N'oubliez pas de déclarer votre amour pour satan, en postant sur bazzart Hope
Ils sont beaux, ils sont frais, ils n'attendent que vous.
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil aux PVs Hope
on veut plus de boobs :pff:
- la surpopulation de mâles sur le forum
Pensez à privilégier les hippies, les voleurs et les pirates
afin de préserver les âmes sensibles, le forum est déconseillé aux moins de 17 ans
Si aucune fiche est postée après cinq jours, votre compte sera supprimé.

MAGDA | blood of the mountain

 :: ET ILS RIENT :: FICHES V1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
avatar
(#) Lun 27 Jan 2014 - 21:07
magda vera cremonesi

âme égarée
Héritage Infortuné ♆ Cremonesi. Appellation aux Origines Contrôlées ♆ Magda Vera. C'était mieux avant ♆ 36 ans. Première Bouffée d'air ♆ Rio de Janeiro, septembre 78. Papa et Maman ♆ Brésilo-italiano-libanaise, un mélange complexe qu’elle doit à l’union de ses parents aux ethnies diamétralement opposées.  Dans mon lit ♆  Peu de monde. Qui voudrait partager la couche de la faucheuse ? Degré de solitude ♆  Liée à ses morts. Tromper l'ennui ♆ Elle a laissé sa voix à l'extérieur ; maintenant, elle est thanatopractrice. Tombé dans le trou à rat ♆ Cinq ans. Cinq ans de mises en terre, de défilés de visages inconnus, de poumons gonflés par le gaz des mines. La nouvelle famille ♆ Salauds.


au-delà des dunes
Joli prénom ♆ Tiff.   Pseudo pas beau ♆ fried tofu. Nombre d'hivers endurés ♆ 22 ans. Pierre précieuse préférée ♆ Euh bah, le verre poli (si si, c’est précieux je vous jure).  Compagnie de voyage ♆ Bazzart, et après un gueux m’en a parlé. Mot doux ♆ Il est vraiment sublime, et l’ambiance est complètement glauque, tout pour me plaire. Degré d'addiction ♆ 7/7. Sésame ouvres-toi ♆ OK PAR ANGE. Tête de cochon ♆ Anna Mouglalis. Remerciements ♆  Bannière trouvée au hasard de Tumblr. Mot d'amour en plus ♆ En espérant qu’il dure, ce bijou.
here is the deepest secret nobody knows
(here is the root of the root and the bud of the bud
and the sky of the sky of a tree called life;which grows
higher than soul can hope or mind can hide)
and this is the wonder that's keeping the stars apart

i carry your heart(i carry it in my heart)
▲ CUMMINGS
into the night
« J’ai froid. »
C’est l’excuse de Neves quand elle glisse contre ses jambes des pieds glacés. Dans l’obscurité, Magda ne dit rien et lui ouvre ses bras ; sa sœur vient se nicher contre elle et, bientôt, son buste est baigné de larmes muettes. Elle sait d’où lui vient ce froid mordant. Du plus profond de ses terreurs, qui chaque nuit lui arrachent des cris d’outre-tombe, qui transpercent la cloison et sortent Magda de son sommeil. « C’est fini, je suis là. », fait-elle de sa voix étonnamment rauque, en passant ses longs doigts dans la chevelure claire de Neves. A la nuit tombée, c’est le même rituel qui se joue depuis cinq ans : la cadette vient se réfugier dans la chaleur de son aînée, qui la câline en des gestes mécaniques  et répète toujours ces mêmes paroles, formule magique initiatrice de la paix nocturne. Une coutume familiale qui, à force d’habitude, a dépouillé Magda des émotions que lui provoquaient originellement les gémissements meurtris de sa sœur. Elle s’endormira peu après son dernier sanglot ; Magda gardera les yeux grands ouverts sans pourtant rien voir, sans plus chercher à pénétrer les ténèbres de la chambre aux douleurs, la paume lovée contre le crâne de Neves. Se substituer à leur propre mère et la serrer contre elle en lui soufflant des paroles aux allures de berceuses, c’est la moindre des choses qu’elle puisse faire pour l’avoir arrachée, de sa poigne suave, à leur foyer ébranlé. Incapable d’abandonner au monde des vivants la dernière des Cremonesi. Il a fallu qu’elle l’entraîne avec elle dans l’étreinte du diable. « C’est fini, amore. »


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Lun 27 Jan 2014 - 21:08
growing roots

l'étrange
Magda est une charognarde, une sangsue pompant les idées noires, aspirant le mal-être des égarés. Depuis son arrivée au village, elle ne peut plus se nourrir que du désespoir des hommes, interdite de festin par le diable ; si elle ose transgresser cette première règle, ce sont de violents vomissements qui la prennent, jusqu’à ce que s’épanche, dans un hoquet de douleur, une bile couleur sang. Elle n’a commis cette erreur qu’une seule et unique fois, une fois de trop, avant d’en tirer la leçon qui depuis, la pousse à vampiriser tristesse, haine, colère, abattement ; une palette d’émotions qui elles seules peuvent contenter son appétit d’ogresse, découvert au hasard des pleurs de Neves, qui ont réveillé en elle un instinct de survie primaire, maquillé par des besoins de gloutonne. L’effet de cette boulimie incontrôlée dépend entièrement d’autrui, car d’une personne à l’autre, les réactions pourront être contraires ; l’un sera soulagé de sa souffrance, tandis que l’autre ressentira un incommensurable sentiment de manque. Alors Magda, sans réellement se soucier de lui, pousse son prochain dans ses retranchements, provoque en lui une affliction volontaire, montée de toute pièce pour enfin pouvoir assouvir ces envies qui lui mangent le ventre. Mais pour elle, toujours, l’ingestion de ce repas des limbes lui tord les viscères et la soumettra au châtiment de la douleur humaine jusqu’à son dernier souffle.
(c) eden memories


São Poeira
En s’y rendant, Magda ne cherchait ni à fuir, ni à se flageller d’une malédiction éternelle. São Poeira, c’est, avant la tanière du diable, la ville de son père. Celle qu’il a voulu revoir, avant de pousser son dernier soupir , celle pour qui son aînée, par piété filiale, a abandonné le monde des vivants et embrassé le souffle des morts, traînant dans son sillage la minuscule Neves. Et force est de constater que cette vie en cage lui apparaît moins contraignante que sa liberté d’autrefois ; elle sent que la folie ambiante ne fait qu’exacerber ses ténèbres, mais Magda trouve dans les cris et les pleurs un souffle malsain qui la conforte au milieu de la masse grouillante. Elle n’a jamais voulu quitter ce nid de noirceur, entourée de cadavres mouvants et de pantins raides d’agonie, jamais souhaité contredire ce destin qui a infligé aux Cremonesi des pouvoirs d’outre-tombe. C’est peut-être la seule chose qui la dérange, au milieu des détraqués de São Poeira : la souffrance sans nom que lui confère sa malédiction, cette douleur viscérale qui l’empêche de s’y sentir tout à fait comme chez elle, poignard invisible qui la fait danser sans lui accorder de répit.
(c) eden memories

Et de longs corbillards, sans tambours ni musique, Défilent lentement dans mon âme ; l'Espoir, Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique, Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir. ▲ BAUDELAIRE
free fall
« Il faut que tu m’aides. » « Non. » La réponse tombe, lourde de sens, appesantie par le soupçon de peur que Magda décèle dans la voix de sa sœur. La brune toise la blonde, qui elle regarde le cadavre que l’aînée, de quelques pas décidés –comme si on n’allait lui opposer aucune résistance, comme si Neves était à son service, docile et dévouée à sa cause, comme elle l’a forgée-, a mis entre elles. « Neves. », siffle-t-elle sur le ton de la menace, une colère froide parant son visage d’une nouvelle nuance de noirceur. « Non. » « Tu n’as pas le choix. » Elles n’ont pas le choix, manque-t-elle de préciser, mais sa langue de vipère s’enroule autour de ses mots comme un constrictor affamé. Cette fois comme les autres, elle ne laisse pas le temps à sa sœur de parler plus, le corps tendu vers une Neves qui renâcle à sa tâche de cadette -ou, plutôt, au rôle que Magda lui attribue, de force, depuis que son père leur a ramené une gamine arrachée à une tragédie. Ils n’en ont jamais parlé, mais elle sait, elle a compris dans les regards effarouchés de sa sœur et les lèvres pincées de pitié de sa mère les traumatismes et le passé qu’il faut oublier. « Tu crois que je fais ça pour le plaisir ? Tu crois que je me suis portée volontaire pour faire disparaître les corps ? Tu crois que je n’ai pas répété et répété que je n’étais ni médecin, ni bûcheron, et encore moins boucher ? Tu crois que ces chiens d'Italiens m’ont écoutée, qu’ils m’ont laissé le choix ? Tu crois que je suis injuste, en te demandant de l’aide à toi et ton air angélique ? Mais Neves, tu crois vraiment que j’ai quelque chose à voir avec la mafia, moi ? Tu crois qu’il ne faudrait pas plutôt blâmer Papa –tu sais, celui à qui tu dois la vie ? Tu crois qu’il ne courrait aucun danger, en taule, la taule qui est devenue chez lui, à force d’y croupir, si on allait dénoncer ces fils de pute à la police ? » Elle attaque et mitraille en crachant les syllabes au visage de sa sœur qu’elle voit se recroqueviller sous sa fureur grondante, serpentant sous son épiderme tanné par le soleil, enflant dans sa chair et lui lacérant le ventre. Magda se penche tandis que Neves courbe l’échine. « Tu vas m’aider, que tu le veuilles ou non. », conclut-elle d’un ton qui fait chuter la température des cuisines de plusieurs degrés, les icebergs lui dansant dans les yeux rivés sur la benjamine. Puis elle les détourne pour mieux les poser sur le macchabée qui, impuissant, assiste au spectacle ; elle retient ses doigts d’aller se refermer sur la croix lui glaçant le torse, en songeant à toutes les croyances, confus mélange entre christianisme et paganisme, que sa mère lui a transmises. Le respect des morts, la frontière d’avec l’au-delà ; elles obéissent là à la forme la plus pure de piété filiale, pourtant, et est-ce que Dieu le miséricordieux les châtiera pour avoir meurtri une coquille vide, détachée d’une âme envolée ? Magda ravale en elle une peur ancestrale et déverse d’autant plus son fiel sur Neves, la pressant sans lui laisser de répit –lui en a-t-elle jamais laissé ? « Réveille-toi et amène-moi ce qu’il faut. Plus vite. » Elle retrousse ses manches. Une fois de plus, elle va s’en charger et une fois de plus, sa sœur lui obéira au doigt et à l’oeil. Une fois de plus, elle se prendra à l’aimer autant qu’elle peut la haïr. Magda n’a jamais fait dans la nuance.

Le mort les arrache à leurs vies au moment le moins opportun. Il s’extirpe de sa geôle où il a passé les trois-quarts de son existence et vient contaminer leurs existences de sa condition de souffreteux –quelques semaines à vivre, tout au plus, leur annonce-t-il avec un sourire fatigué. Magda regarde le salaud comme s’il n’avait jamais été ce père indigne que longtemps, elle a pleuré le soir ; en un battement de cils, il a retrouvé sa place de paternel prodigue, arrangé par les souvenirs heureux que Luciano, avant d’abandonner à son épouse un restaurant fraîchement établi et deux mineures, a pris soin de laisser à sa fille.
Alors pour lui, Magda abandonne tout ce qu’elle a construit à grands coups de passion, de colères, d’audace et de fermeté. Ce mari qu’elle bombarde d’un amour destructeur, elle l’abandonne sans vergogne à sa solitude et son malheur chronique. Sa carrière de chanteuse durement établie, son timbre suave, l’improbable générosité qu’elle distille dans les cœurs, elle les laisse aux clubs de jazz de la capitale. Son père veut aller mourir à Sao Poeira, là où il est né. La boucle bouclée, comme il dit. Mais Neves, celle qui n’aspire à rien d’autre qu’à s’échapper de l’emprise vénéneuse de sa sœur, cette Neves maudite, elle la prend avec elle. Au nom de leur père, lui fait-elle pour la convaincre alors qu’elle l’enchaîne déjà à elle. Elle sait déjà ce qui les attendent toutes les deux, mais pour accompagner le vieux Cremonesi dans la mort, elle est prête à toutes les folies. Le corps, c’est elle qui doit s’en occuper. Rendre un dernier hommage à cet ingrat qui n’en mérite pas tant –comme pour se racheter de ces infâmes boucheries qu’on leur a jetées à la figure, plus tôt dans leurs vies.

Il faut rester pour de bon, ensuite. Magda, enivrée de ce don qui prend toute sa mesure dans la folie du village, dans le désespoir des familles endeuillées, devient la Faucheuse et répare, bichonne, polit les morts pour qu'ils brillent comme un sou neuf.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Lun 27 Jan 2014 - 21:12
superbe avatar.   
bienvenue.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Lun 27 Jan 2014 - 21:16
oh qu'elle est belle, avec ses traits durs et cette mâchoire - j'ai un amour infini pour les mâchoires, oui Laughing - j'te réserve déjà un lien avec salvatore, entre vielles, faut se soutenir
bienvenue encore donc, et puis, fais nous rocker cette fiche   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Lun 27 Jan 2014 - 21:17
j'vais rejoindre cannelle pour l'avatar.
puis le métier, je suis déjà amoureuse, sincèrement (pendant un temps, je jouais que de ça).  
j'ai bien hâte de découvrir la suite du personnage puis je risque de venir te quémander un lien.   
bienvenue chez toi et le code est bon.   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Lun 27 Jan 2014 - 21:21
Ton personnage.   J'ai trop hâte de lire ta fiche.  ange En tout cas, supercontente de te voir ici, bienvenue et bonne chance pour la suite de ta fiche.   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Lun 27 Jan 2014 - 21:24
Qu'elle est sex  :huhu:               

Bienvenue ici   Et bonne chance pour ta fichette  :han: Je veuuuux un lien obligé !   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mar 28 Jan 2014 - 11:26
franchement c'est le genre de personnage qui me botte bien  What a Face 

j'aime déjà beaucoup, puis c'est vrai qu'elle est sexy.   
bienvenue.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mar 28 Jan 2014 - 13:46
Vous êtes des amours  J'vous accorde tous les liens que vous voulez, entre vieux, entre vieux et moins vieux (même si ma fiche risque de changer d'ici la validation, j'ai une myriade d'idée inattendues qui me sont tombées dessus What a Face).

Je m'y penche sérieusement ce soir. Et j'ai HÂTE de vous rejoindre  
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 464
♆ PSEUDO : AMIANTE.
♆ AVATAR : CILLIAN MURPHY.
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE BON
♆ PERDITION : FABRICATION DE SOUVENIRS.
♆ ENNUI TROMPÉ : FIGURE PATERNELLE DES ENFANTS VOLEURS. SAINT PATRON DES ORPHELINS. LES BONNES INTENTIONS SE SONT ÉRODÉES AVEC LA POUSSIÈRE. IL LEUR A TOUT APPRIS, LES DOIGTS MAGIQUES POUR DÉTROUSSER SANS SE FAIRE ATTRAPER, LA SOLIDARITÉ DANS LE BUTIN QU’ILS PARTAGENT ET MÊME LES VICES AU CREUX DES DRAPS.

(#) Jeu 30 Jan 2014 - 17:34
ah bon dieu, elle est bonne perv
j'adore le métier aussi
bienvenue en tout cas, j'ai bien hâte de voir toutes ces merveilleuses idées innatendues :han:

♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Ven 7 Fév 2014 - 21:37
Adolf, merci Tu sais qu't'es pas mal dans ton genre aussi perv 

Je passe pour vous dire que je suis toujours vivante les copains What a Face (et bien déterminée à vous embaumer, toujours.)
Vu la montagne de boulot qui se profile, j'aurais voulu savoir si, comme Neves, il était possible d'avoir un petit délai ? ange 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Ven 7 Fév 2014 - 21:46
content de voir que tu es toujours parmi nous perv
jusqu'au 14, ça semble bon pour toi ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Ven 7 Fév 2014 - 21:51
Croyez-moi que je vais pas vous lâcher de sitôt perv 
Ça serait parfait, merci mille fois
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Ven 7 Fév 2014 - 22:17
Je t'ajoute ça alors
courage
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Ven 14 Fév 2014 - 21:02
des nouvelles ? le délai prend fin ce soir Hope
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» [1500 pts] blood axes
» Liste Blood Ravens (BA) Cypher Table #3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOUTUE VERMINE :: ET ILS RIENT :: FICHES V1-
Sauter vers: