisses parfois traîner quelques petites fautes.


Il y a ce sourire, là, si grand, si laid, sur ses lèvres gercées par les morsures et le sang versé. Il t'observe, là, le torse ouvert, le coeur entre ses mains, maintenant. Plus rien ne t'appartient ; tu es à lui tout entier, maintenant, qu'importe ce que tu choisis de faire. Ses ongles, si abîmés, s'enfoncent dans ton pauvre coeur et y glisse son venin. La malédiction est lancée ; te voilà captivé.

les liens utiles

VOS LIENS
POUR LES DIVERSES DEMANDES
REGISTRE DES EMPLOIS
LA VILLE
LES POUVOIRS
LE BOTTIN
LES INTRIGUES & ÉVÉNEMENTS
LES ANNONCES




Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Tome 3 : Je suis l'enfer; Episode 4 : Un confortable mensonge (Gabriel)
» (✩/N.) tu me crois la marée, et je suis le déluge.
» Je ne suis pas fantastique mais je crois que je m'en rapproche
» PHEONIX ☼ Je suis à l'entour de toi peut importe ce que tu crois ☼ terminer
» Tome 3 : Je suis l'enfer ; Episode 1 : Sans elle (Gabriel)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOUTUE VERMINE :: ET ILS RIENT :: FICHES V1-
Sauter vers: