N'oubliez pas de déclarer votre amour pour satan, en postant sur bazzart Hope
Ils sont beaux, ils sont frais, ils n'attendent que vous.
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil aux PVs Hope
on veut plus de boobs :pff:
- la surpopulation de mâles sur le forum
Pensez à privilégier les hippies, les voleurs et les pirates
afin de préserver les âmes sensibles, le forum est déconseillé aux moins de 17 ans
Si aucune fiche est postée après cinq jours, votre compte sera supprimé.

MÉTAMORPHOSE.

 :: ET ILS RIENT :: FICHES V1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mar 11 Mar 2014 - 19:31
luis travieso

âme égarée
Héritage Infortuné ♆ Synonyme d'un mépris devenu infini. Le passé collant à la peau de ce nom erroné. Tout y est sale et répugnant. Dégoût mêlé d'attirance cachée. Grotesque erreur, Travesio. Sorti de l'ombre, l'ombre d'un loup. Celle d'un homme sûr, fruit d'une main froide et d'un esprit coupable. La chaleur glaciale d'une silhouette de l'aube, né de la nuit. Le sang empoisonné d'un héritage immortel. Appellation aux Origines Contrôlées ♆ Les cris agonisants d'âmes torturées et dévastées. Les appels charmés rendus confus par le souffle mortuaire d'un loup affamé. Une chair insipide, murmurant à travers le blizzard, au-delà des nuées argentées. « Lobo. » susurrent-ils à la foule, assommés d'une main coupable. Refuser, repousser, céder à cet infernal hurlement.  C'est elle et lui, l'espace d'un instant. Le loup rugissant à travers les supplications. Elle et Luis, pour toujours. L'homme séduisant à travers les souvenirs cachés. Devancé par les murmures de femmes infâmes. Amusé par les pleures de silhouettes abandonnées. C'était mieux avant ♆ L'errance éternelle d'un pécheur égaré, d'un chasseur en quête de réconfort. Le temps défilant, trop vieux pour se soucier de quelque chose. Figé à jamais dans ce perpétuel instant. Continuer à fuir sans jamais s'arrêter. Coincé comme lui, depuis vingt-deux années au milieu de ses besoins.  Première Bouffée d'air ♆ C'est le passé qui résonne au fond d'une gorge assoiffée et d'un corps affamé depuis des années. 1992, le reste est noyé dans l'oubli glacial. La chaleur étouffante d'une saison bouillante et sèche. Loin de la terrible froideur d'un corps dévasté, d'une âme coupable. Jamais très loin, toujours ici et là.  Papa et Maman ♆ L'enfant sauvage au puissant venin. Dévastant les visages amoureux, arrosant les rues de coups écarlates. Enfant du pays. Terrifiant, terrifié. Fruit de cette terre maudite, de cette arrogante farce. Brésilien au sourire carnassier. Gravé sur des lèvres torturées.  Dans mon lit ♆ Les courbes d'une demoiselle mêlées au visage amer d'un homme coupable. Les soupirs et les caresses mortuaires tandis qu'il tord du bout des hanches l'esprit confus de cette silhouette aigrie. Les déceptions d'un amour oublié, les désillusions d'une vie passée qui riment éternellement au travers d'une gorge putride. Loin des drames, près des corps sensibles. S'accrocher, s'abandonner, s'oublier. Ensemble, seuls.  Degré de solitude ♆ Trop faible pour aimer, trop faible pour offrir un cœur égaré. Quelqu'un avec qui se perdre au milieu de cette grotesque forêt, quelqu'un avec qui s'oublier. Les images débordantes d'amour ciblées à bout-portant, juste avant que les rêves d'insomnies ne s'égarent à leur tour. Virus héréditaire, grand cœur douloureux. Maladie indomptable, corps amer, cœur perdu.  Tromper l'ennui ♆ Cette soif aussi insatiable que cette éternelle envie d'innover. Voler, détruire et organiser, marchander, blesser et réparer. C'est un changement abominable et étrangement réconfortant que de ne jamais rester le même. S'améliorer pour se laisser retomber. Toujours faire tomber, tout le temps. Tombé dans le trou à rat ♆ La terre vaine dessinée depuis toujours, pour toujours. C'est écrit partout, sur les murs et dans les visages meurtris. C'est ici et nulle-part ailleurs.   La nouvelle famille ♆ Crapule.


au-delà des dunes
Joli prénom ♆ Vanessa.   Pseudo pas beau ♆ The Road. Nombre d'hivers endurés ♆ 17 ans, bientôt 18.  perv  Pierre précieuse préférée ♆ saphir parce que le bleu, quoi.  Compagnie de voyage ♆ Une vache sauvage m'a amenée ici. C'était Soren et c'était traumatisant.    Mot doux ♆ Une perle, je fonds. Degré d'addiction ♆ Tous les jours. Sésame ouvres-toi ♆ ok par alcide Tête de cochon ♆ Lou Gaillot. Remerciements ♆ bannière de theghostdiaries sur tumblr, avatars par moi-même. Mot d'amour en plus ♆ love, love, love.   
Et c'est encore la vie ! - Si la damnation est éternelle ! ▲ RIMBAUD
hurlements
Haine d'un coureur égaré.
Un souffle glacial étendu et sur ce corps amer, la brûlure d'un désir passé. Dangereuse symphonie des battements de son cœur. L'amour dansant, vil. Il est le calme oscillant au rythme inlassable d'un esprit dévasté. L'homme perdu, l'homme aux murmures. D'un soupir, il efface les maux, les cris. Prince de l'oubli, bête sauvage au pelage incontrôlable. Il est le volcan magnifique, l'horizon atteint. Des lèvres rouges bafouées par un écarlate désir ardent. L'ombre pourchassant l'aube jusqu'au bout de la nuit. Rongé par une faim insatiable, celle d'un corps exquis contre le sien. La faim de l'autre. Un cœur de chiffons au creux de ses mains malsaines. Serrer contre son torse une peau tremblante et sentir l'abandon se dessiner autour de lui. Devant ses yeux écarlates, deux mains tendues vers le ciel. Faibles et implorants le passé de s'effacer. Les plaies de se guérir. D'un baiser, il abandonne alors les larmes, souillant ses amours lâches d'une main cruelle.
Un regard et se barre, un baiser puis repart.
Et la route tourne toujours. Là, juste devant lui. Elle se perd au loin et emmène dans son sillage la douleur. Toujours vaine car il est l'enfant vain, le souffle sur une nuque, un murmure dans la nuit. Des coups violents sur lesquels s'écoulent la vie. Gorgé de sang, il pousse des hurlements féroces. C'est la mauvaise bête du village. Un grondement résonnant à travers les ruelles, un instant figé dans le sang et le voilà devenu lui. C'en est alors fini de Luis. Il est le fils du père, l'enfant des coups. Le créateur d'êtres torturés, le marchand de poing. L'ombre esquissée derrière des crocs démesurés, un désespoir au fond d'une mine. Il est le redouter, le vilain homme. Celui que l'on refuse d'approcher, mais que l'on a peur d'ignorer. Jouer au jeu des marionnettes animées, des pantins masqués. Perdre l'esprit pour son regard, pour oublier son ombre. Silhouette d'un loup en chasse. Crocs apparents, poils hérissés, queue tendue en quête d'une infinité de victimes. Car s'anime en lui une passion dévorante, constante, épuisante. Il plonge dans une étendue dangereuse. Les abysses de l'océan se confondent avec les larmes. Souvent, toujours.
Les siennes et celles des cœurs perdus qu'il laisse autour de lui. La passion le dévore pendant que lui dévore les corps. Il se noie, il s'égare au fond de son esprit. Là où les tempêtes règnent au-delà de tout. La confusion des souvenirs, la confusion des maux. Et toujours cette douleur permanente au fond de sa gorge. Insaisissables, s'écoulant au creux de ses mains tremblantes. Grondements inutiles, barbares. Soulageant d'un cri l'horrible courant noir qui s'étend jusqu'à ses reins. Mortelles pensées sanguinaires d'une bête en manque. Accueillir un corps contre le sien, l'épuiser jusqu'à sentir son souffle sur sa peau de bête. Sa mâchoire saisissant les courbes délicates de l'innocence sous le regard meurtri d'une famille déchirée. C'est déchirer, le besoin. Rendre au monde sa violence d'antan et enfin étancher la soif d'un loup aux crocs tranchants. À son infinie colère, à son sang bouillonnant dans ses veines étouffantes. À sa solitude, à ses coups, ses poings, à son regard assassin, à sa haine.
Haine d'un coureur égaré.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mar 11 Mar 2014 - 19:31
et tu tombes

l'étrange
L'odeur nauséabonde de ce liquide écarlate qui danse sur ces corps dénudés. Les caresses progressent au creux des reins. Baisers fuyant les lendemains égarés. La symphonie d'une nuit d'insomnie éclate au milieu de ce macabre désastre. Des soupirs affligeants viennent briser le silence argenté de cette esquisse. Au milieu de ces nuées dorées, l'ombre tourne sur elle-même. Elle est l'éclat à travers la foule. Le reflet larmoyant d'une âme en peine. Le loup hurle son désarroi. La gueule béante, la queue tendue, les coups percent les coeurs. La souffrance se grave sur la peau tendue d'une bête gavée. Le brasier ardent châtie chaque parcelle d'un corps délabré. Poser sa marque où des lèvres torturées blessent. Il crie à sa haine, le grand méchant loup. À ses frissons désireux et à son besoin ardent. Pour sentir des doigts tremblants parcourir sa fourrure. Il n'y a plus que sa signature ondulant sur des échines frémissantes. Là-haut, son ombre s'élève dans la nuit. Sauvage à jamais affamée. Avant que les crocs du monstre ne viennent s'aiguiser devant des vibrations tant attendues. Au sourire féroce de la bête qui terrorise les bois. À sa puissante mâchoire qui emprisonnent des bras palpitants. Caché derrière une ombre bafouée. Loup agonisant devant les yeux ébahis de son quart-d'heure. Ce dernier. Ensemble, perdus dans la douleur. Pour sentir d'immenses yeux chatoyer sur le mépris.
Et au-delà de cet horizon macabre, les crocs dévoreront la nuit. Dissimulée dans l'ombre d'un sourire carnassier.
(c) MORIARTY


São Poeira
Les cris éclatent au sein de son esprit affolé. Le métal frappe ses os abîmés et le souffle infini s'acharne sur son corps putride. La noirceur de la ville s'infiltre au travers de sa peau dénudée et s'installe là où le mal règne. Le vent hurle à ses oreilles des horreurs sans nom. La cruauté du passé s'inscrit sur les murs et sur les visages. Dans la poussière, il n'y a plus que cet éternel grondement. São Poeira, chante-t-il à l'homme dévasté. Au milieu de cet univers sans fin, le courant mortuaire avale la crasse et le noie dans la violence. Il erre au travers des ruelles, l'enfant sauvage. En quête de chair humaine à faire tomber, en quête d'un monde à détruire. Une rage au creux des reins, des coups écarlates gravés sur des griffes argentées. La lumière dorée dessine autour de lui l'ombre d'un chasseur à la voix bestiale. Des visages en attente d'un perpétuel baiser dansent devant ses yeux épuisés. C'est un terrain de chasse mesquin pour ce loup malade. C'est l'attente d'un monde nouveau qui ravage les rues de ce corps aigri. Comme désenchanté par la magie du sable sous ses pieds. L'enfant nage au milieu de cette mer devenue amère. L'enfant danse sur cette ville de poussière. L'enfant vit au travers du malheur désabusé. L'enfant est devenu la ville. Il veut laisser dans son sillage une traînée de grains et de larmes. Les cris de la foule mêlée à la déception de cet univers vain pour un homme vain.
(c) THE ROAD

Adieu tristesse Bonjour tristesse Tu n'es pas tout à fait la misère Car les lèvres les plus pauvres te dénoncent Par un sourire. ▲ ELUARD
ici un titre
(au-dessus de 400 mots) On passe aux choses sérieuses, voilà l'emplacement de l'histoire. La forme est libre, bien évidemment. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis. Sed blandit augue vitae augue scelerisque bibendum. Vivamus sit amet libero turpis, non venenatis urna. In blandit, odio convallis suscipit venenatis, ante ipsum cursus augue. Et mollis nunc diam eget sapien. Nulla facilisi. Etiam feugiat imperdiet rhoncus. Sed suscipit bibendum enim, sed volutpat tortor malesuada non. Morbi fringilla dui non purus porttitor mattis. Suspendisse quis vulputate risus. Phasellus erat velit, sagittis sed varius volutpat, placerat nec urna. Nam eu metus vitae dolor fringilla feugiat. Nulla. Facilisi. Etiam enim metus, luctus in adipiscing at, consectetur quis sapien. Duis imperdiet egestas ligula, quis hendrerit ipsum ullamcorper et. Phasellus id tristique orci. Proin consequat mi at felis scelerisque ullamcorper. Etiam tempus, felis vel eleifend porta, velit nunc mattis urna, at ullamcorper erat diam dignissim ante. Pellentesque justo risus. Rutrum ac semper a, faucibus nec lorem. Nullam eget quam tellus, eget sagittis justo.Class aptent taciti sociosqu ad litora torquent per conubia nostra, per inceptos himenaeos. Proin ante enim, tincidunt ut interdum in, adipiscing quis tortor. Nulla turpis lacus, rutrum in adipiscing ut, porttitor ac ante. Sed euismod, mauris a. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis. Sed blandit augue vitae augue scelerisque bibendum. Vivamus sit amet libero turpis, non venenatis urna. In blandit, odio convallis suscipit venenatis, ante ipsum cursus augue. Et mollis nunc diam eget sapien. Nulla facilisi. Etiam feugiat imperdiet rhoncus. Sed suscipit bibendum enim, sed volutpat tortor malesuada non. Morbi fringilla dui non purus porttitor mattis. Suspendisse quis vulputate risus. Phasellus erat velit, sagittis sed varius volutpat, placerat nec urna. Nam eu metus vitae dolor fringilla feugiat. Nulla. Facilisi. Etiam enim metus, luctus in adipiscing at, consectetur quis sapien. Duis imperdiet egestas ligula, quis hendrerit ipsum ullamcorper et. Phasellus id tristique orci. Proin consequat mi at felis scelerisque ullamcorper. Etiam tempus, felis vel eleifend porta, velit nunc mattis urna, at ullamcorper erat diam dignissim ante. Pellentesque justo risus. Rutrum ac semper a, faucibus nec lorem. Nullam eget quam tellus, eget sagittis justo.Class aptent taciti sociosqu ad litora torquent per conubia nostra, per inceptos himenaeos. Proin ante enim, tincidunt ut interdum in, adipiscing quis tortor. Nulla turpis lacus, rutrum in adipiscing ut, porttitor ac ante. Sed euismod, mauris a.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mar 11 Mar 2014 - 20:05
J'EN PROFITE D'AVOIR INTERNET POUR VENIR TE METTRE UN GRAND COUP DE PIED AU CUL ! pervperv

BIENVENUE !!
Bonne chance pour ta fiche ma petite colombe
T'es beau

Termine cette fiche qu'on aille rp perv

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mar 11 Mar 2014 - 22:04
Ce début de fiche   
Bienvenue !
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mar 11 Mar 2014 - 22:33
j'aime énormément le début, j'ai hâte de lire la suite.   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mar 11 Mar 2014 - 22:33
Bienvenue à toi ! Bonne chance pour ta fiche :)
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mer 12 Mar 2014 - 13:14
oh mon dieu t'es sex toi. :héhé:

par contre touche pas trop à Soren, tu m'en laisses hein ? What a Face

Bienvenue et bonne chance pour la suite de ta magnifique fiche perv
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 464
♆ PSEUDO : AMIANTE.
♆ AVATAR : CILLIAN MURPHY.
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE BON
♆ PERDITION : FABRICATION DE SOUVENIRS.
♆ ENNUI TROMPÉ : FIGURE PATERNELLE DES ENFANTS VOLEURS. SAINT PATRON DES ORPHELINS. LES BONNES INTENTIONS SE SONT ÉRODÉES AVEC LA POUSSIÈRE. IL LEUR A TOUT APPRIS, LES DOIGTS MAGIQUES POUR DÉTROUSSER SANS SE FAIRE ATTRAPER, LA SOLIDARITÉ DANS LE BUTIN QU’ILS PARTAGENT ET MÊME LES VICES AU CREUX DES DRAPS.

(#) Ven 14 Mar 2014 - 17:21
croque-moi quand tu veux, grand méchant loup
super choix de scénario, en tout cas
pis ce début est grandiose, j'ai hâte de voir la suite perv
bienvenue en tout cas, jolie chose What a Face

♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 16 Mar 2014 - 12:34
oooh, merci pour tous ces compliments    
Je vous croque tous, vous êtes tellement splendides.

Dites, j'aurais aimé savoir si c'était possible d'avoir un délai pour terminer ma fiche ?   Je pars en voyage scolaire et je ne pourrai avoir internet que le 24 mars.   (autrement dit, dans une éternité Arrow) merci à vous.

et je vous promets rien pour Soren, il est trop craquant pour pas être croqué, voyons.  perv 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 464
♆ PSEUDO : AMIANTE.
♆ AVATAR : CILLIAN MURPHY.
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE BON
♆ PERDITION : FABRICATION DE SOUVENIRS.
♆ ENNUI TROMPÉ : FIGURE PATERNELLE DES ENFANTS VOLEURS. SAINT PATRON DES ORPHELINS. LES BONNES INTENTIONS SE SONT ÉRODÉES AVEC LA POUSSIÈRE. IL LEUR A TOUT APPRIS, LES DOIGTS MAGIQUES POUR DÉTROUSSER SANS SE FAIRE ATTRAPER, LA SOLIDARITÉ DANS LE BUTIN QU’ILS PARTAGENT ET MÊME LES VICES AU CREUX DES DRAPS.

(#) Dim 16 Mar 2014 - 12:59
jusqu'au 31, ça ira ? perv

♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 16 Mar 2014 - 13:14
c'est parfait, merci.   :han: 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mar 18 Mar 2014 - 10:40
Bienvenue
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Sam 22 Mar 2014 - 10:07
oh il est beau ce début, grand méchant loup perv
bienvenue ici
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mer 2 Avr 2014 - 20:14
temps écoulé

le sang a giclé
Larmes de sang, là, qui dégoulinent le long de ses traits. N'entends-tu pas ses cris d'agonie, les âmes qui se voient alors meurtris ? Il fait l'enfant, le pauvre Satan, de ne pas toucher ton âme, de ne pas s'amuser avec toi. Il te voit, là, au travers de la foule, t'éloignant doucement, t'effaçant presque tendrement, et il ne l'accepte pas. Connais-tu seulement la sentence, pour rendre le démon aussi triste, aussi humain ? Dix larmes de sang ont déjà été versés, si tu n'es pas là d'ici quatre nouvelles larmes, il sortira les crocs, il sortira le fouet, et ton âme, brusquement, sera détruite à néant. Ce que Satan n'a pas, n'existe pas.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Règlement du cours de Métamorphose
» Cours de métamorphose n°1.
» Cours 1 " La métamorphose ".
» De l'art de la métamorphose !
» Deuxième cours de Métamorphose (Deuxièmes années)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOUTUE VERMINE :: ET ILS RIENT :: FICHES V1-
Sauter vers: