N'oubliez pas de déclarer votre amour pour satan, en postant sur bazzart Hope
Ils sont beaux, ils sont frais, ils n'attendent que vous.
N'hésitez pas à jeter un coup d'oeil aux PVs Hope
on veut plus de boobs :pff:
- la surpopulation de mâles sur le forum
Pensez à privilégier les hippies, les voleurs et les pirates
afin de préserver les âmes sensibles, le forum est déconseillé aux moins de 17 ans
Si aucune fiche est postée après cinq jours, votre compte sera supprimé.

il serait fichu de transformer une tuerie en partouse

 :: ET ILS RIENT :: FICHES V1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 19 Jan 2014 - 7:10
Atom Akaso

âme égarée
Héritage Infortuné ♆ Akaso.Appellation aux Origines Contrôlées ♆ Atom, c'est bien assez court. C'était mieux avant ♆ 39, aux portes des 40 si j'ose dire. Première Bouffée d'air ♆ Elle est balance et née à Manaus au Brésil. Papa et Maman ♆ Brésilienne par la mère, Allemande par le père. Dans mon lit ♆ Les grands joueurs. Degré de solitude ♆ Veuve immaculée. Tromper l'ennui ♆ Rien de descriptible : vit des partages de chance. Tombé dans le trou à rat ♆ Il y aura bientôt 15 ans, bien qu'elle y soit venue quelques fois en vacances, plus jeune, plus pimprenelle. La nouvelle famille ♆ Parasite, tanguant légèrement vers les salauds mais impossible de l'y inclure sans hypocrisie. Parasite, donc.


au-delà des dunes
Joli prénom ♆ J'ai pas un pseudo pour des cacahuètes.   Pseudo pas beau ♆ Moros. Nombre d'hivers endurés ♆ 20. Pierre précieuse préférée ♆ Malachite (n'est pas précieuse, même pas semi j'crois).  Compagnie de voyage ♆ Vague bordel dans un bazar. Mot doux ♆ Un peu perdue mais conquise sur le tout. Degré d'addiction ♆ 3 à 4/7. Sésame ouvres-toi ♆ OK PAR ADOLF. Tête de cochon ♆ Pénelope Cruz. Remerciements ♆ Bannière d'un site de fan, avatars de EC Mot d'amour en plus ♆ D'amour ? Sorry bitch je trouve pas. KissKiss.
Je courais à côté de mon corps, essayant d'arrêter tous ces lynchages avec mes pauvres doigts de fantôme... Parce que je ne suis qu'un fantôme et je cherche ce que cherchent tous mes semblables - un corps - pour rompre la Longue Veille, la course sans fin dans les chemins sans odeur de l'espace, là où non-vie n'est qu'incolore non-odeur de mort. Et nul ne peut pas flairer à travers les tortillons rosâtres des cartilages, lardés de morve de cristal et de la merde de l'attente et des tampons de chair noire qui filtrent le sang.▲ BURROUGHS
Roulettes en-talonnées
Les brilleurs sont clinquants, ils scintillent comme des milliers de soleils. Leurs tintements raisonnent et le rire du chanceux s'y mêle. Il glousse et se gargarise d'un air de Croc-Magnon assuré. Sa bouteille de bière devenu massue de l'âge de pierre. Et les pièces, les pièces elles, sont le feux qui le réchauffent. Puis le brûlerons au fond de la caverne. Il la touche, la tripote et la cajole comme un gri-gri. Puis il lance encore les dès, les yeux luisant tel des réverbères. Ou des lampes à huile, c'est sûrement plus juste aux vues de ce qui l'attend. Il s'y croit. Oh oui il s'y croit de bout en bout. La rue n'est plus bitume mais tapis moelleux. L'arnaqueur qui depuis une demi-heure déchante, se mue en croupier désabusé. Mais les murs du casino sont fait de vent, et au premier ouragan d'ennui, ils s’effondreront. A l'instant précis où Atom en aura marre, que le jeux ne trompera plus son regard froid, la machine à sous sera hors-service. La chance s'envolera alors aussi vite qu'elle était apparue. La peste au bout des doigts, il se tordra le coup comme un bonhomme en coton. Comme un petit homme de papier toilette, la merde collée aux baskets. Parce que la poisse sera sa nouvelle amante. C'est le contre-coup, l'avant-après fatal. Qui s'y frotte en crèveras, le cul bordé de nouilles à l'arsenic.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 19 Jan 2014 - 7:11
La porte-peste.

l'étrange
Vous connaissez ces histoires de porte-bonheur, de patte de lapin qui offrent chance et plaisir à leur propriétaire. Les trèfles à quatre feuilles, le tas d'or au pied de l'arc-en-ciel et toutes ces légendes du fabuleux coup d'bol. Voilà le pouvoir d'Atom, le don qu'on lui offrit. Bien sûr, comme tout don digne de ce nom, il est maudit. La pièce du mouleux aura toujours un revers, l'autre face qui grimace. Elle ne sait plus vraiment à quel moment elle a comprit. Sûrement jusqu'à ce que la chance se fasse insolente, démesurée. Jusqu'à ce que la poisse soit aussi visible qu'une tâche sanglante sur un pantalon immaculé. Alors elle saisit. Les hommes qui l'amusent peuvent soudain se voir, disons, toucher par la grâce. Une grâce presque divine, d'ailleurs. Mais justement, le diable aime à se dissimuler dans les jouissances trop faciles. Et chaque homme qui par la suite voulu profiter d'elle, apprit à ses dépends combien l'après est violent. Revenons cependant au tout début, il y a environ quatorze, bientôt quinze ans, c'est essentiel pour tout comprendre. Atom avait suivis un bien bel homme, une sorte de nouveau départ en amoureux. Ils voulaient vivre plus simplement, oublié le divorce que leur relation avait déclenché pour la brune, oublié le suicide de cet ex-maris qui faisaient se retourner les gens sur son passage. c'est le démon qui les avait attiré dans un piège, construisant dans leur vie un labyrinthe infâme dont cette ville maudite était la seule sortie. Vous vous ennuyez, déjà, c'est ça ? Bien revenons à nos moutons, j'espère qu'un exemple clair et concis sera plus parlant. Elle a quitté cette homme, à peine trois plus tard. Un autre l'avait envoutée. Et puis y avait cet étrange don, qui leur permettait de rire, insouciant, de ne pas se préoccuper de l’autarcie sordide dans laquelle toute la ville évoluée. Ainsi, elle découvrit la chance partagée, comprenant comme elle pouvait profiter de ces mâles qui l'amusent et déclenchent ainsi son pouvoir. Jusqu'à ce que l'ennui la rattrape, alors même qu'elle était enceinte. Et dès que la lassitude s'empare de ses pensées, rien ne peut faire dévier la mauvaise fortune. Même pas ce futur bébé, qu'elle perdit dans le malheur provoqué chez l'autre. Elle devint alors son propre dommage collatéral. Voilà tout ce qu'il faut savoir de son don, car le reste, elle même ne le comprend pas, elle même ne le maitrise pas.
(c) psychotic kid

São Poeira
Ce toit villageois m'offense, parce qu'il abrite de ces pièces infamantes qui ne me font pas me sentier comme un douillet chez soi. Pourtant, de cet endroit est mien, parce que je connais tout de ses petits tombeaux ; des plus lais, et des plus beaux - dont la superbe et cadavérique proximité fait parfois naître un frisson solennel le long de ma colonne vertébral. C'est un lieu difficile à posséder, parce qu'il est si changeant d'une allée à l'autre. Je le compare souvent à un immense manoir où il y a tant de choses enfouies. Dissimulées dans ses dédales plus ou moins bien décorés.
Au fond du premier étage, il y a le boudoir où mon fiancée et moi avons fait l'amour pour la première fois, à la sauvette, sur un sofa végétal, en ricanant comme des gosses heureux de faire une grosse bêtise. Abolir la distance charnelle avant la nuit officielle de notre union, c'était notre façon un peu révolutionnaire de nous moquer d'un mariage si bien arrangé. Au deuxième, il y aurai eue la chambre laquée de nos grandeurs, où mon fils et celui d'un quelconque ennemi intime enterreraient leur enfance au creux des draps, dans la chaleur sans souffle d'un mois de juillet. Et quelque part aux alentours de minuit, une horloge sonnerait une comptine grave, une marche funèbre, soulignant d'un refrain plein de crouics et de crouacs l'arrivé d'une mort bénigne et ponctuelle comme une ardente visiteuse.

Il y  a d'autres pièces encore et vous ne les trouveriez pas si vous n'aviez pas de bon guide. Moi en l'occurrence, scribe de noblesse bien éduqué. Vous ne pourriez saisir la joliesse déliquescente des hiéroglyphes peints dans les tapisseries bétonnées.  Il y a cette penderie d'une taille impériale, qui renferme pour toujours une odeur de formol, et qui est ce sanctuaire grinçant.  Il y a ces salles basse aux murs nus sous les planchers de nos salons, ce claque-murage de pierres glauques où nous fîmes des prisonniers, des torturés, des ombres affamés et aux abois pour hurler de rage ou de supplication dans le froid brumeux de ses caves.  Il y a cette chambre d'amis moelleuse, où j'attirai le fils d'amis parentaux, tout à ma nonchalance gracieuse de jeune dame expérimentée, dénouant les cordons croisés de mon corsage, ôtant les grandes épingles de mon chignons, secouant sur mon dos de céruse un ruisseau noir et lustré, avant d'attirer son visage rosissant entre mes seins et sa verge chaste entre mes cuisses.

Mon manoir est un peu hanté, de vieux souvenirs qui ont tous un goût de fumeux. Parfois ils me piquent les yeux. Et je pleure en regardant la ville, le village, l'endroit. Cette demeure infernale qui se consume plus vite qu'une cigarette abandonnée au fond d'un cendrier.
(c) psychotic kid
Mourir de honte est une spécialité des Indiens Kwakiutl et des Américains du Nord - ailleurs, on se contente de dire : "Zut alors!" ou "Son cosas de la vida!" ou encore : "Allah le Tout-Puissant m'a couillonné une fois de plus!" ▲ BURROUGHS
Les maîtres du désordres
" La fin de l'enfance coïncide avec une certaine volonté d'oublier les choses ; les utopies, les espoirs déraisonnés, les mondes imaginaires et autres bagatelles. On devient un peu adult lorsque l'on évacue toutes ces illusions confortables, que l'on reconnaît leur impuissance sur nos maux, et que l'on apprend à être malheureux comme une grande personne : sans se faire d'idées. Quoi, qu'est-ce qui te fait marrer ? Tu te penches avec émotion sur ma théorie de vieux romantique oui ou non ? Sincèrement At', fais un effort, ce que je dis là n'est pas complètement dénué d'intérêt. " Elle hoche la tête en ravalant son fou rire d'une bonne rasade de thé. Rien de mieux qu'un peu de plantes dilués d'eau chaude pour vous remettre la cervelle en bon ordre. " La vérité, c'est que la névrose nous guette dès le sortir de l'âge tendre. Une fois hors des jupons maternelles, nous nous confrontons à des choses de grand. Certaines de ces expériences, sitôt vécues, appellent en nous la fâcheuse envie de les éradiquer de nos crânes : je parle de ces petites histoires noirâtres et acrimonieuses, qui pourrissent les branches de nos existences. " Elle ne rien plus du tout. Elle baisse plutôt le regard, pas honteuse, mais à la recherche des bons mots. Pourquoi lui dirent ça alors qu'elle fait si bien, semblant. Mais puisque c'est l'heure des grandes révélations, imprimons nos remords sur des tablettes de pierres mentales. Allons y, ouvrons les vannes. Pauvre idiot. Elle s'élance d'une voix désincarnée, presque blanche. " Il y a ces choses - lancinantes, mauvaises - qui se sont incrusté dans ma chair comme des métastases endormies ; j'aimerais les garder toujours à vif, et me les repasser, rejouer le morceau à en connaître chaque frémissement, chaque hésitation, chaque craquement sur la bande ; me rappeler jusqu'au "je t'aime" avortés, toute la douleur déçue de ces fétus interrompus avant d'éclore, tout ces sourires qui n'ont pas vus plus loin que mon utérus ; les ressentir dans mes nerfs avachis et les rappeler à la vie par les sentiments odieux qui m'ont traversé. " Maintes fois il ouvre la bouche, prêt à l'arrêter. Ce n'est pas ce qu'il voulait, ou si. Mais, pas comme ça. Maintes fois il veut la toucher, taire le flot de flèches syllabiques. Mais, ça il ne peut pas. Alors Atom continue. " J'aime lorsque, suffisamment épuré pour un temps, je puis arrêter mes introspections acharnées, freiner mon masochisme. J'ai tout le loisir alors d'user le vinyle de ma mémoire, de m'en contenter, oh, d'un façon si douce. Je l'invente vivre dans mes souvenirs,  à tous les âges, à travers toutes ses émotons. Sans doute est-ce pour cela que le temps a filé si vite pour moi. Que presque quinze ans ont été avalés. Je me suis usée à force de catharsis. Ah. Quel mot savant. Et si chic. J'aimerais avoir l'occasion de l'utiliser plus souvent. Allez, devinette. Qu'est-ce que la catharsis ? " Échange de chiens en porcelaine, un vieux souvenir de complicité amoureuse, de devinettes au fond de la couette qui entaille toujours plus la plaie. " Bref. Je me demande pourquoi tu as envie d'entendre ça... Est-ce que tu as besoin d'expurger tes péchés ou quelque chose comme ça ? Prend garde à tes vices, il me semble que je sois sur le point de te laver blanc comme neige avec nos drames. " Cette fois-ci il intervient. Il lève le bras, vengeur et haineux. Il frappe du plat de la main au dernier moment. Un soupçon de tendresse fantôme, sûrement. Il crie, et cela s'avère bien plus violent qu'un uppercut. "c'était aussi mon fils !" Elle se lève et s'enfuit en claquant le porte d'un point définitif. Une ponctuation claire. La parenthèse romantisme a bien assez duré.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 19 Jan 2014 - 8:51
C'est un super choix d'avatar et de pseudo ! Je suis déjà conquise, Penelope on la voit pas souvent et c'est vraiment dommage parce qu'en plus d'être magnifique c'est aussi une excellente actrice.

Ton perso m'a l'air passionnant du peu que j'en ai lu !

Bienvenue ici
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 19 Jan 2014 - 8:59


Merci très cher j'accueil avec plaisir (bien qu'un léger stress) tout tes compliments   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Bélial Chateminoy
SATAN M'HABITE
avatar
♆ MALÉDICTIONS LANCÉES : 326
♆ PSEUDO : AMIANTE.
♆ AVATAR : DIEU DEPP.
♆ ALIGNEMENT MORAL : CHAOTIQUE MAUVAIS
♆ PERDITION : LES ANNÉES S'AJOUTENT ET DISPARAISSENT. LE TEMPS NE FAIT PLUS EFFET SUR SES TRAITS. TANTÔT ENFANT AUX MAINS BALADEUSES, ADULTE AUX SOURIRES CRASSES ET VIEILLARD AUX MOTS AIGRIS.
♆ ÉGARÉ : DANS L'ANTRE DE SATAN.
♆ ENNUI TROMPÉ : GOUROU SATANISTE. CHIEUR, FARCEUR, EN MISSION POUR LUCIFER POUR FAIRE DE VOTRE VIE, UN ENFER.

(#) Dim 19 Jan 2014 - 10:09
j'approuve le titre, l'avatar, le début, tout ouais perv
hâte de voir la suite What a Face

♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆ ♆♆♆♆♆♆

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 19 Jan 2014 - 10:11

Gosh un Johnny, j'irais jeter deux yeux à ta fiche et te remercie chaleureusement de tes compliments. Beau gosse   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 19 Jan 2014 - 10:13
BIENVENUE
Je rejoins tout le monde pour dire que c'est un super choix d'avatar !
J'adore ton pseudo !

J'ai hâte de lire la suite ! perv

PS : le gif Bélial !
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 19 Jan 2014 - 10:17


Pas mal fichu non plus le barbue, merci merci, je vais finir par vous envoyer des lettres de remerciements en bonnes et dues formes   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 19 Jan 2014 - 16:58
non mais le pseudo a commencé à m'intriguer puis j'ai manqué la crise d'hystérie en voyant l'avatar. cette fille est tellement parfaite et plus que magnifique. j'approuve.   
bienvenue.   
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 19 Jan 2014 - 17:16
Bienvenue ici   Avec la divine Penelope Cruz, de surcroît ♥ J'ai hâte de lire le reste de ta fiche.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Dim 19 Jan 2014 - 18:13
oh toi  Hope 
ah cette fille ça va faire une amie à salvatore, tout ça perv
j'sens qu'on va avoir un joli peuple de vieux par ici
bienvenue dans tous les cas
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Lun 20 Jan 2014 - 1:27


Remerciement blablabla et tout le tintouin off course. Edgar t'es genre avec le mec parfait, Salomereis j'kiffe le côté Yoenai puis Salvatore sexy et totalement dans l'coup. Pour sûr j'vais avoir de la lecture avec vous tous Hope.

Bon je galère un peu avec l'écriture du pouvoir sorry, c'est pas mon domaine favoris ça  :smoke: 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Lun 20 Jan 2014 - 17:58
bienvenue à São Poeira
la vie est finie, mais tu survis.


alors, alors, que dire ? je suis en amour avec le don, c'est tellement bien trouvé, j'adore. le personnage est intéressant, j'ai hâte de le voir à l'oeuvre. perv j'aime beaucoup la fiche, il faudra juste faire attention aux fautes même si ce doit plus de l'inattention qu'autre chose.   puis, je me répète encore une fois, ton avatar est totalement parfait. bref, compte sur moi pour venir te quémander un lien. tu es validée, amuse-toi bien.   

Il y a ce sourire, là, si grand, si laid, sur ses lèvres gercées par les morsures et le sang versé. Il t'observe, là, le torse ouvert, le coeur entre ses mains, maintenant. Plus rien ne t'appartient  ; tu es à lui tout entier, maintenant, qu'importe ce que tu choisis de faire. Ses ongles, si abîmés, s'enfoncent dans ton pauvre coeur et y glisse son venin. La malédiction est lancée ; te voilà captivé.

les liens utiles  

VOS LIENS
POUR LES DIVERSES DEMANDES
REGISTRE DES EMPLOIS
LA VILLE
LES POUVOIRS
LE BOTTIN
LES INTRIGUES & ÉVÉNEMENTS
LES ANNONCES




Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Lun 20 Jan 2014 - 21:18


Merci beaucoup beau cadavre Hope , j'me relierais plus attentivement sorry ma flemme a été la plus forte. Et puis je t’accueil les cuisses, hum les bras ouverts pour un lien    
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
(#) Mer 22 Jan 2014 - 14:41
penelope   tout le reste est dis, et j’approuve grandement.   

bienvenue.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Martelly serait-il , lui aussi , un repris de justice ?
» Un bain ne serait pas de refus ! [PV Shini!]
» Rouquine voulant se transformer en volatile recherche zoan - Demande de réservation
» On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]
» RUBY | « mon père a dit au type que ce serait sa cervelle ou sa signature qui parapherait le contrat. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FOUTUE VERMINE :: ET ILS RIENT :: FICHES V1-
Sauter vers: