N'oubliez pas de déclarer votre amour pour satan, en postant sur bazzart Hope
Ils sont beaux, ils sont frais, ils n'attendent que vous.
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil aux PVs Hope
on veut plus de boobs :pff:
- la surpopulation de mâles sur le forum
Pensez à privilégier les hippies, les voleurs et les pirates
afin de préserver les âmes sensibles, le forum est déconseillé aux moins de 17 ans
Si aucune fiche est postée après cinq jours, votre compte sera supprimé.

(F) KENNEDY, COMING OF AGE

 :: ET ILS RIENT :: FICHES V1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Ven 14 Fév 2014 - 19:13
Carolina Cortesão

ange déchu
Héritage Infortuné ♆ Cortesão, un nom qu'elle a toujours porté non sans une certaine fierté. Appellation aux Origines Contrôlées ♆ Carolina, bien que tout le monde l'appelle Coco, il ne s'agit pas toutefois de son prénom de baptéme, elle a adopté celui-ci après avoir quitté Rio. Comme prénom, je voyais bien quelque chose comme Caterina, mais le choix vous est libre) C'était mieux avant ♆ 48 ans Première Bouffée d'air ♆ Un beau matin de juin dans une petite baraque d'un bidonville de Rio Papa et Maman ♆ Brésilienne de naissance, avec des origines portugaises, et espagnoles - mexicaines pourquoi pas, enfin c'est comme vous le souhaitez (sauf pour brésilienne) Dans mon lit ♆ Masculin principalement, et elle a vu passer de ces messieurs. Après, si vous souhaitez la faire côtoyer la gente féminine de plus prés vous êtes libre. De cœur, toutefois Carolina aime tout le monde, femmes, hommes, peu importe. Degré de solitude ♆ Célibataire, avec une gamine de 21 ans à charge. Tromper l'ennui ♆ Ancienne prostituée, puis gérante de maison close, elle est désormais gérante -voir propriétaire - du motel de Sao ou bien employée au sein de celui-ci, je la vois bien gérante vu qu'elle a déjà été à la tête d'un établissement - certes pas vraiment le même genre mais quand même - de plus, elle est de type meneuse, donc si le poste n'est pas pris je vous conseille de vous diriger vers ce boulot Malédiction ♆ Pour le don, je vous lâche le choix, je pensais à quelque chose qui corresponde à son caractère, ça veut dire pas un pouvoir de destruction, plus quelque chose de création, d'aide ou de protection. Voici quelques propositions pour vous, si vous n'avez vraiment pas d'idées : pouvoir repérer n'importe qui et savoir le statut de la personne (blessé, en bonne santé etc...), forte empathie/ou bien carrément pouvoir entendre les pensées, pouvoir rendre fertile ou infertile quelqu'un rien qu'en le touchant/l'embrassant, pouvoir atténuer la souffrance de quelqu'un par contact, ou bien qu'elle puisse permettre aux gens d'oublier des pans douloureux de leur vie en leur effaçant la mémoire. Je pensais à une idée aussi de don, où elle rajeunirait pendant quelques heures, genre la nuit, mais qu'elle ne garderait aucune nouvelle de ces moments là. A la Jekyll et Hyde en somme, mais sans le côté meurtrier. ArrowTombé dans le trou à rat ♆ Depuis trois ans déjà. La nouvelle famille ♆ Honnête travailleuse, elle fait bien entendu partie du groupe des Salauds.


au fond du lagon
Pseudo ♆ Le pseudo est malheureusement non-négociable. Carolina porte le nom Cortesão qu'elle a transmit à sa fille adoptive. Pour le prénom, si Carolina vous rebute éventuellement vous pouvez mettre son véritable prénom (celui-ci étant celui qu'elle utilise depuis plus d'une vingtaine d'années, le nom qu'elle a adopté quand elle est devenue prostituée) Avatar ♆ Maria Doyle Kennedy est juste parfaite. Si vous avez fait un petit tour du côté de ma fiche, vous avez sans doute pu remarquer le gif d'elle, et du coup je tiens particulièrement à cette dame pour le personnage. Sans compter qu'elle représente parfaitement le personnage. (Mais si le rôle vous tente et que le peu de ressources d'elle ne vous dit trop, on peut discuter, mais dans ce cas-ci je serais assez exigeante, je tiens à une célébrité qui représente une femme maternelle, aimante, belle, féminine sans être trop femme fatale.   Et brune, faut pas oublier) Liens ♆ le lien est non négociable bien entendu. Carolina est la mère adoptive de Brünnhilde, l'univers de la gamine, celle qui lui a tout inculqué.) Présence ♆ Eh bien, je ne suis pas un tyran, donc je dirais, si possible passé faire un petit coucou au moins tout les deux jours, et participer au rp une fois toutes les deux semaines, tant que vous êtes présents y a pas de soucis.     Autre ♆ Merci à vous d'avoir jeté un coup d'oeil à mon modeste scenarii, il me tient à coeur, et je sais qu'il y a peu de chances qu'il soit pris car les personnages assez "agée" féminin sont rarement incarné, mais si il vous botte et que vous décidez de vous jeter à l'eau et de la tenter je vous aimerais et vous couvrirais d'or.   (Et de calins )
Pensons plutôt à toute la terre, frappons amoureusement sur la table. Je ne veux pas revoir le sang imbiber le pain, les haricots noirs, la musique: je veux que viennent avec moi le mineur, la fillette, l'avocat, le marin et le fabricant de poupées, que nous allions au cinéma, que nous sortions boire le plus rouge des vins.  ▲ PABLO NERUDA
LA MÈRE


Coco Cortesão avait toujours raison.

Hanches fortes, bassin large et robuste esquissé du bout d'un pinceau, putain elle avait été. Ses mots étaient teintés de vérité, de dureté, et d'une certaine honnêteté. Peu connaissait son histoire, et après tout peu importait. On la connaissait par son caractère, sa démarche, son visage. Jamais par son passé, uniquement par son futur. Elle avait abandonné son prénom dès qu'elle avait fait ses premiers pas dans le métier même si sa bouche chuchotait encore celui-ci -par nostalgie sans doute. Ce surnom - Coco - lui avait collé à la peau et était devenu sien. Sa nouvelle identité en somme. Un nom aux consonances agréables, amicales, qui semblait vous indiquer que vous étiez en compagnie de quelqu'un de familier. Une femme qui vous rappelle la douceur de l'enfance, la chaleur d'un chez soi. Elle embrassait à pleine bouche, adulte et enfant, homme et femme. C'était ainsi qu'elle aimait, l'humanité. Avec aisance, Coco pardonnait. C'était l'Amour, l'amour avec un grand A. Croyante, jamais sa petite médaille à l'effigie de la vierge ne l'avait quitté. Elle avait beau avoir vécu une vie loin d'être pieuse et catholique, avoir beau ouvert ses cuisses aux premiers venus et courber l'échine pour des milliers d'hommes jamais cette femme n'avait perdu la fois. Ce n'était pas son sourire ravageur qui l'avait élevé au rang des hautes putains. C'était cette poitrine ferme et généreuse, une chevelure sombre, des yeux, ses caresses qui vous donnait l'impression d'être quelqu'un, qui vous remplissais de chaleur. De prostituée, elle était passée au rang de mère maquerelle, à celui de tenancière d'un petit établissement de P. - bourgade mexicaine à quelques lieues à peine de Tijuana - qui regroupait une petite dizaine de pensionnaires. Elle les traitait bien, les protégeait, les câlinait même, et les aimait comme la chair de sa chair, comme si il s'agissait de ses propres filles. Élever des enfants de son propre n'avait malheureusement pour elle jamais été son petit plaisir. Et cela même si elle paraissait avoir été taillé pour cette tâche que ce soit par son physique, son allure, sa personnalité. Toujours les bras tendus. Avec nostalgie, et mélancolie, celle que l'on nommait la Mère se rappelait cette enfance crasseuse dans un bidonville crasseux de Rio où elle manipulait son seul trésor, une poupée tressée immaculée, comme si il s'agissait d'un véritable poupon. D'ailleurs, qu'est-ce qu'elle l'avait aimé cette satanée poupée, qu'est-ce qu'elle avait pleuré sa disparition quand une bande de garçons vilains l'avait jeté, qu'elle avait passé des heures à fouiller les fougères, qu'elle en était ressorti les genoux en sang déchiré par les épines, ses blessures qui piquaient  à cause des plantes urticantes. Sa mère lui avait foutu une de ces volées pour être arrivé en retard, plus de plusieurs heures après le coucher de soleil lui causant la peur de sa vie. A la daronne. Ah douce enfance. Larmes aux yeux, elle cracha qu'elle partirait. Un jour.



Coco Cortesão avait bel et bien toujours raison.

La femme au teint bien du pays, aux yeux marrons, aux regards profonds. Certes, il n'est pas question d'elle, du moins pas que d'elle dans cette histoire. Cela faisait déjà deux années qu'elle avait quitté les draps des clients pour monter sa petite entreprise. Une chose à dire c'était une sacrée femme d'affaire, Coco le savait, tout le monde le savait, c'était un de ses habitués qui lui avait soufflé l'idée au creux de l'oreille. 28 longues années. Une dame ne dit pas son âge, mais elle les comptait ces petites garces qui s'alignaient impitoyablement. Prenant ses cliques et ses claques, elle avait quitté ses clients, son merdeux de patron, et s'était installé à Tijuana. Organisé ses affaires, se faire des contacts entre autre. Cela lui avait pris une bonne année pour tout mettre en place. La bâtisse n'était pas d'un luxe affolant, mais menée par la femme à la poigne d'acier ses affaires iraient sans aucun doute parfaitement. Coco était partie pour se bâtir sa renommée, et se glissé dans les pantoufles d'une patronne se fit si naturellement qu'elle en laissa plus d'un bouche bée.

(Extrait de ma fiche.)

Note ; Voici donc le passage/l'introduction de ma fiche qui traite de Carolina. Femme forte, aimante, c'est la figure même de la Mére qui se démarque par sa bonté. Elle est croyante, mais sans pourtant être prude (n'oubliez pas son passé de prostituée), et protectrice. Niveau enfance, vous êtes assez libre, excepté le fait qu'elle a grandi à Rio, dans un des quartier moins aisé de la fille. Elle a quitté le Brésil alors qu'elle était adolescente pour remonter vers les Etats-Unis. Sa raison ? La soif d'aventure, et vouloir troquer une misère contre une autre. Vers 28 ans, elle a pris sa retraite et à ouvert sa petite maison close. Le reste, vous pouvez le trouver dans ma fiche, et si vous voulez des informations ou un méga résumé n'hésitez pas à m'envoyer un mp.  


Brünnhilde Cortesão
Cela fait déjà 21 ans que le regard de l'élégante brune est tombée sur le nouveau née gazouillant qu'était Brünnhilde. Abandonnée par sa mère biologique, c'est Carolina qui a élevé la jeune fille, lui inculquant tout ce qu'elle connaissait. La jeune blonde considère Carolina comme sa seule et véritable mère, même si elle a toujours su qu'aucun lien de sang de les liaient. Carolina est le roc de la jeune fille, son univers, la personne avec qui elle partage absolument tout. Il y a trois ans, Carolina a quitté de nouveau Rio pour Sao Poeira, dans le but de retrouver une partie de sa famille. Depuis, les deux femmes ne sont jamais repartis. Aujourd'hui, chacune vis sa vie, Brünnhilde allait butiné à droite à gauche, ou bien à s'occuper de sa boutique. Parfois, elles se retrouvent quand la jeune fille est de service au motel, ou bien quand elle l'invite pour lui mitonner de bon petits plats. Entre Brünn et Carolina c'est une relation mère/fille fusionnel, cette dernière est toutefois assez souple et à élevé la jeune blonde dans le respect des autres, sans pour autant lui imposer trop de règles.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ted kennedy on obama's camp!!!
» Obama;Change is coming to america
» U.S. Senator Ted Kennedy dies at 77
» Lou Kennedy [Pouffy]
» dark days are coming ♌ SAGISIUS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOUTUE VERMINE :: ET ILS RIENT :: FICHES V1-
Sauter vers: