N'oubliez pas de déclarer votre amour pour satan, en postant sur bazzart Hope
Ils sont beaux, ils sont frais, ils n'attendent que vous.
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil aux PVs Hope
on veut plus de boobs :pff:
- la surpopulation de mâles sur le forum
Pensez à privilégier les hippies, les voleurs et les pirates
afin de préserver les âmes sensibles, le forum est déconseillé aux moins de 17 ans
Si aucune fiche est postée après cinq jours, votre compte sera supprimé.

Chaque histoire n’a qu’une fin, on finit tous par tomber. | andréa.

 :: ET ILS RIENT :: FICHES V1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 8 Juin 2014 - 13:49
andréa woodstock

âme égarée
Héritage Infortuné ♆ Woodstock. comme le festival, elle ne sait pas si ça lui colle, tout ce qu'elle voit, c'est que ça porte le nom de son père, qu'elle porte le nom de son père. et c'est tout ce qu'elle apprécie, qu'elle aime, parce que dans le fond, ça fait toute la différence.  Appellation aux Origines Contrôlées ♆ Andréa, Andy. Elle s'en fiche de comment on l'appelle, on la surnomme, mais tout le monde l'appelle Andy, sans savoir si elle est un garçon manqué ou une petite princesse, mais d'Andréa ou d'Andy, elle préfère Candie, ça ne colle pas avec la base, mais son père l'a toujours appelé comme ça . C'était mieux avant ♆ 22 ans. Un an de plus, elle est majeure partout, c'est rassurant, enfin, un peu, elle sait qu'elle adulte, pour de bon, partout, et ça lui fait un peu peur. Juste un peu. Première Bouffée d'air ♆ 21 décembre, en 1992, à Prague. Ville qu'elle chérit assez pour vouloir y retourner.  Papa et Maman ♆ Tchèque & Anglaise, pas de quoi faire dans l'original.  Dans mon lit ♆  Le corps des femmes et des hommes, elle s'en contre fiche. Elle y trouve une satisfaction dans les deux, elle ne pourra jamais choisir si de l'homme ou la femme, elle préfère le corps. Le coeur, elle s'enf fiche, faudrait déjà qu'elle trouve le sien.   Degré de solitude ♆ libre. Rien de bien méchant, elle a perdu son coeur dans le désert ou dans le pole nord, qui sait ?  Tromper l'ennui ♆ Chasseuse de  prime. Tout est dedans. Tombé dans le trou à rat ♆ Quelques mois, quelques semaines, qui sait ? La nouvelle famille ♆ crapule

au-delà des dunes
Joli prénom ♆ xx.   Pseudo pas beau ♆szokemind Nombre d'hivers endurés ♆ 20. Pierre précieuse préférée ♆ Mmmh, celles qu'on trouve dans les bagues pas chers   .  Compagnie de voyage ♆ darko    ( même si ça m'fait penser à donny darko, le film trop zarbe mais trop cool    - Mot doux ♆ qui te dis que tu as droit à des mots doux   J'aimeeee    Degré d'addiction ♆ (fréquence de connexion) 4/7 Sésame ouvres-toi ♆ (code du règlement) Enfermons-nous mélancoliques AW. Tête de cochon ♆ sonja medovaja . Remerciements ♆ (crédits des images) bannière de ademain sur tumblr, avatars de MORIARTY Mot d'amour en plus ♆    
Tout homme digne de ce nom A dans le coeur un Serpent jaune, Installé comme sur un trône, Qui, s'il dit : " Je veux ! " répond : " Non ! " Plonge tes yeux dans les yeux fixes. Des Satyresses ou des Nixes, La Dent dit : " Pense à ton devoir ! " Fais des enfants, plante des arbres, Polis des vers, sculpte des marbres, La Dent dit : " Vivras-tu ce soir ? " Quoi qu'il ébauche ou qu'il espère, L'homme ne vit pas un moment sans subir l'avertissement de l'insupportable Vipère. ▲ BAUDELAIRE
et ta débauche ne leurre qu'un instant ton désespoir caché
Andy, c'est un peu une ombre quand elle le veut, elle regarde, elle observe, elle attend, tapi dans un coin, elle sait quand se montrer, elle sait quand c'est le bon moment, parce qu'Andy, elle sait où est sa place. Parce qu'elle l'a toujours su, elle est clairvoyante, Andy, elle sait quand on ne l'aime pas, qu'on veut la voir six pieds sous terre, dans le fond, elle est lucide la rouquine, elle n rêve pas. Elle n'a pas le temps, il parait, elle ne prend pas le temps, elle le trouve dans les livres, les personnages qu'elle aime, elle y trouve une satisfaction, elle y trouve un peu de ce qu'elle n'a jamais eu, dans les livres, elle a le coeur qui bat, les papillons dans le ventre, jusqu'à ce qu'elle referme le livre, parce qu'elle n'aime pas ça, l'amour. C'est un petit mot pour toute la merde qu'il entraine, ça enchaîne, ça détruit, ça réduit tout ce qu'on a commencé, elle n'est jamais tombée amoureuse, jamais assez fort, ou peut-être de la personne qui ne faut pas ? Elle ne se pose plus la question, elle a le coeur enterré, comme ses souvenirs, elle ne veut pas se rappeler, parce que cette ville pourrait lui prendre tout ce qu'il reste de bonheur, ou d'espoir, elle sait qu'ailleurs, il y a quelqu'un pour elle, du même sang. Elle sait qu'au-delà des barrières, il y a les mêmes yeux qu'elles qui la regardent et attend son retour. Retour qu'elle ne pourra pas faire. Elle suit sa route, Andy, elle se dit que ça doit être le destin, c'est un peu de sa faute à lui, ou alors non, elle sait qu'elle ne pourra rien changé, et accepte la fatalité, alors, parfois, elle aime mangé des choses farfelues, des choses un peu étranges, mais elle aime surtout, c'est les sucettes, elle aime avoir une de ses friandises dans la bouche, et c'est encore mieux quand c'est à la pomme, ce n'est pas comme ses cigarettes, qu'elle préfère à la menthe, et laisser derrière une odeur qui est bien à elle, parce qu'elle aime ça, Andy, laisser une trace d'elle au milieu de la foule, l'impression qu'elle existe vraiment, que rien ne soit une illusion, qu'elle ne sait pas perdue dans un livre, cette idée de marquer en bien ou en mal, son passage dans la vie des autres. Autres qu'elle ne comprend pas toujours, elle se demande pourquoi les gens sont comme ça, pourquoi ils font des conneries ou juste qu'ils ne se rendent pas compte de leurs gestes, mais elle n'est pas une petite sainte, Andy, elle aime le danger, cette sensation qu'il procure. Provoquer le démon jusqu'à ce qu'il perde ses moyens, regarder un pasteur en lui disant que dieu n'existe pas, et attendre la sentence divine, elle est ainsi, Andy, à chercher chez les autres leurs folies à eux, parce qu'on est tous des malades mentaux, n'est-ce pas ? Les livres, la télé ou même notre propre reflet nous rendent barge. C'est comme ça qu'elle explique le goût qu'elle a quand elle traque, et aussi quand elle sent la présence masculine dans ses bras, ou la tête féminine entre ses cuisses, elle reste dans la démesure, quand il ne s'agit pas de travailler. Elle est blanc ou noir, elle aime quelqu'un ou elle ne l'aime pas, elle juge les autres pour leurs actes, et si ça ne tenait qu'à elle, elle se prendrait pour une justicière, même si elle sait que toutes ses années à être ce qu'elle, ses valeurs morales ne sont pas égales aux autres. Parce qu'Andy, elle aime la noirceur, elle aime se perdre dans les bras de celles-ci, parce qu'elle n'est rien, quand on regarde bien, elle n'est rien qu'un reflet dans un miroir, mais elle sait que ce n'est qu'une coquille vide.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 8 Juin 2014 - 13:49
BAUDELAIRE EST MORT, DANS TES BRAS, UNE PUTAIN.

l'étrange
Andy attache ses cheveux, au creux du fauteuil de la chambre qu'elle squatte, elle s'en roule dans une couverture, elle attrape un livre, silencieuse, et les mots défilent dans sa tête, sous ses yeux, elle a choisi un livre de son enfance, François le bossu, de la comtesse de Ségur, elle entend comme si elle y était, les bruits, les rires des enfants, elle sourit un peu rêveuse, un peu enfantine, elle ne se lasse pas ce livre, elle en aime chaque mot, et surtout chaque phrase, elle sait ce qu'il va se passer à quel moment, elle le lit depuis petite, ça n'a rien d'étonnant, pas comme lorsqu'elle voit les enfants reproduire ce qu'elle venait de lire, elle les touche du bout des doigts, ils sont réels, ce n'est pas un mirage, ce n'est pas un effet de la folie, elle pousse un cri qui ne semble pas les perturber, mais elle se tend un petit trop, au point que le livre tombe en se refermant, et les enfants disparaissent comme ils sont venus, elle sursaute, elle ne sait pas si c'était vrai, ou non, alors, elle recommence, un peu, elle recommence et elle se rend compte qu'ils sont encore là, que l'histoire qu'elle se conte est réelle, assez pour qu'elle ouvre un livre tout les soirs, et s'endort sur celui pour ne pas avoir l'impression d'être seule, car dans cette prison qui n'a pas de barreau, la rouquine n'a pas encore trouver comment combler le vide, là-bas, il y avait au moins son frère, là-bas, elle avait quelqu'un à qui s'accrocher, la nuit, mais ici, elle se retrouve seule face à elle-même, assez pour qu'elle ouvre ses livres, assez pour qu'elle y passe la nuit à lire, sans relâche, et ne s'endormir qu'au petit matin, ou le soleil donne dans la pièce, parce que la petite sait que la nuit rend plus charmant ce qu'elle arrive que le jour. Le jour à le goût amer de la réalité et des autres, on la prendrait pour une folle, elle se tait, et se contente de lire la nuit, sans rien dire aux autres que ses compagnons ne sont que des personnages qu'elle ne verra jamais ailleurs que dans ses livres.
(c) MORIARTY


São Poeira
são poeira, elle n'aime pas cette ville, enfin, elle n'y a jamais pris le temps de l'aimer non plus. Se retrouver prisonnière dans cet endroit alors qu'elle n'allait que pour un contrat la met assez hors d'elle pour ne pas y prêter une quelque conque attention. La rouquine n'aime pas la chaleur, ce n'est pas pour rien qu'elle adore l'hiver ou qu'elle est née la veille du solstice d'hiver. Elle veut fuir, et si elle a essayé, elle a vite compris qu'elle n'y arrivera pas. Elle a vite compris que cette prison sans cage sera son tombeau, sans qu'elle sache pourquoi. São Poeira, elle a l'impression d'y laisser son âme, elle a l'impression d'y laisser bien plus que ça, mais elle ne sait pas pourquoi, elle n'aime pas cette ville, ces chaînes, et la légèreté qu'elle a l'impression de perdre au plus elle reste ici, mais la ville à ses chaînes, et elle ne peut les voir, ces chaînes qui lient les personnes entre elle, en plus à la ville, sans même qu'ils savent, elle ne le sait même pas. São Poeira, elle n'aime pas cette ville, elle n'arrive pas non plus à prononcer dans son nom, elle ne sait pas pourquoi, elle se croirait dans un roman de stephen king au fil du temps qu'elle reste ici.
(c) MORIARTY

Car ils étaient unis par un fil.. qui ne pouvait exister qu'entre deux individus de leur espèce, deux individus qui avaient reconnu leur solitude dans celle de l'autre.. ▲ la soltude des nombres premiers
ici pas de titre
« Ecoute bien, p'tit coeur, on est plus que deux maintenant, on est toi et moi, alors, on va prendre des vêtements, on va tout mettre dans un sac, et on être à deux, tout les deux, toi et moi, n'est-ce pas Andy. Juste tout les deux. Ca devrait aller, tout les deux. Andy, je t'aime, hein. On va s'en sortir à deux. » Le jeune prend sa soeur dans ses bras, elle est petite, elle n'a que sept ans, elle ne se rend pas compte, pas toute suite, elle comprendre plus tard, et puis, elle pleure à chaude à larmes, elle répète de ne pas partir, elle répète de rester, elle a besoin de lui, il le sait, mais lui, il doit s'occuper d'autre chose, alors, il la monte dans sa chambre, et la berce, il chante la chanson de maman, en lui caressant le visage, il lui dit que tout ira bien, qu'ils iront bien. « On ne sera pas séparer, Andréa, je te le promets, on ne sera pas loin de l'autre, alors, tu vas dormir, et demain, on va s'arranger, je te le promets, on va s'arranger. » Un sourire franc, un baiser sur le front, et il descend en regardant le corps de ses parents, il ne sait pas ce qu'il s'est passé, il ne sait pas pourquoi eux, il ne sait pas pourquoi on leur a pris leur parents, mais ce qu'il s'est, c'est qu'on ne lui prendra pas Andréa. Et de son corps de petit garçon de douze ans, il cache le crime, il a l'excuse toute trouvé, alors, pas besoin de chercher plus loin. Mais il ne veut pas être loin d'Andréa, il a besoin d'elle, à sept ans, on ne se rend pas vraiment compte, alors il faut qu'il soit là, pour elle, pour eux, pour qu'ils aillent bien. Après avoir travailler longtemps à cacher les corps, il rejoint sa soeur, et s'allonge à côté, en la serrant fort contre lui. Il sait que les choses vont changés, mais il ne veut pas qu'Andréa soit malheureuse, il se retient de pleurer, elle a pleuré pour eux deux, ça devrait suffire, non ? « Léon, on sera à deux, hein ? J'ai pas envie qu'on te prend toi, et pas moi, je t'aime, tu le sais, hein ? Je t'aime fort. » La voix de la petite fille tremble, parce que même si elle ne se rend pas compte de tout, elle sait qu'on peut le prendre lui et pas elle, et c'est tout ce qu'il reste, c'est tout ce à quoi elle tient. Elle se blottit contre son frère, non, elle n'a pas su dormir, parce qu'il y a des démons qui peuvent prendre Léon, Et elle ne veut pas être toute seule, elle ne le veut, elle a mal, la petite rouquine mais  elle n'arrive plus à pleurer, elle a trop pleurer, elle a trop pleurer pour des années, sa tête contre le torse de son frère et les battements de son coeur, elle s'endort doucement. Ses yeux trouvent eux-mêmes comment se fermer, et son corps se reposer, parce que la vie qui les attend, ce n'est pas rien, et ils le savent tout les deux. Dans les rues de Prague, rien n'est facile, comme partout ailleurs.

« Andy, tu retournes à l'école, s'il te plait, fais pas ta princesse. » Si la rousse n'a que quinze ans, elle sait ce qu'elle veut, et elle ne veut pas retourner à l'école, les cours l'ennuie, et l'entrainement qu'il lui fait subir depuis qu'il sait manier les armes, la petite rouquine trouve plus attrayant ce genre de chose que de rester assise, depuis la mort de ses parents, c'est de la débrouille. Dans un premier temps, il y a eu la voisine qui s'est occupée d'eux, papa et maman sont parties, ils nous ont laissé seuls, mais on veut pas aller ailleurs, on veut rester à la maison, c'est Léon, qui a parlé, alors que la petite de -sept ans tient la main de son frère, elle se cache pour ne pas qu'elle pleure, parce qu'elle veut pas qu'on sait qu'elle a pleuré, ça fait fuir les gens s'ils savent qu'on a pleuré, mais la voisine est resté jusqu'au douze ans de la petite, il a fallu affronté l'adolescence du petite garçon de dix sept ans, et elle n'a pas supporté, elles les a mis dehors, après tout, Léon trainait dans des affaires assez louches pour avoir de quoi leur permettre de vivre, elle n'a pas eu tort, la voisine, un petite appartement pour eux deux, ça a toujours suffit, pas loin de l'école, de quoi laisser à Andréa de vivre et lui, de la surveiller, alors quand elle parle d'arrêter l'école, il sait qu'elle a en vraiment envie, quand elle voit ce qu'elle ramène comme points, et son assiduité à suivre les techniques des combats ou de savoir utiliser une arme, ils sont le même sang alors, il trouve ça normal qu'elle ne veut pas continuer ses études. Assez pour trouver autre choses, les combines à deux on vite pris forme, si l'un faisait tombé la victime dans ses bras, l'autre le dépouillé de toute somme d'argent, laissant parfois un corps derrière eux, ça a toujours été drôle, une sorte de jeu, même si Andy avait plus tendance à sauver la vie, à raisonner son frère, il a toujours l'idée qu'ils peuvent faire autre chose. Mais elle se contente de prendre ce qu'offre son frère, elle ne peut pas dire qu'elle n'a pas envie de cette vie, après tout, ils restent libre à leur façon, après tout, ils font ce qu'ils veulent, ça fait un an qui gagne leur vie comme ça. Un an, où il a fallu partir comme ça, sans prévenir, Léon est arrivé, il a peur, peur qu'on lui prend Andréa, alors, ils ont fait leur valise à deux, ils ont tout pris, et ils sont partis, elle se demande toujours pourquoi, et surtout où il a eu l'argent, mais ils sont partis en Amérique, elle a du apprendre l'Anglais comme ça, même si elle connaissait assez débrouiller, y vivre pour se contenter de phrases bateaux, petite princesse, c'est comme ça qu'il l'a appelé, tout le temps du trajet, et les longues tirades sur les excuses, elle l'a laissé parler, parce que c'est rare, qu'il parle autant, puis, une fois sur le territoire américain, il a fallu apprendre à vivre comme eux, même si elle n'est pas retournée à l'école, elle a vite trouvé un job de serveuse, ça a duré le temps que ça a duré, jusqu'à ce qu'elle entend qu'on pouvait devenir chasseur de prime, elle a tout plaqué, et en a parlé à son frère, il lui a ri au nez, comme si tu pouvais faire ça, princesse, mais elle a persévéré, et a réussi sa première "chasse" elle n'en a jamais été aussi fière, et puis, elle a continué, elle s'est battue pour avoir son propre noms, elle s'est battue assez pour qu'on sache qui elle est sans qu'on sache à quoi elle ressemble. Elle a tout donné, surtout qu'elle aime prendre des risques, elle aime ce genre de jeu, ce genre qui fait vibrer, et qui donne à l'envie d'aller plus loin, de voir plus loin. Et si elle se faisait une réputation de chasseuse prime son frère a choisi la voie du tueur à gage, parfois l'un aidait l'autre dans son contrat, et puis, les entrainement à deux n'ont jamais vraiment cessé non plus.

La vie sur le continent américain a eu quelque . chose de magique, ils étaient deux, ils était jeune, enfin presque. Léon et Andréa n'ont jamais autant vécu l'un pour l'autre que ces trois dernières années. Jusqu'à leur vingt ans, ils ont été trop souvent l'un sur l'autre, trop souvent à deux, trop souvent l'un dans le lit de l'autre Ils ont été une sorte de couple sans l'être, à se prendre la main, a la serrer, a se prendre dans les bras, personne ne les connaissait, ils se sont permis de petits moments de tendresses, jusqu'à ce que ça dérape Des lèvres contre celles de leur jumelles, des mains sous le tissus, et Andréa a perdu sa virginité dans les bras de son frère Si Léon a eu plus d'une dans son lit, Andréa peut dire qu'elle n'a eu que lui. La barrière du politiquement correct a depuis longtemps volé en éclat. Elle lui a donné bien plus que sa première fois, et Léon le sait, il sait aussi que ses sentiments envers sa soeur ont toujours évolué vers quelque chose de malsain, mais il était trop tard pour retourner en arrière, il a fallu prendre à bras le corps ses sentiments et ceux de sa soeur. Ils ne sont plus à Prague, et personne n'a jamais sur ce qu'ils étaient réellement. Mais si elle est sa seule famille, elle est aussi la fille qu'il aime plus que tout, Pour Andréa; il se demande si c'était la même chose, parce qu'elle n'est pas très expressive. La rouquine n'a jamais montré ce qu'elle ressentait, ou en tout cas, a gardé assez de silence pour faire croire qu'elle s'en fiche, elle a cent fois entendu son coeur battre à tout rompre, elle a cent fois senti des papillons dans son ventre. Elle est amoureuse de son frère, elle en oublie que c'est malsain. L'amour rend con, ou alors, il rend aveugle, parfois, c'est les deux, leur relation a duré tout le temps qu'ils ont mis leur pieds aux USA. La passion, la leur, a pu être intense, et Andy regrette la chaleur de son frère, parfois, elle a le coeur qui se brise quand elle repense à cette période, parce qu'elle sait qu'elle a été heureuse, malgré l'éloignement parfois du à leur boulot respectifs, mais les retours n'ont jamais été aussi tendre. Elle s'est perdue dans ses sentiments, dans leur sentiments respectifs. Elle n'a pas vu le temps filer, ni les risques pris par son frère pour la protéger. Leur bulle n'a jamais éclaté complètement, elle s'est doucement fissurée jusqu'à ne plus rien avoir pour les protéger, et la réalité les a happé dans son propre monde.

Puis, il y a un, les choses ont changé sans que la rousse puisse savoir pourquoi, sans qu'elle se rend compte, c'est tombé comme ça, elle est tombée sur une appartement vide, pas de Léon, et surtout, ses affaires. Le vide, elle l'a laissé aussi, elle a tout pris et s'est donné corps et âme dans ses missions, elle a accumulé l'argent, assez pour que tout se passe sans encombre, elle s'est perdue dans des hôtels, pour les va et viens, pour ne pas affronter la solitude ou le désespoir de son coeur brisé. La petite rouquine n'aime pas être seule, et si en plus, on lui prend son autre moitié, elle se sent encore plus dans une sorte de prison interminable qu'elle fait à chaque pas, ça lui a pris quelques mois pour s'en remettre, elle s'est plongée dans de longs boulot, pour ne pas penser, pour avoir la tête ailleurs qu'à penser à Léon, puis, elle a appris a vivre avec ce vide qu'il a crée, elle n'a pas chercher à le combler, juste perdre son corps contre la chaleur d'un autre, juste perdre son esprit dans celui d'un autre, mais rien n'a réussi à combler le petite espace créer. Andréa a vécu comme elle a pu, elle a détesté son frère, aussi. Mais ça lui est passé, elle pensait être guérie, elle pensait que tout irait pour le mieux, maintenant, jusqu'à Säo Poeira. Juste une simple et stupide traque Trouver et rapporter la personne, si on lui avait parlé de la malédiction, elle  aurait dit non. Non, je ne veux pas, mais personne n'a l'air de savoir, personne ne sait ce qu'il se passe dans ce petite monde là, à son plus grand désarroi, elle s'est retrouvée enfermée dans une ville qui ressemble à une prison sans fond, elle a erré les premiers jours, avant de trouver une silhouette qu'elle connait, une photo, une vague, elle a enfin trouvé celle qu'elle devait ramener, Victoria Rhodes, elle aurait tellement pu faire quelque chose, jusqu'à ce qu'elle voit une autre silhouette qu'elle connait plus qu'une photo, son coeur s'est arrêtée de battre, une fraction de seconde. Léon. Elle a le coeur qui fonctionne à nouveau, et si elle a voulu de suite le reprendre à elle, elle a bien vu qu'elle avait à faire à quelqu'un de plus fort qu'elle. Et si elle a lutté un moment, elle a vite compris qu'elle ne pourrait pas récupérer Léon avant un moment, un long, long moment. Et au vu de sa prison, elle aura au moins de quoi s'amuser, surtout quand elle a passé ses journées à exploiter cette soudaine capacité à faire apparaître tout ce qu'elle lit. Cette ville la rend un peu folle, cette ville la rend même plus que ça. Sinon, elle n'aurait pas accepter le marché de cette vipère. Elle ne travaillerait pas pour elle, enfin, elle n'appelle pas ça un vrai travail vu qu'elle arrive quand même à concilier son métier de chasseuse de prime, qui ressemble plus à tueuse à gage, à ce passe-temps forcé. Entre montrer son corps, ou laisser les autres le toucher, elle ne se trouve pas à sa place dans ce monde. Mais c'est tout ce qu'elle peut faire pour grappiller des moments avec Léon. Si la ville la rend folle, elle essaie malgré tout de sortir la tête hors de l'eau, elle n'aura pas son esprit, pas encore.



Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 8 Juin 2014 - 15:10
Ses tâches de rousseur quoi

Bienvenue à toi et bonne chance pour ta fiche
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 8 Juin 2014 - 15:14
Ca fait bizarre de voir Andréa pour une fille maintenant   Et elle est belle   
Bienvenue par ici  :han: 

Spoiler:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 8 Juin 2014 - 19:26
céleste > elle est craquante, hein ?  
je connaissais pas ton vava, elle est belle   

thackery > je crois qu'on s'connait   
contente qu'elle te plaise, je suis amoureuse d'elle :**: 
pis andréa pour une fille, c'est tellement classe    (ilestpartoutceluila)
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 464
♆ PSEUDO : AMIANTE.
♆ AVATAR : CILLIAN MURPHY.
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE BON
♆ PERDITION : FABRICATION DE SOUVENIRS.
♆ ENNUI TROMPÉ : FIGURE PATERNELLE DES ENFANTS VOLEURS. SAINT PATRON DES ORPHELINS. LES BONNES INTENTIONS SE SONT ÉRODÉES AVEC LA POUSSIÈRE. IL LEUR A TOUT APPRIS, LES DOIGTS MAGIQUES POUR DÉTROUSSER SANS SE FAIRE ATTRAPER, LA SOLIDARITÉ DANS LE BUTIN QU’ILS PARTAGENT ET MÊME LES VICES AU CREUX DES DRAPS.

(#) Dim 8 Juin 2014 - 20:06
MAIS T'AS PAS D'ÂME TOI, VA-T'EN -pan-
(c'était le moment racisme envers les roux Laughing)
non je déconne, bienvenue par ici, jolie chose perv
bonne chance pour le reste, le début fait envie

♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 8 Juin 2014 - 20:16
Je peux même pas dire quelque chose, j'suis trop fane de ton travail   

merci, en espérant que la suite ne te déçoit pas    
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 8 Juin 2014 - 21:59
Je connaissais pas cette fille mais elle est magnifique
Bienvenue et bon courage pour ta fiche
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 8 Juin 2014 - 22:10
merciiiiii   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mer 11 Juin 2014 - 10:51
Bienvenue à toi !
Bonne chance pour ta fiche :)
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mer 11 Juin 2014 - 20:00
personne ne résiste aux tâches de rousseurs
bienvenue ici, et quand j'aurais le temps, je lirais le début de cette belle fiche
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Jeu 12 Juin 2014 - 12:06
merciiiiiiii vous deux   
je connaissais pas vos vavas, z'étes badass quand même  
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Jeu 12 Juin 2014 - 22:28
bienvenue à São Poeira
la vie est finie, mais tu survis.


le pouvoir est adorable, comme l'histoire avec le frère. je sais pas ce que tu prépares avec le frère, mais j'ai bien hâte de voir ça et puis la manière dont elle arrive à sao est très bien trouvé

Il y a ce sourire, là, si grand, si laid, sur ses lèvres gercées par les morsures et le sang versé. Il t'observe, là, le torse ouvert, le coeur entre ses mains, maintenant. Plus rien ne t'appartient  ; tu es à lui tout entier, maintenant, qu'importe ce que tu choisis de faire. Ses ongles, si abîmés, s'enfoncent dans ton pauvre coeur et y glisse son venin. La malédiction est lancée ; te voilà captivé.

les liens utiles  

VOS LIENS
POUR LES DIVERSES DEMANDES
REGISTRE DES EMPLOIS
LA VILLE
LES POUVOIRS
LE BOTTIN
LES INTRIGUES & ÉVÉNEMENTS
LES ANNONCES




Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» A chaque histoire, il faut des personnages ! \o/
» Chaque Histoire A Sa Plume
» Chaque histoire d'une vie est un récit dont on doit comprendre sa moral [Aladár D. Héderváry]
» Chaque biographie est une histoire universelle.
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOUTUE VERMINE :: ET ILS RIENT :: FICHES V1-
Sauter vers: