N'oubliez pas de déclarer votre amour pour satan, en postant sur bazzart Hope
Ils sont beaux, ils sont frais, ils n'attendent que vous.
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil aux PVs Hope
on veut plus de boobs :pff:
- la surpopulation de mâles sur le forum
Pensez à privilégier les hippies, les voleurs et les pirates
afin de préserver les âmes sensibles, le forum est déconseillé aux moins de 17 ans
Si aucune fiche est postée après cinq jours, votre compte sera supprimé.

hannah | try again, fail again. fail better.

 :: ET ILS RIENT :: FICHES V1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Oct 2014 - 21:38
Hannah Rosenthal

âme égarée
Héritage Infortuné ♆ Rosenthal. La vallée des roses, la vallée aux épines empoisonnées. Patronyme au parfum sucré qui dissimule les cicatrices d'une existence troublée. Appellation aux Origines Contrôlées ♆ Hannah. Juste Hannah. Ou poupée. Ou encore bébé ou princesse. Salope pour les initiés et la folle pour tous les autres. C'était mieux avant ♆ 24 ans. Première Bouffée d'air ♆ Berlin. Allemagne. Dans un penthouse qui pue le luxe et la décadence. Accouchement maison pour répondre aux exigences de madame, parce que c'est plus naturel, parce que la bourgeoisie peut se permettre de ramener tout le personnel de l'hôpital si elle le veut et parce que les chambres aseptisées, c'est pas pour eux. Papa et Maman ♆ Deux bons allemands de souche, deux âmes sœurs, deux opportunistes qui se sont trouvés dans un univers de requins à l'ego exacerbé. Entrepreneur pourri à la morale douteuse, expert arnaqueur, il est tombé sous le charme de la fille de bonne famille, la bonne ménagère bourgeoise qui dirige ses employés de maison d'une main de maître et prête à soutenir son cher époux dans toutes ses combines, surtout lorsqu'elles rapportent beaucoup d'argent. Dans mon lit ♆ Tout ce qui passe, tout ce qui donne du plaisir. Chair contre chair, corps en sueur exaltés. Qu'importe la forme de ses parties génitales ? Tant que le résultat est bon. Degré de solitude ♆ Seule. Incapable de s'accrocher à une autre âme comme elle le rêvait plus jeune, elle se contente de profiter de passer d'un lit à un autre. Ca chasse les angoisses. Tromper l'ennui ♆ Elle avait l'habitude de danser pour les beaux yeux de la vermine de São Poeira. Elle exhibait ses formes, enjôlait les hommes autant que les femmes qui raffolent de ce genre de spectacle. Mais maintenant, sous les ordres de Primo, elle vend de la liberté, de l'évasion à tous ces paumés qui ne peuvent plus supporter l'existence. La came qu'elle vend le plus, c'est elle ; il lui arrive d'offrir ses services au plus offrant. Non, pas du sexe, juste un soulagement de l'esprit. Elle use de sa malédiction pour apaiser les maux, se remplissant les poches au passage. Elle a fini par trouver sa place dans cette fosse commune qui les réunit, tous autant qu'ils sont. Tombé dans le trou à rat ♆ Ca fait bien six années qu'elle erre dans ce purgatoire où les âmes les plus noires cohabitent et se dévorent au moindre prétexte. La nouvelle famille ♆ Errant.


au-delà des dunes
Joli prénom ♆ Mélanie.   Pseudo pas beau ♆ Tsouri. Mélie. Nombre d'hivers endurés ♆ 24 ans. Pierre précieuse préférée ♆ Écrire ici.  Compagnie de voyage ♆ Bazzart. Mot doux ♆ Contexte bien pensé, bien travaillé. Je suis sous le charme. Degré d'addiction ♆ 5/7 pour les passages, 2/7 pour l'écriture. Je suis en études, donc je pourrai plutôt écrire le week-end. Sésame ouvres-toi ♆ OK PAR JOAO Tête de cochon ♆ Juno Temple Remerciements ♆ bannière de wankertown sur tumblr, avatars de EDEN MEMORIES Mot d'amour en plus ♆  What a Face  
Mon cerveau est une maison de campagne pour démons. Ils y viennent souvent et de plus en plus nombreux. Ils se font des apéros à la liqueur de mes angoisses. Ils se servent de mon stress car ils savent que j'en ai besoin pour avancer. ▲ MATHIAS MALZIEU
broken
Give them pleasure. The same pleasure they have when they wake up from a nightmare.

Petit oiseau blessé incapable de s'envoler, réduit à sautiller d'un endroit à l'autre pour survivre. Hannah, c'est un petit bout de femme fragile, à peine haute d'un petit mètre cinquante-huit, à la tignasse de lionne et aux yeux clairs. Son petit accent germanique séduit, autant que les courbes qu'elle exhibe sans gêne et ses manières directes. Arrivée la tête haute, elle a pourtant appris à fermer sa gueule. D'assoiffée d'attention, elle s'est transformée en solitaire, avide de la moindre seconde d'isolement qui lui permettra d'éteindre un instant les voix et les visions de terreur. Son esprit se désintègre lentement, la folie prend le pas sur la raison, les faux semblants s'effritent et elle se complaît dans les plaisirs de la chair car il n'y a que cette sensation qui dépasse l'angoisse permanente qui habite chaque parcelle de son corps. Son âme tourmentée ne connaît plus de répit, nourrie par la peine alentour qui se répand comme un gaz empoisonné. Un instant, elle est douceur et séduction, l'instant d'après, elle n'est que hargne et paranoïa. Tout n'est plus que ténèbres, elles bouffent toute la ville en commençant par son être. Optimisme et espoir sont presque totalement envolés ; plus de tentatives d'évasion, plus de coups d’œil vers l'extérieur, s'attendant à voir des visages connus la rejoindre. Elle a abandonné l'idée qu'elle manque à quelqu'un et ses souvenirs s'estompent, se métamorphosent, absorbés dans les cauchemars. Pourtant, elle continue à maintenir la tête hors de l'eau, elle sort les griffes pour garder la place qu'elle s'est faite dans cet enfer ; elle tient tête à ceux qui croisent sa route, sans contraintes, sans discrimination. Elle insulte les cons comme les candides, les jeunes autant que les vieux, les gros balèzes et les silhouettes frêles. Il n'y a pas de distinction. Face à la peur, ils sont tous pareils, ils font tous dans leur froc, même s'ils l'avouent pas. Et parfois, elle les soulage, elle absorbe ce qui constitue leur être profond, et le processus est à sens unique. Jamais elle ne parvient à déverser son malheur dans une bonne âme, elle rejette toute approche, dégueule sur les sentiments qui menacent d'amplifier la folie qui la ronge. Et elle se retire, aussi loin que possible, seule avec les démons qui murmurent à son oreille, qui lui tiennent compagnie.

Hannah, elle se nourrit de l'horreur du monde. Et l'horreur du monde la bouffe en retour.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Oct 2014 - 21:38

l'étrange
Le cœur se met à palpiter, le sang ne fait qu'un tour. Sur tout l'épiderme, les poils se dressent. L'ouïe semble s'affiner, le regard s'affole, les pupilles se dilatent et les jambes restent complètement paralysées. La gorge se noue au point qu'aucun crie ne parvient plus à s'échapper des lèvres exsangues. La peur parcourt chacune des veines, glace tout le corps jusqu'à rendre fou. Et ça, c'est le lot quotidien de la gamine, incapable de contrôler la malédiction qui l'a frappée. Elle capte toutes les peurs, toutes les angoisses, jusqu'à la plus infime terreur nocturne. Elle les ressent au fond de ses tripes, goûte leur amertume. Et plus il y a de gens autour d'elle, plus il est difficile de démêler le vrai du faux, le réel de la paranoïa. Il lui suffit d'embrasser une personne pour absorber totalement sa peur, la soulager de ses maux, pour quelques heures ou quelques jours - service qu'elle fait payer à prix fort pour la simple raison que ce n'est pas sans conséquences pour elle. Chaque nuit, elle est envahie de cauchemars, les siens, ceux des autres. Même éveillée, elle voit des choses, entend des voix ; on la prend parfois pour une folle. Alors elle s'isole, rejette ceux qui la collent de trop près et fait son possible pour occuper son esprit et son corps pour ne pas avoir à affronter les démons qui la poursuivent au quotidien.
(c) EDEN MEMORIES


São Poeira
C'était censé être une petite escapade, un road trip comme dans les films, les cheveux aux vents et du rock à fond et des ados qui font du karaoké, qui s'arrêtent dans des motels miteux et qui se bourrent la gueule dans les bars du coin. C'était censé être un voyage enrichissant, de ceux où l'on fait des rencontres inattendues, où l'on s'amuse à parler une langue qu'on ne connaît pas, où on teste des mets locaux quitte à devoir rester au lit le lendemain et où on baise avec des inconnus dans des chiottes publiques alors que la fête bat son plein. Et puis il y a eu ce détour, un contretemps, une mauvaise indication et une panne d'essence, précédant une marche interminable jusqu'à un patelin paumé aux relents de pourriture, dont la poussière vous vole dans les yeux, envahit les vêtements et assèche la bouche. De la surprise, ils sont passés à la découverte, puis à la frustration, à la colère et enfin au désespoir. Après six ans, Hannah hait ce village comme on peut haïr son nez ou ses pieds ; on les changerait bien, mais ils font partie de nous. L'endroit s'est fait une place en elle, s'est creusé son trou et l'a envahi de mauvaises herbes. Elle rêve encore de grandes villes, de civilisation, de gratte-ciel et de foules amassées. Elle rêve encore de son Berlin natal, mais ces rêves se font de plus en plus rare, aussi vagues qu'un souvenir d'enfance, flou et lointain, qui disparaît au réveil et qui ne laisse qu'un goût amer de nostalgie. Désormais, c'est presque comme si elle avait vécu toute sa vie ici ; elle s'est imprégnée de l'endroit, le connaît pour ainsi dire par cœur à force de l'avoir parcouru de long en large pour y trouver une porte de sortie. Sauf que maintenant, quand elle déambule dans les rues, c'est sans but ni espoir. C'est sa vie, elle s'y est résignée.
(c) EDEN MEMORIES

Je suis comme un enfant qui essaie de soulever le voile. j'ai les ongles tout dégueulasses à force de gratter le réel. ▲ Henri Loevenbruck
hello darkness my old friend

Elle mort la poussière, l'âme en peine. Elle laisse derrière elle une fine trace qui s'efface avec le temps. Et elle disparaît, à tout jamais sans que personne ne se souvienne qu'elle ait jamais existé.

Ca gratte dans les murs, ça s'agite, ça bruisse. Il y a quelque chose qui vit là-dedans, c'est certain ; des rats, des fantômes, des monstres sans visage et sans nom. Les voilà qui murmurent dans une langue inconnue, le sifflement langoureux se fait menaçant puis doucereux. Ils rient, les monstres. Ils rient parce qu'il fait nuit noire et que c'est leur terrain de jeu préféré. Ils ont pris possession des lieux et ils s'approchent encore de la frêle silhouette recroquevillée sur le lit. Celle-ci remue légèrement, elle frissonne, garde les yeux désespérément fermés pour ne pas avoir à vérifier si ces bruits sont réels ou le fruit de son imagination. Elle ferme ses paupières si fort que des lumières dansent devant ses yeux, halos brillants, réminiscence de l'éclat radieux d'une bâtisse qu'elle parcourait autrefois et qu'elle appelait...

...son chez soi. Enfin chez soi. Un appartement luxueux aux meubles vernis, au parquet luisant et à l'odeur fleurie du parfum des produits ménagers. En se concentrant un peu, elle met en pause le craquement du plancher et entend nettement le son pimpant d'une musique pop qui passe à la radio. Sa sœur est dans l'immense living room, elle se trémousse en rythme en riant à une plaisanterie qu'une de ses amies vient de faire. Hannah se concentre un peu plus et décèle son rire, les quelques paroles qui suivent et les intonations qui modulent le ton clair de la fille de riche qui veut le montrer. Pourtant, elle l'aime sa grande soeur, même si elle est imbuvable. Même si c'est elle qu'on préfère. Même si elle la materne et se moque d'elle. Elle n'oublie pas qu'elle lui a fait ses nattes plus d'une fois, qu'elle lui a montré comment appliquer de l'eye liner sans en mettre partout, qu'elle lui a donné des conseils sur les garçons et sur la hiérarchie de la cour de récréation et de celle du lycée. Hannah décide de sortir prendre l'air, voir ses amis les plus fidèles. Elle est à peine sortie que déjà résonne...

...un craquement plus fort juste au pied du lit. Elle sursaute, serre les drape contre elle et ferme les yeux un peu plus fort, comme si elle souhaitait les sceller à tout jamais avec de la colle. Son cœur manque le coche et reprend tant bien que mal sa petite danse effrénée. Elle veut revoir les détails, elle veut retrouver ses souvenirs. Ne surtout pas les laisser s'échapper. Ignoré, le voile léger qui lui caresse la joue, ignoré, le murmure qui vibre à son oreille. Elle bloque les sensations, elle se replonge dans un autre monde. Son monde. Celui qu'elle a toujours...

... contrôlé. Tout est toujours contrôlé autour d'elle. Deuxième enfant d'une fratrie de trois, elle est un peu l'oubliée ; elle n'a pas eu la chance d'être la première fille à naître, l'exploit avait déjà été accompli avant elle. Et après, c'était le tour de son petit frère, le mâle dominant, le digne héritier de leur immense fortune. Hannah, elle, c'est l'exception, le vilain petit canard, celle qui n'est jamais assez bien. Alors elle contrôle, elle jauge, elle anticipe et elle enrage les géniteurs. Elle décèle vos faiblesses en un rien de temps, comprend ce qui vous fout la trouille pour le faire jouer contre vous, manie le chantage et la manipulation comme une seconde nature. C'est la coqueluche du lycée, même des professeurs. Ses notes sont dans la moyenne, mais sa vivacité et son franc parler plaît, au moins sur le devant de la scène. Dans les coulisses, c'est autre chose. Elle boit, elle fume – plus que des cigarettes de toute évidence –, elle...

...gémit faiblement. Les voix insistent, dessinent des visions d'horreur à l'arrière de ses paupières pour qu'elles lui soient bien visibles. Cadavres déchiquetés, insectes grouillants, le vide infini et enfin le néant. Elle secoue la tête dans tous les sens, leur demande de la laisser tranquille, elle veut rêver pour une fois. Juste un rêve. Elle n'en a plus fait depuis si longtemps. Elle veut voir danser les lumières, elle veut sentir la chaleur qui...

...gronde. Il fallait s'y attendre, l'orage a fini par éclater. Une énième arrestations plus tard, un avortement pour couronner le tout, et ils veulent l'envoyer en pensionnat pour jeunes filles quelque part en Italie. Elle ne peut pas l'accepter. Non, il n'y a pas moyen. Elle contacte ses deux meilleurs amis, elle réserve les billets d'avion avec la carte qu'ils ont oublié de lui confisquer et elle se tire sur le nouveau continent. Les Etats-Unis, ils n'y restent que quelques semaines. L'un d'eux a l'idée d'aller voir Rio et son carnaval, le Brésil et son climat tropical, sa langue chantante et ses mœurs légères. Ils louent une voiture et se tirent, direction...

...le sol. Elle est tombée comme une pierre, terrorisée, certaine que le lit a pris feu. Elle a beau cligner des yeux, les draps semblent avoir pris une couleur écarlate et brûlante. Avec des gestes frénétiques, elle se traîne jusque dans un coin de la pièce où elle se recroqueville, les genoux contre la poitrine, la tête dans les mains, à deux doigts de s'arracher les cheveux. Laissez-moi tranquille, foutez-moi la paix, paraît-elle dire. Ses lèvres remuent à peine alors qu'elle réitère sa litanie, encore et encore. Les flammes se rapprochent, elles embrasent la pièce, la prennent au piège. La fumée est...

...suffocante. Jamais elle n'a connu une pareille chaleur. Elle préfère largement le climat tempéré de son Allemagne natale. En plus, ça fait des heures qu'ils tournent en rond au milieu de dunes de sable, ils n'ont presque plus d'eau et il n'y a pas âme qui vive à des kilomètres à la ronde. La fatigue, la soif et la chaleur les prend à la gorge, ils se montent les uns contre les autres, hurlent, pleurent, se rabibochent et reprennent de plus belle. C'est à la tombée de la nuit qu'ils aperçoivent les lumières faussement salvatrices, des farfadets qui les guident vers une mort certaine, rapide pour les uns, lente et douloureuse pour d'autres. Ils se font accueillir dans le village, se voient offrir un peu d'eau, un abri, avant de se faire dépouiller de leurs maigres biens. Hannah se réveille péniblement aux côtés de sa meilleure amie qui gît sur le sol ; elle n'a pas passé la première nuit. Ils ne sont plus que deux, mais bientôt, lui aussi l'abandonne ; le gaz a fini par avoir raison de lui. Il n'a pas supporté le don généreux du diable et il a crevé, la laissant seule avec sa terrible malédiction. Tout d'abord utile, elle est devenue étouffante. Et bientôt, elle ne pouvait déjà plus...

...respirer. Alors elle crie, elle hurle de toute la force de ses poumons. Et quand elle rouvre les yeux, les flammes se sont volatilisées. Il n'y a plus que la nuit et le silence pour lui tenir compagnie. Un rire lui monte à la gorge, agite son corps de maigres secousses, et c'est un véritable éclat hystérique qui s'échappe de ses lèvres.

Ce n'était rien. Rien qu'une nuit de plus en enfer.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Oct 2014 - 21:43
bienvenue dans les environs Hope j'ai regardé un film avec juno dernièrement, elle est tellement jolie
par contre, il ne reste qu'une place chez les putes et une autre personne tente. on essaie un peu d'encourager les gens à faire différents pour ne pas qu'avoir que des putes. sinon bah, personne aura de clients et aussi, il y a les emplois normaux Hope dans tous les cas je peux te proposer serveuse, danseuse, charlatant, escorte, dealer exécutant pour primo, tout dépendant ce que tu souhaites pour ton personnage on essaie juste d'être un peu logique Laughing
je valide ton code, par ailleurs
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Oct 2014 - 21:46
Merci beaucoup Joao, c'est vrai que Juno est sublime Je prends note pour le métier, je vais y réfléchir alors
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 12 Oct 2014 - 22:34
parfait n'hésites surtout pas si tu as besoin d'aides !
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Lun 13 Oct 2014 - 21:07
Bienvenue
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Lun 13 Oct 2014 - 23:47

ma Nasty d'amour.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mar 14 Oct 2014 - 0:29
Merci Marbàn
Olala, Appo, toi ici Et avec Mads en plus
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mar 14 Oct 2014 - 0:46
Ça me fait affreusement plaisir de te retrouver ici
et avec Juno en plus
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mar 14 Oct 2014 - 11:01
Et moi donc Je viendrai t'embêter pour un lien après ma validation ♥️
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mar 14 Oct 2014 - 20:36
Han qu'elle est belle cette fille là ♥ Bienvenue à toi en tout cas ! Et réserve moi un lien surtout !
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mer 15 Oct 2014 - 19:24
Juno c'est un peu une déesse.
mondieu le pouvoir doit être tellement horrible, parfois.
bienvenue
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mer 15 Oct 2014 - 21:30
Merci beaucoup messieurs Hope perv
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Jeu 16 Oct 2014 - 16:54
bienvenue à São Poeira
la vie est finie, mais tu survis.


elle me plait bien, ta petite. j'adore la manière dont t'as rédigé l'histoire. au début j'avais un peu la flemme de tout lire et pourtant, ça s'est fait d'un seul coup et je regrette pas. c'est vraiment bien écrit et les séparations sont superbement bien faites. j'ai hâte de voir la petite à l'oeuvre

Il y a ce sourire, là, si grand, si laid, sur ses lèvres gercées par les morsures et le sang versé. Il t'observe, là, le torse ouvert, le coeur entre ses mains, maintenant. Plus rien ne t'appartient ; tu es à lui tout entier, maintenant, qu'importe ce que tu choisis de faire. Ses ongles, si abîmés, s'enfoncent dans ton pauvre coeur et y glisse son venin. La malédiction est lancée ; te voilà captivé.

les liens utiles

VOS LIENS
POUR LES DIVERSES DEMANDES
REGISTRE DES EMPLOIS
LA VILLE
LES POUVOIRS
LE BOTTIN
LES INTRIGUES & ÉVÉNEMENTS
LES ANNONCES




Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Ligue Retro : FAIL .... Ligue CHL ??
» We have the power of fail ♫ Feat Naoko ♥ ~
» You fail ... Try again ! ~ ftSiam
» "failed connect to server login"
» Rick DiPietro G UFA 30 4500000 0 B B B B B B B- B- B- B- C B- B B B-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOUTUE VERMINE :: ET ILS RIENT :: FICHES V1-
Sauter vers: